Monde

Plus de 100 morts en Inde et au Bangladesh après le passage du cyclone Amphan

Temps de lecture : 2 min

Il s'agit du cyclone tropical le plus puissant formé dans le golfe du Bengale, depuis le cyclone BOB 06, qui avait causé la mort de 10.000 personnes en 1999.

Un homme sort des décombres de sa maison après le passage du cyclone Amphan, à Midnapore, en Inde, le 21 mai 2020. | Dibyangshu Sarkar / AFP
Un homme sort des décombres de sa maison après le passage du cyclone Amphan, à Midnapore, en Inde, le 21 mai 2020. | Dibyangshu Sarkar / AFP

C’est le cyclone tropical du golfe du Bengale le plus puissant depuis 1999 qui est venu frapper les terres du delta du Gange et du Brahmapoutre dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 mai. Le cyclone Amphan a causé la mort d’au moins 111 personnes selon le dernier bilan: 85 dans la région indienne du Bengale-Occidental, et 26 au Bangladesh.

Alors que la ministre en chef du Bengale-Occidental, Mamata Banerjee, doit visiter ce samedi l’un des districts durement touchés par le cyclone, plusieurs manifestations et barrages routiers ont été organisés à Calcutta pour protester contre la lenteur de l’administration dans sa gestion de la crise.

Des habitant·es de Midnapore, dans la région du Bengale-Occidental, réparent leurs maisons, le 21 mai 2020. | Dibyangshu Sarkar / AFP

Le cyclone, accompagné de pluies diluviennes et de rafales de vent de 185 kilomètres par heure a ravagé la région des Sundarbans et la ville de Calcutta, laissant 500.000 personnes sans logement, déracinant des milliers d’arbres, arrachant les poteaux électriques et inondant les zones de basse altitude.

De nombreuses régions restent encore sans électricité, bien que le réseau ait partiellement été rétabli à certains endroits. En Inde, à Calcutta, Howrah et dans le district de South 24 Parganas, des manifestant·es dénoncent «l’apathie et l’inefficacité» du gouvernement local, et exigent la reprise immédiate de l'approvisionnement en eau et en électricité.

Lourd bilan matériel et humain

Le maire de Calcutta Firhad Hakim a assuré que la normalité serait rétablie d’ici une semaine. Mais pendant ce temps, le manque de nourriture se fait déjà ressentir dans les zones dévastées. Plusieurs camps de secours sont apparus, où les habitants font la queue pour obtenir à manger ou trouver une place en refuge après que leur maison a été détruite.

«Les effets du cyclone sont plus préoccupants que ceux de l’épidémie due au coronavirus, presque tout a été détruit dans les villages côtiers», a déclaré la ministre Mamata Banerjee.

Au Bangladesh, c’est près de 10 millions de personnes qui se retrouvent sans électricité, avec des milliers d’hectares de terres agricoles noyées, et de nombreux élevages de crevettes détruits. Les dégâts du cyclone Amphan ont pu être légèrement limités par l’évacuation en début de semaine de 2,4 millions de personnes au Bangladesh.

Le Premier ministre indien Narendra Modi, qui s’est rendu à Calcutta ce vendredi, a annoncé qu’une aide équivalente à 120 millions d’euros serait fournie par l’État. Les équipes de la Force nationale d'intervention en cas de catastrophe sont déjà sur place pour porter secours aux personnes sinistrées.

Newsletters

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Donald Trump et les médias, c'est compliqué: quand une info lui déplaît, il hurle à la «fake news» et fait huer les journalistes dans ses meetings. Même Fox News, pourtant très à droite, n’est pas exempte de ses critiques. La...

Manifestations à Minneapolis à la suite de la mort d'un Noir étouffé par un policier

Manifestations à Minneapolis à la suite de la mort d'un Noir étouffé par un policier

George Floyd est décédé peu après avoir prononcé les mots «je ne peux pas respirer» lors d'une interpellation.

L'expérience d'Ebola a aidé certains pays africains à agir efficacement face au Covid-19

L'expérience d'Ebola a aidé certains pays africains à agir efficacement face au Covid-19

En Afrique subsaharienne, des pays ont fait bien avec peu de moyens, grâce à leur savoir-faire tiré des épidémies du virus Ebola.

Newsletters