Monde

Ces shérifs américains qui défient les mesures de confinement

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, près de soixante-dix officiers autorisent les commerces à rouvrir malgré les règles de sécurité mises en place par leurs États.

Une manifestation anti-confinement à Lansing dans le Michigan, le 14 mai 2020. | Jeff Kowalsky / AFP
Une manifestation anti-confinement à Lansing dans le Michigan, le 14 mai 2020. | Jeff Kowalsky / AFP

Lors d'une manifestation à Grand Rapids dans le Michigan, le shérif du comté de Barry a expliqué à la foule de 300 personnes (dont beaucoup armées) que les mesures de confinement prises par la gouverneure Gretchen Whitmer étaient une forme d'arrestation de masse: «Quand on vous dit de rester à la maison, est-ce que vous êtes en état d'arrestation? Oui, par définition.» Il a ensuite qualifié un coiffeur qui avait rouvert de «petite version de Rosa Parks», en référence à l'activiste afro-américaine.

Dans une dizaine d'États américains, près de soixante-dix shérifs (un décompte effectué par le site Marshall Project) ont annoncé qu'ils refuseraient de faire respecter les règles de leurs États concernant les fermetures de commerces et le port du masque. C'est ainsi que des shérifs d'Arizona, du Wisconsin, de l'État de Washington ou encore de Californie ont déclaré que dans leurs comtés, des établissements seraient autorisés à rouvrir malgré les efforts des autorités visant à limiter la propagation du Covid-19.

Objectif popularité

Bien que la loi les oblige à respecter ces mesures, les shérifs aiment répéter que les mesures de confinement sont anticonstitutionnelles:

«Aux côtés d'autres shérifs élus de notre État, le bureau du shérif du comté de Snohomish ne fera pas appliquer de décret contraire à la liberté de religion et aux droits constitutionnels», a annoncé le shérif Adam Fortney sur Facebook.

De même, un shérif de Caroline du Nord a déclaré qu'il ne donnerait pas d'amendes aux personnes qui se rassemblent à plus de dix dans des églises. Selon le règlement du gouverneur, les offices religieux doivent avoir lieu à l'extérieur si plus de dix fidèles s'y présentent.

«Tant que je suis shérif, mes adjoints et moi n'empêcherons pas les fidèles de se retrouver à l'église pour exercer leur droit constitutionnel de pratiquer leur religion librement», a écrit Steve Bizzell.

Les shérifs étant des élus, cette opposition publique aux mesures de confinement est une bonne façon pour eux de se faire connaître et d'augmenter leur popularité dans des comtés Républicains. Certains sont même invités sur la chaîne Fox News, où leur défiance des autorités est célébrée comme une forme d'héroïsme.

Newsletters

Beyrouth, ville poussière

Beyrouth, ville poussière

La capitale du Liban portait déjà plusieurs strates de son histoire sur ses façades, nombreuses à garder les traces de la guerre civile. À présent, les immeubles en ruines sont aussi ceux qui ont été ébranlés par l'explosion du port, survenue le 4...

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le Cuba d’hier explique les manifestations d’aujourd’hui

Le 11 juillet 2021, les Cubains descendent dans la rue pour demander la «fin de la dictature», un événement presque inédit dont Jorge Felipe Gonzales décrit les racines. 

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 24 au 30 juillet 2021

Reconnaissance d'une «dette» de l'État français à l'égard de la Polynésie française, JO de Tokyo et incendies en Sibérie... La semaine du 24 au 30 juillet 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio