Société / Sports

La distanciation physique fera-t-elle du roller le sport des années 2020?

Temps de lecture : 2 min

La discipline est en train d'opérer un come-back incontestable, qui a sans doute démarré avant même l'irruption du Covid-19.

Crédit: Michael Prewett via Unsplash
Crédit: Michael Prewett via Unsplash

Ce n'est peut-être pas juste une histoire de Covid-19 et de mode de vie à modifier. Pour le journaliste new-yorkais Jeff Ihaza, qui publie un article sur Mic, le grand retour du roller avait commencé à s'opérer avant même que le coronavirus ne vienne perturber nos existences. Lui-même skater depuis une quinzaine d'années, il dit avoir vu le roller regagner un peu de terrain dans les rues de sa ville, et les publications sur le sujet se multiplier sur internet (recherche de la paire idéale, récit d'une virée dans Brooklyn...).

Même sur Youtube, le roller a pris peu à peu sa place, comme l'explique un article récement publié sur Jezebel. D'après Jeff Ihaza, «puisque les recommandations liées à la distanciation physique redéfinissent les activités d'extérieur, la renaissance du roller semble imminente».

Pour Joel Rappelfeld, auteur d'un des ouvrages de référence sur le roller, il fut un temps où 70% des personnes qui traversaient Central Park ou Prospect Park le faisaient sur des roulettes, contre 1 personne sur 100 aujourd'hui (statistiques réalisées au doigt mouillé). L'auteur de The Complete Blader pense lui aussi que l'utilisation du roller va remonter en flèche:

«On va voir arriver la prochaine génération de pratiquant·es, parce que la population va avoir un besoin croissant de se déplacer sans utiliser les transports en commun», explique-t-il. «New York s'est peu à peu adaptée aux cyclistes, ce qui signifie qu'il y a également plus de place pour le skate et le roller, puisqu'il existe désormais des pistes permettant de pratiquer ce genre de sport».

À Big Apple comme ailleurs, les réouvertures de parcs ont créé la controverse, puisque ni le port du masque ni le respect des distances de sécurité n'y semblent importants pour la plupart de leurs utilisateurs et utilisatrices. Détente et vigilance ne semblent pas pouvoir aller de pair. Cela semble ouvrir une brèche pour les adeptes de skate-board ou de roller qui, sur le papier, gardent plus volontiers leurs distances que les joggeurs et joggeuses.

Une question de concentration, pour Joel Rappelfeld, qui explique que les pratiquant·es font preuve d'une vigilance accrue et permanente liée à leur discipline. Car si courir peut permettre de lâcher prise, ce qui pousse certain·es à abandonner progressivement les règles élémentaires de distanciation ou d'hygiène, pratiquer un sport comme le roller nécessite notamment d'évaluer en permanence les distances par rapport aux autres personnes présentes, et de contrôler sa vitesse.

Le monde est à nous

Le roller, préservateur de lien social? «Le truc chouette avec le roller», explique Rappelfeld, «c'est qu'on peut aller à des rythmes différents mais se parler quand même, tout en maintenant une distance acceptable». Ce qui n'empêche pas de prendre certaines dispositions, comme porter un masque. Les sportives et sportifs qui crachent tous les dix mètres étaient déjà peu supportables avant, mais sont désormais devenu·es intolérables.

Le journaliste a également interrogé un développeur qui s'est récemment remis au roller pour effectuer ses déplacements, et qui ne regrette pas sa décision. «Quand j'étais petit, j'adorais ça, et puis tout le monde s'y est mis; soudain, ce n'était plus cool du tout. Maintenant, je refais beaucoup de roller. C'est même devenu ma seule raison de sortir. Pas de voitures, pas de piétons: la route et le monde sont à nous».

Aucune raison pour que la France ne suive pas le modèle des États-Unis: çà et là, on a vu des paires de rollers faire leur apparition, généralement chez d'ancien·nes pratiquant·es.

Le roller en ligne sera-t-il le moyen de transport des années 2020? Durant les premiers mois, on a cru que ce serait peut-être la trotinette électrique. Mais le Covid-19 en a peut-être décidé autrement.

Newsletters

La volonté de rétablir la peine de mort, le miroir de la peur et du sentiment d'insécurité

La volonté de rétablir la peine de mort, le miroir de la peur et du sentiment d'insécurité

Le 14 septembre, un sondage de l'institut Ipsos/Sopras Streria dévoilait que 55% des Français·es étaient favorables à un retour en arrière.

Poids, cheveux blancs, visage au naturel: le confinement a aidé des femmes à mieux s'accepter

Poids, cheveux blancs, visage au naturel: le confinement a aidé des femmes à mieux s'accepter

Plusieurs mois après le déconfinement de nombreuses femmes n'ont toujours pas renoué avec leurs habitudes cosmétiques pré-Covid, et comptent s'y tenir.

Laissez les femmes se réunir en non-mixité, elles en ont besoin

Laissez les femmes se réunir en non-mixité, elles en ont besoin

Quel est le point commun entre une carte de membre dessinée au feutre, des étudiants américains amateurs de lettres grecques et deux amis qui s'écharpent autour d'une cravate? La notion de club, de non-mixité, d'entre-soi. Le genre de système qui...

Newsletters