Tech & internet / Culture

Nouveau job de rêve: représenter une entreprise sur «Animal Crossing»

Temps de lecture : 2 min

Une offre d'emploi inédite liée au hit du jeu vidéo devrait faire saliver tout le monde.

Image tirée de la vidéo  Animal Crossing: New Horizons Comes to Life! | capture d'écran Youtube
Image tirée de la vidéo Animal Crossing: New Horizons Comes to Life! | capture d'écran Youtube

Vous n'avez pas pu y échapper: le jeu vidéo Animal Crossing: New Horizons est absolument partout, son univers vidéoludique étant même le premier du genre à faire la couverture de M, le supplément week-end du Monde. Partout, il n'est question que du cours du navet et d'un certain Tom Nook, qui serait actuellement quarante fois plus riche que Jeff Bezos.

Construire son île, visiter celle des autres, personnaliser tout ce qui peut l'être, pêcher des poissons: tel est l'objectif de ce jeu paisible et bienveillant, qui a rendu plus supportable le confinement de millions de personnes. L'offre d'emploi publiée par une entreprise hongkongaise devrait en faire rêver plus d'un·e: elle propose de rémunérer une personne afin qu'elle la représente sur Animal Crossing pendant un mois.

Yummy House, l'entreprise en question, propose des produits alimentaires allant «de la sauce soja aux ormeaux en conserve» dans huit boutiques situées à Hong Kong, peut-on lire sur Quartz. Récemment, elle a publié une offre d'emploi destinée à une personne créative ayant joué plus de 100 heures à Animal Crossing, et possédant en outre quelques compétences artistiques. Ce CDD d'une durée d'un mois, avec télétravail possible, est payé 20.000 dollars hongkongais (soit un peu moins de 2.400 euros).

Le travail demandé consiste à créer une île à l'effigie de Yummy House, de mettre en avant ses produits, ses usines et ses boutiques, afin de donner envie aux membres de la communauté de se rendre dans les véritables points de vente de la chaîne. En échange, la personne recrutée devra rendre compte de son activité trois fois par semaine, pas plus.

L'été en vente douce

Pour Savannah Tang, cadre de l'entreprise, l'idée est née en avril, après le début du confinement: «Beaucoup de personnes ne pouvaient pas sortir, de nombreuses entreprises étaient en train de s'écrouler, et il y a eu énormement de licenciements ou de congés forcés».

«Nous avons pensé que puisque les gens n'avaient pas grand chose à faire chez eux, c'était le moment de faire du soft sell», ajoute la responsable. Cette méthode, également connue en France sous le nom de vente douce, consiste à créer une relation durable et non-intrusive entre une entreprise et sa clientèle. Par exemple en faisant exister le nom de Yummy House sur Animal Crossing sans pousser ouvertement les joueurs et joueuses à débourser quoi que ce soit.

En quelques jours, l'entreprise a reçu 230 candidatures, dont 80% proviennent de Hong Kong. Mais certain·es n'ont pas hésité à postuler depuis la Chine, où le jeu est pourtant interdit, et où il est même devenu un objet et un lieu de protestation politique... notamment pour des militant·es venu·es de Hong Kong.

Des membres de la population chinoise ont d'ailleurs tenté de contourner cette interdiction en rebaptisant le jeu, et en ont même profité pour essayer de vendre objets et services liés à l'univers Animal Crossing. Une inventivité sans bornes qui pourrait bien séduire le pôle recrutement de Yummy House.

Newsletters

L'OMS collabore avec Wikipédia contre la désinformation sur le Covid-19

L'OMS collabore avec Wikipédia contre la désinformation sur le Covid-19

L'Organisation mondiale de la santé espère ainsi prévenir une prochaine «infodémie».

Comment la Russie tente d'isoler son internet du reste du monde

Comment la Russie tente d'isoler son internet du reste du monde

Une nouvelle composante de la navigation sur internet est sur le point d'être criminalisée en Russie.

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

[TRIBUNE] Sur internet, l'anonymat permet de se soustraire à la responsabilité individuelle.

Newsletters