Culture

À l'époque des découvertes, comment les marins stockaient-ils l'eau?

Temps de lecture : 2 min

Autant dire qu'elle n'était pas de bonne qualité et devait être parfois rationnée, car on ne savait pas combien de temps allait durer le voyage.

L'eau était d'autant plus importante qu'à cette époque, les denrées transportées devaient être non périssables. | J. B. Lippincott & Co via Wikimedia Commons
L'eau était d'autant plus importante qu'à cette époque, les denrées transportées devaient être non périssables. | J. B. Lippincott & Co via Wikimedia Commons

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «À l'époque des découvertes, comment les marins stockaient-ils ou préparaient-ils l'eau potable pour un si long voyage? Il ne semble pas pratique de faire bouillir l'eau dans les navires à cette époque.»

La réponse d'Isabelle Rentler, professeure d'anglais:

Je me suis penchée sur la question il y a quelques mois, en cherchant si l'origine du mot «cookie», qui nous vient non pas de l'anglais mais du hollandais, était liée à la nourriture des marins à bord des navires à l'époque des découvertes.

Et voici ce que j'ai trouvé:

Les marins, avant de monter à bord, entassaient de gros tonneaux d'eau «potable» dans les cales. Autant dire qu'elle n'était pas de bonne qualité et devait être parfois rationnée, car on ne savait pas combien de temps allait durer le voyage. Je parle ici de voyage transatlantiques, sans halte possible. Sauf dans les Antilles occidentales.

Et elle manquait parfois, ce qui mettait la survie des marins en jeu. D'ailleurs, certains tombaient malades et d'autres mouraient. J'ai lu qu'il leur arrivait de boire leur urine ou de l'eau salée, ce qui ne devait en rien arranger les choses. Je n'ai rien trouvé qui confirmait ou infirmait cette information.

Les marins avaient droit à des rations de vin non coupé qui, bien entendu, ne peut remplacer l'eau pour l'hydratation. J'ai été étonnée de ne pas trouver de mention de rhum, qui est souvent un des clichés du cinéma. En revanche, l'huile était utilisée. Les rations variaient selon le grade et les jours (gras ou maigres).

La choucroute contre le scorbut

L'eau était d'autant plus importante qu'à cette époque, les denrées transportées devaient être non périssables. Les marins mangeaient donc biscuits et viandes saumurées. Les légumes étaient absents de leur régime, ce qui était la pire cause de décès dus au scorbut, car ils manquaient de vitamine C que l'on trouve dans les légumes et les fruits (qui auraient pu eux aussi les hydrater). Or ils étaient périssables. Cette nourriture n'avait nullement besoin d'être bouillie. Visiblement, la mode des viandes bouillies ne fonctionnait pas à bord.

Pour les voyages des Hollandais ou des Anglais vers les Indes orientales, les bateaux avaient la possibilité de s'arrêter et de se ravitailler le long des côtes africaines ou dans des îles.

D'ailleurs, la Colonie du Cap, qui deviendra plus tard l'Afrique du Sud, a pour origine un centre de ravitaillement pour les marins. On y plante des légumes, on peut y trouver de l'eau et, bien entendu, de la viande fraîche, afin de réduire le scorbut parmi les marins. C'était en 1652. Les Hollandais avaient d'abord pensé à l'île Maurice, mais ils apprirent la présence de citronniers au Cap.

Plus tard, James Cook utilisa la choucroute pour préserver les matelots de cette maladie, ce qui lui permit d'effectuer ses voyages en Océanie. Je n'ai rien trouvé sur la façon dont ses marins se ravitaillaient en eau, mais j'imagine qu'ils s'arrêtaient en cours de route.

Un de mes collègues d'histoire m'a expliqué que les navires français faisaient de même à l'Île Bourbon (la Réunion actuelle). Voilà, J'ai un peu débordé du sujet mais, étant donné que la nourriture était séchée, le besoin en eau devait être proportionnellement important.

EDIT: Laurent Decker me signale que les Normands utilisaient la viande bouillie, mais c'était pour de courtes distances.

Newsletters

«Homecoming», série à l'écriture millimétrée et empathique

«Homecoming», série à l'écriture millimétrée et empathique

Dans la saison 2, l'intrigue se complexifie et gagne en émotion, grâce notamment à l'ajout de plusieurs personnages féminins électrisants.

Le cancre Zemmour, l'Amérique et les Barbaresques

Le cancre Zemmour, l'Amérique et les Barbaresques

Les cuistres méchants ont de la réalité des souvenirs imprécis. Quelle pitié quand l'histoire est si belle et complexe.

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 9

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 9

Arabité, super-héros et retour de Jésus, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Newsletters