Monde

Les bases secrètes britanniques gênées par Google Street View

Temps de lecture : 2 min

Google Street view ne pourra pas archiver tous les rues du monde. Le Daily Mail rapporte en effet que le géant américain a dû enlever, le 19 mars dernier, des photos de plusieurs bases militaires de son service Street View suite à une demande du gouvernement britannique.

Ces clichés enfreindraient la loi sur le secret défense, et pourraient «servir à des terroristes ou des gouvernements étrangers hostiles».

Parmi les sites concernés par cette opération de cyber-nettoyage, le quartier général du MI-5, un centre de recherche gouvernemental sur les armes atomiques ou encore les bases du Special Boat Service et Special Air Service.

Du côté de Google, cette interdiction semble être parfaitement acceptée. «Si des erreurs sont faites de notre part, nous enlevons les images du service, a déclaré le 20 mars un porte-parole du groupe. Nous ne sommes pas forcément conscients de toutes les préoccupations en matière de sécurité, mais nous sommes ouverts aux discussions si des problèmes interviennent».

Reste que cette affaire n'est pas la première du genre. Des clichés de Google Earth avaient déjà créé des tensions avec le gouvernement indien en 2005 alors que deux ans plus tard, Virtual Earth avait mis en ligne des photos d'un sous-marin nucléaire dans l'Etat de Washington.

[Lire l'article sur Dailymail.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Don't like pictures par JCMar via Flickr/Licence CC By

Newsletters

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise...

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Frappées durement par le confinement dans les pays où elles se sont réfugiées, des dizaines de milliers de personnes n'ont d'autre choix que de rentrer, par tous les moyens.

Newsletters