Égalités

L’Allemagne interdit les «thérapies de conversion» pour les mineur·es

Temps de lecture : 2 min

Ces «thérapies de conversion» peuvent avoir de lourdes conséquences psychologiques sur les personnes LGBTQ qui les subissent.

Bremen, Allemagne | Jana Sabeth via Unsplash 
Bremen, Allemagne | Jana Sabeth via Unsplash 

Les «thérapies de conversion» se basent sur des traitement pseudo-scientifiques pour tenter de forcer une personne à changer son orientation sexuelle, de l’homosexualité ou de la bisexualité à l’hétérosexualité. Elles peuvent aussi cibler les personnes transgenres. Le parlement allemand a voté jeudi leur interdiction autant pour les personnes mineures que pour les adultes contraints, menacés ou manipulés à subir ces «thérapies».

Appelées «thérapies réparatrices» par leurs défenseurs et défenseuses, elles reposent sur la supposition qu’il est possible de changer voire «guérir» l’orientation sexuelle d’une personne. Or, pour les personnes concernées, il ne s’agit pas d’un choix, comme le rappelait Stéphane Clerget, psychiatre et auteur de l'ouvrage Comment devient-on homo ou hétéro?

Avec cette interdiction, nous apprend Frederik Pleitgen pour CNN, la publicité pour de telles «interventions» sur les jeunes devient illégale et passible d’amende ou d'une peine d’emprisonnement.

Dans un communiqué, le ministre fédéral de la santé, Jens Spahn, a fait savoir que l’interdiction était un «important signal de la société allemande pour tous ceux qui sont hésitants quant à leur homosexualité: il est parfaitement normal d’être comme vous êtes […] l’homosexualité n’est pas une maladie. Rien que l’appellation «thérapie» est trompeuse. Ces soi-disant thérapies rendent les gens malades pas l’inverse.»

En effet, selon plusieurs études, subir une «thérapie de conversion» sous quelque forme que ce soit entraîne de plus grands risques de tomber en dépression et de se suicider.

En France, à la fin de l’année 2019, deux députés ont préconisé la mise en place d’une législation spécifique contre ces «thérapies». En 1992, l'homosexualité a été exclue de la liste des pathologies psychiatriques. Pourtant, elle est toujours considérée comme une maladie par les organisateurs de ces pratiques. Les associations les plus connues qui les proposent en France sont Torrents de vie et Courage.

La Fondation Le Refuge qui héberge et accompagne les jeunes LGBT+ rejetés par leurs proches rapporte recevoir au moins 3 fois par mois des appels aux sujets de formes de «thérapies de conversion».

Newsletters

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

En Égypte, la dangereuse stratégie du pouvoir pour persécuter les minorités sexuelles

En Égypte, la dangereuse stratégie du pouvoir pour persécuter les minorités sexuelles

Grâce à de nouvelles lois sur la cybercriminalité et la moralité en ligne, les procureurs obtiennent des peines et des condamnations plus sévères et irrécusables.

Le pape François fait un peu plus de place aux femmes dans l'Église

Le pape François fait un peu plus de place aux femmes dans l'Église

Il vient de leur permettre d'être instituées lectrices et acolytes. Une décision symbolique, qui ouvre néanmoins une brèche et participe à la lutte qu'il a engagée contre le cléricalisme structurel dans l'Église catholique.

Newsletters