Société

Avez-vous le bon profil pour tout plaquer et vivre dans une yourte?

Temps de lecture : 2 min

Faites le test.

Viens on quitte Paris? | @hollymandarich via Unsplash
Viens on quitte Paris? | @hollymandarich via Unsplash

Voici un test pour vous aider à savoir si vous êtes prêt·e à faire le grand saut. Il est inspiré de l'enquête de Maxime Brousse, Les Nouveaux Nomades, Toujours ailleurs, partout chez eux, qui vient de paraître chez Arkhê.

L'auteur tente de comprendre ce que l'engouement autour des nouvelles formes de nomadisme raconte, en creux, de nos vies urbaines.

Vos potes trentenaires désertent Paris pour se mettre en colocation dans le Limousin? Le confinement vous a dégoûté de votre petit appartement? Votre frère accumule les «likes» sous les photos de son tour du monde en sac à dos? Votre voisine de palier passe ses week-ends à construire sa tiny house dans la Creuse? Votre patron·ne remet sur le tapis son projet de transatlantique en solitaire et vos collègues privilégient plus que jamais le télétravail –aujourd'hui pour cause sanitaire mais demain, vous le sentez, par choix plein et entier.

Oui. Autour de vous, le monde s'est mis en marche, littéralement. À tel point que vous vous demandez si vous ne devriez pas changer de vie, tout plaquer pour travailler à distance, voyager ou vous retirer dans un coin sauvage.

Qu'il s'agisse de digital nomads, de vanlifers ou de «tinistes», une nouvelle génération de nomades a pris la route. Et les rangs de ces trois communautés grossissent à vue d'œil. Mais rassurez-vous, pour l'heure, la folie du nomadisme est encore un effet d'optique, et le monde reste aux mains des sédentaires, surtout avec des frontières fermées. Il n'empêche, cette envie de foutre le camp vous a déjà traversé l'esprit.

Newsletters

Agressions sexuelles: comment sont suivis les auteurs pour éviter la récidive

Agressions sexuelles: comment sont suivis les auteurs pour éviter la récidive

La difficulté tient à la diversité des profils et aux troubles de la personnalité des agresseurs.

Le classique du féminisme qui a changé ma vie me semble aujourd'hui totalement à côté de la plaque

Le classique du féminisme qui a changé ma vie me semble aujourd'hui totalement à côté de la plaque

J'ai relu «Quand la beauté fait mal», de Naomi Wolf, vingt ans après. Et j'ai eu mal, en effet.

Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Sur Twitter, certains ont pris la défense des Dinosaurus jusqu'à leurs dernières miettes. Pourtant, l'info de départ était fausse.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters