Société / Monde

L'Europe, modèle de résilience

Temps de lecture : 2 min

[TRIBUNE] L'Union européenne bénéficie d'avantages comparatifs par rapport aux États-Unis et à la Chine pour préparer la reprise.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 15 avril 2020. |
John Thys / POOL / AFP
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 15 avril 2020. | John Thys / POOL / AFP

Le leadership américain se dérobe et le «modèle chinois» rebute: notre monde en crise n'a pas ce qu'il désire et subit ce qu'il rejette. Dans la vallée de larmes qui s'ouvre au monde, les Européens peuvent tracer la voie car ils disposent d'outils de résilience historiques: un État-Providence puissant en économie, une tradition de coopération multilatérale en diplomatie et des systèmes de santé publique efficaces et largement soutenus par la population.

La Chine: un bilan médical ne fait pas un modèle international

Quel renversement paradoxal: foyer de l'épidémie, la Chine répand partout l'idée qu'elle a jugulé la pandémie grâce à son régime autoritaire. Elle s'érige même en modèle sanitaire, économique et politique pour le monde. S'engageant dans une compétition macabre de bilans de victimes du virus avec les Occidentaux, la puissance chinoise a laissé éclater ses ambitions sous couvert d'assistance humanitaire: répandre ses matériels médicaux pour exporter son système administratif et préempter la reprise économique en prenant de vitesse des Occidentaux encore confinés.

Malgré des poussées diplomatiques oscillant entre solidarité médiatique et agressivité diplomatique, la Chine n'a réussi qu'à susciter une méfiance accrue dans le monde. À trop vouloir exploiter la crise, la superpuissance chinoise a échoué à se ménager un véritable leadership: elle n'a pas suscité de «désir de Chine» hors de sa sphère d'influence strictement régionale, au Laos ou au Cambodge. Elle a même suscité un regain de résistance au Japon, en Corée et aux États-Unis.

Les États-Unis, leader démissionnaire

Dans les crises mondiales des dernières décennies, les États-Unis avaient traditionnellement réussi à prendre des fonctions de chef de file: dans la lutte contre les totalitarismes, puis contre le terrorisme ou encore contre les crises financières, la présidence américaine avait, bon an mal an, donné le ton et montré la voie.

Face aux crises de 2020, les États-Unis ont littéralement renoncé à ce rôle avant même d'essayer de l'endosser. Après avoir raillé le danger, la présidence Trump a systématiquement (mais massivement) réagi avec un temps de retard pour lutter contre la contagion, limiter le chômage et soutenir les entreprises. Les États-Unis ne restent pas oisifs mais se cantonnent à un rôle réactif en cultivant une rhétorique de la revanche.

Résiliences européennes

Entre un leadership chinois impuissant car impatient et un leadership américain qui s'abolit lui-même, les Européens ont un rôle mondial à jouer d'urgence. L'Union européenne bénéficie en effet d'avantages comparatifs évidents pour préparer la reprise.

Massivement victime du virus, l'Europe ne doit pas avoir honte de son bilan sanitaire: dans de nombreux États membres, le système de santé et la mobilisation citoyenne ont réussi par des voies démocratiques à freiner la contamination. L'expérience séculaire des politiques de santé publique a parlé. Sur le plan économique, la mobilisation des États membres pour s'engager dans des politiques contra cycliques a rappelé combien l'Europe est habituée à affronter les crises graves. En particulier, les dispositifs de chômage partiel préserveront les entreprises et sauvegarderont la main-d'œuvre pour une reprise plus rapide. Enfin, l'Europe doit être fière de sa réactivité économique et financière. En quelques jours, ses États membres, ses institutions bancaires ont mis sur pied un système de soutien mutuel massif à la hauteur des besoins de financement des États. Elle préservera ainsi ses capacités productives pendant la crise, y compris contre les prédations étrangères.

Loin de rougir de son comportement durant la crise, l'Union doit se montrer fière de sa résistance face à un virus qui la frappe durement et une crise économique qui la menace profondément. Ses principales institutions sont taillées pour montrer une résilience exemplaire par gros temps.

Newsletters

Covid-19, emploi, démocratie... Les jeunes coincés dans une spirale de pessimisme

Covid-19, emploi, démocratie... Les jeunes coincés dans une spirale de pessimisme

Les entraves pour se projeter vers l'avenir se multipliant, le moral de la jeunesse est en berne.

«Nous avons chéri Jonathann encore plus que d'habitude»

«Nous avons chéri Jonathann encore plus que d'habitude»

[Épisode 2] À l'enterrement de sa femme Alexia, Jonathann Daval porte le costume de leur mariage. Il se couche sur le cercueil. Personne ne sait que des enquêteurs se sont infiltrés pour observer les attitudes de chacun.

Comment concilier militantisme et carrière professionnelle?

Comment concilier militantisme et carrière professionnelle?

Un activisme trop voyant peut mettre en péril des opportunités de carrière, mais faut-il renoncer à s'engager pour autant?

Newsletters