Économie

Le Covid-19 bouleverse l'économie du plastique

Temps de lecture : 2 min

Le prix du pétrole est au plus bas et les industriels américains tentent de bâtir des stratégies pour faire renaître l'économie du plastique.

Les pays en développement sont une cible économique de choix pour relancer la consommation de plastique. | Martin Bernetti / AFP
Les pays en développement sont une cible économique de choix pour relancer la consommation de plastique. | Martin Bernetti / AFP

Alors qu'il y a quelques mois le marché du plastique était à son apogée, le coronavirus Covid-19 a fait une apparition fracassante, renversant l'ordre des choses. La pandémie mondiale couplée à la chute des prix du pétrole risque de faire bien du tort au secteur pétrochimique. Tous les indicateurs économiques présageaient pourtant une période plus que prospère pour l'industrie du plastique aux États-Unis, expose cet article du Time.

L'abondance de gaz naturel à un prix dérisoire offrait une opportunité idéale pour les géants américains de l'énergie de produire en grande quantité à moindre coût. On pensait alors, peut-être à tort, pouvoir compter sur le caractère exponentiel de la demande en plastique. Le pari était risqué. En Europe, plusieurs produits à usage unique et utilisant la matière plastique ont été interdits récemment. Idem en Chine et au Canada, ainsi que dans trente-quatre pays africains où ce type de restrictions s'étend.

En février, 343 projets de création ou d'agrandissement d'usines pétrochimique ont été autorisés et planifiés aux États-Unis, d'après un rapport du Conseil américain de l'industrie de la chimie. La production mondiale de plastique devait être multipliée par trois d'ici à cinq ans et par cinq à l'horizon 2050. Rien n'est plus certain à présent. «Nous vivons une période sans précédent, et les entreprises, pas seulement les fabricants de produits chimiques, font de leur mieux pour conserver leur fonctionnement», témoigne Kevin Swift, directeur général de l'économie et des statistiques au sein du Conseil américain de l'industrie chimique.

L'industrie du plastique n'a pas dit son dernier mot

L'industrie américaine du plastique rebondit face au Covid-19 et tente d'utiliser les mesures sanitaires à son avantage. L'association des industries plastiques a envoyé une lettre au département de Santé et des services sociaux américains, demandant une dérogation pour autoriser la commercialisation de sacs à usage unique, par mesure de prévention sanitaire. Une tentative plutôt victorieuse puisque quelques supermarchés ont autorisé l'utilisation de sacs réutilisables, en dépit des études prouvant que le virus survit moins facilement sur les tissus.

Aux États-Unis, la consommation de plastique atteint les 80 kilogrammes par personne et par an. De l'autre côté du globe, l'Inde et le continent africain consomment en moyenne moins de 10 kilogrammes par an et par personne. Si de nombreux pays ont posé des mesures restrictives à l'usage des composants plastiques à usage unique, les pays en voie de développement constituent peut-être une bouée de sauvetage pour les industriels du plastique.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Parallèlement, Fredric Bauer, chercheur à l'université de Lund, se dit inquiet quant à la consommation de plastique. «Le monde est déjà inondé de plastique et la présence de ce matériau ne fait qu'augmenter, remarque-t-il. J'ai peur que l'on se noie dans cet océan de plastique.»

Newsletters

Le nouveau visage de la mondialisation

Le nouveau visage de la mondialisation

Avec la pandémie de Covid-19 et l'invasion de l'Ukraine, le commerce mondial est profondément perturbé. Faut-il y voir les premiers signes d'une démondialisation que certains appellent de leurs vœux? Ce serait aller un peu vite en besogne.

Au Royaume-Uni, de plus en plus de seniors ne veulent plus travailler

Au Royaume-Uni, de plus en plus de seniors ne veulent plus travailler

Quelque 300.000 travailleurs britanniques parmi les plus âgés sont désormais «économiquement inactifs», ce qui représente un défi majeur pour le gouvernement.

Pourquoi les grands patrons gagnent des millions

Pourquoi les grands patrons gagnent des millions

Les dirigeants du CAC 40 ont vu leur rémunération doubler en un an, atteignant une moyenne de 8,7 millions d'euros. Des sommes qui scandalisent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio