Culture

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 6

Temps de lecture : 2 min

Racisme, œuvres d'art et culture générale, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Des conseils pour tous les goûts. | Burst via Pexels
Des conseils pour tous les goûts. | Burst via Pexels

Alors que l'on apercevait enfin la ligne d'arrivée, le fameux déconfinement fixé au 11 mai, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a prévenu dans une interview accordée au Parisien le 2 mai que «la date de lever du confinement pourrait être remise en question». Aïe, la douche froide.

Si vous ne savez plus quoi écouter, pas de panique. Chaque semaine, la rédaction de Slate.fr vous propose une liste de cinq podcasts recommandés par les membres du Slate Podcast Club.

Créé par nos soins il y un an, ce groupe Facebook regroupe des fans qui partagent leurs podcasts coups de cœur, pour adultes et pour enfants.

«Sans blanc de rien»

Sur la page du club, Géraldine nous recommande Sans blanc de rien. «Ça a vraiment changé ma vision de la société», souligne-t-elle.

L'idée du podcast part d'un questionnement: et si le racisme était si banal, si insidieux qu'on ne le voyait même plus? Au fil des quatre épisodes, le podcast suit l'histoire d'une jeune femme apprenant à déconstruire sa pensée et prenant conscience des privilèges dont elle jouit en tant que personne blanche.

Ce docu-fiction analyse minutieusement les mécanismes qui maintiennent le racisme invisible à l'œil nu, du moins pour les personnes non concernées, et tente de simplifier le jargon et les débats complexes entourant le sujet.

«Noises», Bababam

De son côté, Nicolas nous partage l'une de ses récentes découvertes, Noises: «Ce qui me plaît dans ce podcast, c'est l'invitation au voyage dans des univers différents du mien, dans lesquels j'apprends beaucoup ou qui me font travailler l'imaginaire.»

Noises est avant tout une expérience auditive complète: l'auditoire est placé au cœur de l'intrigue, tandis qu'autour se multiplient les sons grinçants, angoissants, parfois intrigants. Tout se passe comme si l'on était présent·e aux côtés de ses personnages pris au piège.

Chaque épisode vous immerge dans un univers particulier à l'atmosphère pesante –une sorte de Black Mirror du podcast. Pour maximiser vos sensations, on vous conseille de porter des écouteurs.

«L'Entre-deux», les Effarés du bocal

Elsa conseille pour sa part de jeter une oreille à L'Entre-deux. «Cinq voix confinées se répondent chaque jour, avec beaucoup de douceur, du rire, des inquiétudes et des questions que tout le monde se pose», résume-t-elle.

«Depuis le 17 mars 2020 midi, nous sommes tous malgré nous dans un entre-deux sans date de péremption, coincés après l'avant, avant l'après»: face à ce constat, cinq femmes d'âge et de milieux différents ont décidé de s'envoyer des messages vocaux quotidiens pour raconter leur confinement.

Livrant leurs craintes, leurs joies et leurs pensées parfois absurdes, elles nous partagent leurs moments de vie entre quatre murs avec une douceur inouïe.

«L'Affaire des 450 tableaux», Moustic Studio

Rachel suggère d'écouter L'Affaire des 450 tableaux pour une raison simple: «J'étais pendue aux épisodes.»

Grand collectionneur d'œuvres d'art de la première moitié du XXe siècle, Armand Dorville, persécuté par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale, se réfugie dans le sud de la France. En 1941, ses 450 tableaux –parmi lesquels des Monet, des Renoir et des Vuillard aujourd'hui placés dans de grands musées– sont vendus de force par le régime de Vichy, sans que la famille n'en perçoive les bénéfices.

Bond dans le futur. En 2016, Francine, 70 ans, apprend par la voix de généalogistes que l'avocat fervent amateur d'art est en réalité son grand-oncle. L'Affaire des 450 tableaux retrace son combat pour récupérer ses toiles, dont elle est héritière.

«Mourir moins con», Prisma Media

Rachel nous recommande également Mourir moins con. «Ce podcast m'a fait rire et il s'écoute facilement!», s'enthousiasme-t-elle.

En trois minutes chrono, le programme répond aux questions que tout le monde se pose, utiles ou futiles, de manière dynamique et drôle. Pourquoi la tour de Pise penche-t-elle? Pourquoi la mer est-elle salée? Pourquoi Noël s'appelle Noël?

Il existe également une version pour les plus petit·es, ces adeptes des «pourquoi» et des «comment», baptisée Grandir moins con.

En savoir plus:

Newsletters

«Luca» de Pixar serait un film gay? Vraiment?

«Luca» de Pixar serait un film gay? Vraiment?

Comme souvent avec les films de Disney, tout le monde y va de sa propre interprétation et projette ce qu'il veut y voir.

De Gagarine à Wendy, cette semaine, le cinéma se montre dans toute sa diversité

De Gagarine à Wendy, cette semaine, le cinéma se montre dans toute sa diversité

Elles sont signées Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, Philippe Béziat, Olivier Peyon, Benh Zeitlin. Vous ne les connaissez pas? Raison de plus pour découvrir quatre nouveautés aux saveurs très diverses.

«Grosse bouse», «verrue»... L'architecture de la Samaritaine sous le feu des critiques depuis 1907

«Grosse bouse», «verrue»... L'architecture de la Samaritaine sous le feu des critiques depuis 1907

Le grand magasin, fermé en 2005, dévoile sa rénovation. Seize ans de polémiques, de hauts cris et de rebondissements, mais l'illustre vieille dame en a vu d'autres.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio