Monde

La dernière statue de Franco déboulonnée en Espagne

Temps de lecture : 2 min

Solidement installé sur une place de Ferrol, sa ville galicienne natale, depuis 1967, le dernier vestige de bronze du dictateur Francesco Franco a été démantelé jeudi dernier.

Selon El Mundo, la statue équestre, haute de six mètres et lourde de huit tonnes, a été discrètement évacuée vers un dépôt militaire par une grue, au nom de la Loi sur la mémoire historique. Elle y restera entreposée, dissimulée sous une bâche, à l'abri des regards indiscrets.

En juillet 2002, le gouvernement local, emmené par les nationalistes du BNG (Bloque Nacionalista Galego) avait provisoirement retiré le symbole franquiste pour le rénover, avant de réinstaller la statue devant l'entrée du Musée naval municipal. Au mois de janvier, refusant ce legs douloureux, le ministère de la Défense avait intimé l'ordre au conseil municipal de Ferrol de déboulonner la statue du caudillo. Quelques jours plus tard, le maire socialiste de la commune s'était engagé à se conformer aux directives du gouvernement.

Désormais, il n'y a plus de statue de Franco sur le «territoire espagnol». Une nuance géographique qui a son importance, puisqu'il reste un buste à Melilla, l'enclave située sur la côté méditerranéenne du Maghreb.

[Lire l'article sur Elmundo.es]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de une: Statue équestre de Franco / REUTERS, Stringer Spain

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio