Boire & manger / Culture

La littérature peut-elle rendre vegan?

Temps de lecture : 2 min

«Cadavre exquis» d'Agustina Bazterrica risque de donner au traditionnel steak-frites un goût amer.

La fiction permet d'interroger sur la société et de faire réfléchir le lectorat par le biais de dystopies effrayantes. | Stanislav Kondratiev via Unsplash
La fiction permet d'interroger sur la société et de faire réfléchir le lectorat par le biais de dystopies effrayantes. | Stanislav Kondratiev via Unsplash

Et si les animaux n'étaient plus comestibles? Si manger des êtres humains devenait la norme? C'est ce qu'Agustina Bazterrica nous invite à imaginer dans son roman Cadavre exquis, paru en 2019. Dans cet univers dystopique, la chair animale est devenue toxique à la suite d'une pandémie foudroyante. Les amateurs et amatrices de viande, affamées, se mettent alors à manger leurs semblables. Le roman suit le parcours de Marco, employé dans un abattoir dans lequel il travaille pour payer les soins de son père malade.

Bien qu'il puisse paraître fantaisiste et terrifiant, ce roman fait écho aux différentes crises que le genre humain a pu traverser au cours du dernier siècle, observe un article de la BBC. La grippe espagnole, la vache folle, le Covid-19, tous ces maux sont soupçonnés de provenir de la consommation d'animaux. D'après les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), trois maladies sur quatre proviennent de l'ingestion de chair animale.

L'autrice argentine, devenue vegan après avoir visionné le film Terriens, a confié à la BBC que son roman n'avait pas pour but de pousser au véganisme ou au végétarisme. «Je pense que l'art et la littérature donnent au monde une perspective nouvelle. Mais je n'ai jamais voulu faire de mon livre un ouvrage moralisateur», précise-t-elle.

Le pouvoir de l'art sur les consciences

Selon une étude de Keith Oatley, chercheur et romancier, si le travail artistique ne peut obliger qui que ce soit à agir d'une certaine manière, il peut certainement forcer la réflexion. Selon sa théorie du «simulateur de vol mental», la fiction accroît l'empathie du lectorat et le mène à considérer des faits sous un angle nouveau.

Dans la littérature, Fahrenheit 451 ou encore La Servante écarlate sont des ouvrages considérés comme marquants, car ils comportent souvent des parallèles avec le monde actuel. À la manière de Cadavre exquis, ils dépeignent un monde plein de cruauté dans lequel on retrouve toutes les dérives et perversions d'aujourd'hui.

Dire qu'un ouvrage est capable de changer l'opinion de son lectorat semble osé, mais Cadavre exquis est un bon exemple de l'effet que le «simulateur de vol mental» peut exercer sur l'esprit.

Newsletters

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

«Top Chef» saison 12, épisode 3: le récap en GIF et en acceng du Sud

Cette semaine, retour en maternelle.

Les repas sans viande à la cantine ne défavorisent pas les plus précaires

Les repas sans viande à la cantine ne défavorisent pas les plus précaires

Si les ministres pouvaient lire les rapports des établissements publics placés sous leur tutelle, ou simplement faire une rapide recherche sur internet, ça leur éviterait de dire des âneries. Le nerf de la guerre, c'est l'accès aux légumes frais.

Poilâne, l'art du pain français à l'ancienne

Poilâne, l'art du pain français à l'ancienne

Apollonia Poilâne révèle dans une autobiographie les secrets des pains de la célèbre boulangerie familiale, et livre des recettes pour reproduire certaines créations phares.

Newsletters