Monde

En plein confinement, les taxis new-yorkais livrent de la nourriture

Temps de lecture : 2 min

Rémunérés par les autorités locales, les chauffeurs ont déjà distribué près de six millions de repas à des personnes vulnérables.

Plus de 11.000 conducteurs ont répondu présents. | Angela Weiss / AFP
Plus de 11.000 conducteurs ont répondu présents. | Angela Weiss / AFP

Depuis le début du confinement, les rues de New York sont vides. Seuls quelques emblématiques taxis jaunes circulent encore, non pas pour transporter le peu de client·es qu'il reste, mais pour livrer des repas à des personnes isolées.

Le 23 mars, soit trois jours après le début du confinement dans l'État de New York, l'agence gouvernementale de la Taxi and Limousine Commission (TLC) a mis en place un programme permettant aux chauffeurs de la ville d'être rémunérés pour livrer de la nourriture aux New-Yorkais·es âgé·es, malades ou qui n'ont pas les moyens de s'alimenter –de nombreuses banques alimentaires locales ont dû fermer leurs portes par manque de bénévoles.

Pour les conducteurs de taxi, mais aussi quelques Uber habilités, c'est l'occasion de minimiser la baisse de revenus due au confinement. Les participants sont payés 15 dollars de l'heure [13,80 euros], et leurs frais (kilométrage, péages...) sont pris en charge à hauteur de 5 dollars par heure.

Les taxis ont rendez-vous tous les jours aux points de distribution situés dans chacun des cinq arrondissements de la ville, avant de livrer les repas dans les foyers.

«De nombreux chauffeurs le font à la fois pour l'argent et parce que c'est un moyen d'aider la ville à traverser la crise», a déclaré au New York Post Bhairavi Desai, la directrice d'un syndicat représentant environ 15.000 taxis new-yorkais.

Éviter l'exposition au virus

Plus de 11.000 personnes se sont inscrites au programme de la TLC, pour un total de six millions de repas distribués, rapporte ABC News. Chaque jour, ce sont des centaines de milliers de repas qui sont livrés par les taxis de la Grosse Pomme.

Le dispositif permet d'éviter l'exposition au coronavirus de personnes vulnérables, dans une ville fortement touchée par le Covid-19. Épicentre de la pandémie aux États-Unis, l'État de New York recense près de 15.000 décès dus au virus et plus de 250.000 individus contaminés –soit près du tiers de tous les cas américains.

Il semblerait malgré tout que l'épidémie soit en train de régresser dans la mégapole, et le dernier bilan, qui s'élève à 481 morts en vingt-quatre heures, fait partie des plus bas enregistrés.

Malgré cette amélioration, le gouverneur démocrate de New York Andrew Cuomo se veut prudent et a annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 15 mai prochain.

Newsletters

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio