Santé

Le mal de dos n'est pas une fatalité, même en télétravail

Temps de lecture : 2 min

Position inconfortable, tensions, stress: travailler de chez soi peut déclencher des douleurs musculaires, heureusement évitables.

Il n'y a pas de bonne posture en soi, juste votre bonne posture. | Thought Catalog via Unsplash
Il n'y a pas de bonne posture en soi, juste votre bonne posture. | Thought Catalog via Unsplash

Depuis le début du confinement, le télétravail a explosé en France. Près de 40% des salarié·es Français·es l'ont adopté, de gré ou de force. Alors que les semaines passées à œuvrer chez soi défilent et se ressemblent, on en vient à regretter un objet du temps où l'on se rendait encore sur notre lieu de travail: notre chaise de bureau.

Si vous travaillez depuis votre domicile, il est probable que vous utilisiez votre ordinateur posé sur une table ordinaire, un bout de votre cuisine ou, pire, sur une table basse.

Quand on est mal assis·e, les maux de dos ne tardent pas à apparaître et même si vous essayez toutes les positions possibles et imaginables, rien n'y fait, cette fichue douleur persiste. Que faire?

Alan Hedge, expert en ergonomie et professeur à l'université Cornell, livre au Time Magazine quelques astuces pour maintenir une position saine en toutes circonstances.

Attention aux pieds qui pendent

Tout commence par une bonne posture. Asseyez-vous au fond de votre siège, sur les os des fesses que l'on appelle les ischions, et courbez légèrement le bas du dos vers votre ventre.

Pour adopter une telle position et recréer la forme des fauteuils ergonomiques, vous pouvez «utiliser un coussin ou une serviette roulée derrière le bas du dos», précise Alan Hedge.

Vos pieds ne doivent pas pendre dans tous les sens: cela accroît la pression sur vos cuisses et peut bloquer le flux sanguin de vos jambes. Si la table est trop haute, essayez de relever votre siège et utilisez un repose-pieds pour compenser l'absence de sol.

Il ne vous manque plus qu'à ajuster l'écran de votre ordinateur pour garder le cou bien droit. Placez votre écran à la hauteur de votre vison pour éviter que votre dos ne se voûte, comme quand vous regardez votre téléphone.

Les personnes sujettes aux migraines devraient également éviter de travailler en faisant face à une fenêtre: la différence de luminosité entre l'écran et la vue extérieure fatigue les muscles oculaires.

Quant aux bras, il est préférable de les rapprocher le plus possible de son corps, pour ne pas compresser les nerfs. Et puis, pourquoi ne pas privilégier la reconnaissance vocale pour vos e-mails ou SMS? C'est une bonne façon de se reposer les mains et les poignets.

À l'écoute de son corps

L'idée n'est pas non plus de se forcer à être constamment droit·e, ajoute l'ostéopathe Sandra Gamage aux Échos. Il n'y aurait pas de bonne posture en soi, plutôt votre bonne posture. Tant que le dos ne travaille pas, tout va!

Outre une position convenable, on ne doit pas oublier de s'hydrater et de faire quelques mouvements. «L'idéal, c'est de se lever toutes les deux ou trois heures pour marcher», indique la spécialiste.

Quand on est submergé·e par le travail, on peut toujours pratiquer un étirement rapide pour soulager les tensions musculaires accumulées. Debout, on joint ses mains derrière le fessier et on descend les épaules vers le bas, avant de monter la poitrine vers le ciel tout en creusant le dos. Réalisé pendant deux minutes à n'importe quel moment de la journée, cet exercice permettra de faire du télétravail un moment moins douloureux.

Newsletters

Le Botox pourrait soulager la dépression

Le Botox pourrait soulager la dépression

Ces injections peuvent faire plus qu'effacer les signes de l'âge ou prévenir les migraines.

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

Le bilan des politiques publiques en la matière n'est pas brillant.

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

La grippe notamment enregistre des taux extrêmement bas par rapport aux moyennes des dernières années.

Newsletters