Sciences

Votre chat est plus redoutable qu'un animal sauvage

Temps de lecture : 2 min

Mais seulement dans son quartier.

De véritables machines à tuer. | Joey Yu via Unsplash
De véritables machines à tuer. | Joey Yu via Unsplash

Les chats domestiques n'aiment pas beaucoup l'aventure. Une étude réalisée sur plus de 900 chats dans six pays différents a identifié qu'ils se promènent dans les jardins ou sur les toits des voisins, mais rarement bien plus loin. Mais dans cet espace réduit, ce sont de véritables machines à tuer.

La même étude a constaté que certains chats peuvent rapporter jusqu'à onze petits oiseaux, mammifères et lézards en un mois. Et c'est sans compter ceux qu'ils mangent ou ne rapportent pas à leur maîtres·se.

«C'est en fait une prédation très intense pour toutes les proies qui auraient la malchance de vivre à proximité», explique Roland Kay, un professeur de l'université de Caroline du Nord et l'un des membres de l'étude en question.

D'après ses calculs, les chats domestiques ont ainsi un impact quatre à dix fois plus important qu'un prédateur sauvage. Les plus gros félins tuent aussi beaucoup de petits animaux, mais sur des zones beaucoup plus étendues.

Carnage sur la faune alentour

D'après un article scientifique publié en 2013 dans la revue Nature, les chats tueraient au total entre un et quatre milliards d'oiseaux par an, ainsi qu'entre six et vingt-deux milliards de rongeurs rien qu'aux États-Unis. Les chats sauvages sont néanmoins responsables de la majorité de ces morts.

«Notre préoccupation est manifeste lorsqu'il y a de nombreux chats concentrés dans un seul endroit et que les espèces autochtones sont petites et vulnérables», explique Roland Key. Car les félins peuvent alors faire un carnage au sein de la faune locale.

En plus de tout cela, il n'y a pas vraiment de bon moyen d'empêcher les chats d'aller se faire leurs griffes sur les proies alentour. Un collier de couleur vive peut effrayer les oiseaux, mais n'aidera les rongeurs. La seule réelle solution est de laisser la porte de chez soi fermée.

Newsletters

Des gouttes pour les yeux pourraient soigner la presbytie

Des gouttes pour les yeux pourraient soigner la presbytie

Ce nouveau traitement, développé par un laboratoire pharmaceutique américain, n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché.

Des lettres de la Renaissance lues pour la première fois

Des lettres de la Renaissance lues pour la première fois

Des scientifiques ont déplié numériquement 577 lettres, trouvées dans une malle du XVIIe siècle à La Haye, aux Pays-Bas.

Pourquoi avons-nous des chiens?

Pourquoi avons-nous des chiens?

Deux études scientifiques viennent d'éclairer les débuts de l'amitié entre notre espèce et les loups.

Newsletters