Monde

Trump fait le jeu des extrémistes anti-confinement

Temps de lecture : 2 min

Ses tweets incendiaires sonnent comme un appel aux armes pour une frange ultra-radicale de l'extrême droite.

Des manifestants armés protestent contre le confinement sur les marches du capitole du Michigan, le 15 avril 2020. | Jeff Kowalsky / AFP
Des manifestants armés protestent contre le confinement sur les marches du capitole du Michigan, le 15 avril 2020. | Jeff Kowalsky / AFP

La mise en place des mesures de confinement aux États-Unis a été et continue d'être laborieuse. Alors que le pays est désormais l'épicentre mondial de la pandémie, le gouvernement voudrait réouvrir le pays le plus vite possible. Les décisions prises pour ralentir le virus sont disparates l'autorité étant laissée aux gouvernements locaux.

Dans certains États qui imposent le confinement, des manifestations ont été organisées pour protester contre la mesure. Elles ont concentré un raout de conspirationnistes, allant des anti-vaccins et miliciens anti-gouvernement (certains armés) au récent mouvement amateur de complot QAnon.

Très marginales, ces manifestations ont néanmoins attiré l'attention de Donald Trump qui, peu après la diffusion sur Fox News d'un reportage sur le sujet, a twitté «LIBEREZ LE MINNESOTA» puis «LIBEREZ LE MICHIGAN» et enfin «LIBÉREZ LA VIRGINIE, et sauvez votre 2nd amendement. Il est menacé!».

Ces tweets et la mention directe du second amendement, qui autorise les Américain·es à posséder des armes à feu, risquent d'exciter encore un peu plus des extrémistes déjà chauffé·es à blanc par le coronavirus.

Extrémistes déjà sur les nerfs

Une théorie sans cesse agitée par certains de ces groupes complotistes avance que le gouvernement fédéral proclamerait un jour l'état d'urgence afin de venir confisquer leurs armes à feu. Ils accusent déjà régulièrement le coronavirus d'être un mensonge servant à mettre en place cette stratégie.

Pour certains, les tweets présidentiels sonnent comme un appel aux armes. D'après NBC News, ils ont immédiatement été suivi d'une explosion de l'utillisation sur Twitter du mot «boogaloo». Ce terme, né sur le forum 4chan, est dans le jargon de l'extrême droite radicale un événement providentiel pouvant déclencher une guerre civile.

Cela s'ajoute à un contexte où les agressions contres des personnes d'origines asiatiques se sont multipliées et où des rumeurs antisémites quant à la naissance et la gestion du virus se propagent sur les réseaux sociaux.

La frange de l'extrême droite radicalisée au point de commettre des actes de violence tente déjà de trouver des moyens d'instrumentaliser l'épidémie. Un attentat contre un hôpital fomenté par un suprémaciste blanc a été stoppé par le FBI le 24 mars.

Newsletters

Le Covid-19 semble aiguiser l'appétit de la Chine communiste pour Taïwan

Le Covid-19 semble aiguiser l'appétit de la Chine communiste pour Taïwan

Le désir de Pékin de contrôler cette île perçue comme rebelle ne peut qu'être avivé par l'incontestable succès de la limitation du coronavirus.

Comment un voyage peut changer votre vie (Rediffusion)

Comment un voyage peut changer votre vie (Rediffusion)

Nous venons de traverser une période peu propice aux rencontres et par conséquent aux enregistrements si forts et personnels de Transfert. Pour ne pas vous laisser sans épisode pendant plusieurs semaines, nous avons choisi de vous rediffuser...

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Pro ou anti-Trump, les médias américains toujours plus clivants

Donald Trump et les médias, c'est compliqué: quand une info lui déplaît, il hurle à la «fake news» et fait huer les journalistes dans ses meetings. Même Fox News, pourtant très à droite, n’est pas exempte de ses critiques. La...

Newsletters