Santé

«Elle dit souvent qu'on est juste des colocataires et que notre mariage est une façade»

Temps de lecture : 3 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nolan, qui souffre de n'avoir ni vie sociale, ni vie sexuelle avec sa femme.

«Mes sentiments pour elle ne sont plus les mêmes. Bien que je sois toujours à elle, mon regard a changé.»  | Gregorio Puga Bailón via Flickr
«Mes sentiments pour elle ne sont plus les mêmes. Bien que je sois toujours à elle, mon regard a changé.»  | Gregorio Puga Bailón via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Nous sommes un couple d'obédience musulmane non pratiquant. Mariés depuis huit ans, sans enfant... et surtout sans rapports sexuels, ou de façon très épisodique depuis au moins trois ans. J'ajoute qu'elle fait lit à part depuis l'année dernière.

Notre vie sociale se résume à aller au cinéma ou au restaurant de temps à autre –rien de passionnant. Par contre, ma compagne sort deux ou trois fois par mois avec son groupe de copines, rentre tardivement, souvent saoule, et refuse toute discussion sur ses sorties.

Quand je sors, c'est une autre paire de manches. Étant casanier de nature, c'est selon elle juste pour «baiser avec des putes». Voila qui synthétise nos discussions sur nos vies sociales.

Suis-je fidèle? À part des massages que je m'autorise occasionnellement sans finalité sexuelle, je pense l'être. Petit bémol, j'aime bien «mater», comme on dit. Je le fais sans arrière-pensée, surtout par frustration. Pour ma femme, c'est de la perversion.

À chaque fois que j'aborde le sujet du sexe, elle temporise en disant qu'on va le faire le week-end suivant. Et là, elle prévoit une sortie avec ses copines, rentre tard et ne se sent pas fraîche durant le week-end.

Je n'ai jamais douté de ma femme jusqu'à récemment. Elle m'a parlé de sexe non circoncis et de leur forme de chaussette.... Elle a ajouté que ce n'était pas la même sensation lors d'une fellation, puis s'est immédiatement reprise.

Autre élément, la barbe. Mon épouse m'a toujours affirmé n'avoir jamais eu de relations sexuelles avec d'autres hommes depuis son divorce (elle s'est mariée très jeune, à 18 ans, et a divorcé à 20 ans à peine). Et puis là, elle me parle de la différence des barbes au toucher. Quand je lui ai demandé comment elle pouvait savoir, elle m'a répondu qu'elle avait pu comparer entre la barbe de son père et celle que j'ai développée.

Elle dit souvent qu'on est juste des colocataires et que notre mariage est une façade. Tout ça pour dire que mes sentiments pour elle ne sont plus les mêmes. Bien que je sois toujours à elle, mon regard a changé. Maintenant, dès que j'aborde le côté sexuel, c'est pour tourner la situation en dérision.

Nolan.

Cher Nolan,

Il n'y a qu'une seule condition préalable pour sauver son couple: il faut que les deux parties en aient envie. Il est impossible de se battre seul sur ce terrain et de convaincre si la personne en face de nous n'a aucune envie d'être convaincue. On ne peut forcer personne à nous aimer.

Même si vous avez les meilleures intentions au monde, votre épouse ne semble pas éprouver le désir de faire perdurer votre relation. Que faire, alors? C'est à vous deux d'en discuter, pour trouver une solution qui vous assure au moyen ou au long terme de trouver le bonheur.

Rester en couple avec quelqu'un quand les sentiments et le désir sont éteints est une violence que vous vous infligez et que vous infligez à votre partenaire. Vous méritez mieux que le manque de tendresse et les doutes de l'infidélité. Et de son côté, elle mérite mieux qu'une vie d'apparences.

C'est une question de respect, en fait. Vous devez apprendre à vous respecter vous-même, à la respecter elle, et à décider ensemble de vous offrir un meilleur avenir. Il est fort probable que cet avenir ne soit pas conjugal.

Ayant moi-même divorcé, je connais le sentiment d'échec qui en découle. Quelles que soient nos croyances, on aimerait se dire que le mariage est un engagement à vie, que l'on doit essayer de faire vivre coûte que coûte. Mais la vie, les sentiments, le désir ne sont pas des éléments que l'on contrôle totalement. Il n'est pas question ici de faire semblant, de se forcer pour quoi que ce soit.

Gardez à l'esprit qu'aucune alliance ne peut forcer votre épouse à partager des relations sexuelles avec vous si elle n'en a pas envie. Il en va de même pour vous. L'engagement du mariage n'a aucune valeur sans sentiments.

Je crois aujourd'hui qu'aucun mariage ne mérite que l'on s'auto-détruise pour lui. C'est un échec, oui. Mais c'est aussi un geste de bienveillance et de courage que de s'offrir une seconde chance. Vous la méritez, Nolan. Et votre compagne aussi.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Les plantes d’intérieur ne purifient pas l’air de votre appartement

Les plantes d’intérieur ne purifient pas l’air de votre appartement

À moins d’avoir une véritable forêt tropicale chez soi, les plantes s’avèrent être parfaitement inefficaces pour assainir les logements.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Intempéries mortelles au Japon, réouverture du Musée du Louvre et évolution de la pandémie... La semaine du 4 juillet 2020 en images.

Newsletters