Société

Coronavirus, la guerre des rats est déclarée

Temps de lecture : 2 min

Privés de déchets à cause du confinement, des rats affamés se disputent les dernières miettes de nourriture des villes désertes.

Ces rongeurs n'hésitent plus à envahir les rues à la recherche de nourriture. | Mert Guller via Unsplash
Ces rongeurs n'hésitent plus à envahir les rues à la recherche de nourriture. | Mert Guller via Unsplash

Alors que les poubelles des parcs et les bennes à ordures des restaurants sont vides, les rats de plusieurs villes des États-Unis –New York en tête–s'affrontent dans des luttes sans merci pour jouir des derniers mets laissés par une population confinée.

En plein jour, ces rongeurs n'hésitent plus à envahir les rues et à s'introduire dans les habitations, au risque de croiser d'autres congénères dans la même situation. Pénurie alimentaire oblige, chacun défend son bout de gras, et les combats entre colonies de rats seraient fréquents selon le célébre rodentologue Bobby Corrigan. «Comme nous avons pu le voir dans l'histoire de l'humanité, les gens essaient de s'emparer de terres, viennent avec des armées et se battent à mort, littéralement, pour conquérir des territoires. Et c'est ce qui se passe en ce moment avec les rats», explique-t-il à NBC News.

«Et juste comme ça, une étoile est née –Œuf McMuffin rat»

Outre des guerres de clans, l'instinct de survie pousse ces rongeurs à se tourner vers le cannibalisme, voire même l'infanticide. «Ce sont des mammifères comme vous et moi, et donc si vous avez vraiment faim, vous n'agirez certes peut-être pas de la même manière, mais vous agirez très mal en tout cas», a ajouté Bobby Corrigan.

La riposte s'organise

Plusieurs villes américaines ne comptent pas attendre la fin de la pandémie pour s'attaquer au problème. La Nouvelle-Orléans, Baltimore et Washington DC ont par exemple pris plusieurs mesures de dératisation, dont l'utilisation de chats sauvages. Une vidéo virale montrant plusieurs rats dans les rues de la ville de Louisiane a notamment poussé les autorités à réagir.

«[...] Les rats savent même où se situe Bourbon Street.»

Les autorités américaines redoutent la prolifération de ces rongeurs qui, lorsqu'ils sont affamés, font des ravages dans les maisons et peuvent propager des maladies. Si les rats sont officiellement associés à près de cinquante-cinq agents pathogènes –pouvant provoquer par exemple la leptospirose, une maladie infectieuse potentiellement mortelle– aucune donnée actuelle n'a encore établi si ces derniers peuvent être infectés et transmettre le Covid-19, précise National Géographic.

En France, l'on surveille le phénomène de près, notamment à Paris où environ 4 millions de rats se baladeraient en silence, selon Le Parisien. Pour l'instant, contrairement aux États-Unis, aucune augmentation de leur population n'a été constatée, bien qu'ils soient de moins en moins craintifs à l'idée de s'aventurer dans les boulangeries, les commerces et les rues de la capitale en quête de nourriture.

Newsletters

La semaine imaginaire du Covid-19, saison 2

La semaine imaginaire du Covid-19, saison 2

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité (ou presque) qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Un chien perdu retrouve son foyer après 65 kilomètres de marche en 26 jours

Un chien perdu retrouve son foyer après 65 kilomètres de marche en 26 jours

Le 26 septembre, Doudou, âgé de 7 ans, est oublié par ses propriétaires sur une aire de repos dans la province chinoise du Zhejiang.

Même plus peur

Même plus peur

Newsletters