Boire & manger

Elle enterre ses boîtes de haricots dans la forêt, puis le quitte

Temps de lecture : 2 min

Le voilà donc seul, malheureux, et privé de son stock de survie.

Hoarding Beans | Indrid Cold via Flickr CC License by
Hoarding Beans | Indrid Cold via Flickr CC License by

Les temps sont durs. Parce que certains rayons de supermarchés font grise mine ou parce que le budget familial est extrêmement serré, la moindre boîte de conserve finit par devenir un bien précieux. L'histoire qui va suivre, découverte sur Reddit et partagée des milliers de fois sur Twitter avant d'être remise en avant par Mashable, en est l'une des preuves les plus convaincantes.

L'auteur du témoignage est un trentenaire américain qui, s'apprêtant à rester confiné avec sa petite amie, a décidé de stocker trente boîtes de haricots et dix boîtes de pois chiches afin d'éviter toute pénurie. Le jour où notre héros décida de prélever deux de ces boîtes dans le but de réaliser un chili végétarien, il constata avec surprise que l'intégralité du stock avait disparu... parce que sa petite amie avait enterré les boîtes de conserve dans la forêt située derrière leur résidence.

Pour justifier son geste, elle expliqua que les haricots constituaient le bien le plus précieux du couple, et que, si «les choses tournaient mal», des pillards les leur déroberaient probablement. Face au scepticisme rigolard du narrateur, elle enfonça le clou en expliquant le plus sérieusement du monde qu'elle avait pour mission de «protéger les haricots», et qu'il n'y aurait qu'à se rendre jusqu'à sa planque si le besoin urgent de haricots se faisait un jour ressentir.

Haricots en danger

Notre homme comprit alors qu'il habitait sans le savoir avec une survivaliste. D'ailleurs, celle-ci ne comptait pas en rester là: «Elle a dit [...] que puisque nos commandes en ligne nous permettaient de manger des produits frais, il serait logique de continuer à stocker des haricots. Elle comptait aller en enterrer davantage chaque semaine». La jeune femme refusa même de lui révéler la localisation de la cachette, affirmant qu'elle ne voulait pas «mettre les haricots en danger».

«Le lendemain, j'ai mis les pieds dans le plat», raconte le héros involontaire de l'histoire, qui précise que ce n'est habituellement pas son genre. «Rétrospectivement, j'aurais peut-être juste dû me refaire un stock de haricots et lui donner l'occasion de se calmer, mais là, c'était plus fort que moi: j'ai insisté pour qu'elle me dise où étaient les boîtes de conserve, ou pour qu'elle me fasse au moins un plan.»

Réaction de la jeune femme: elle a immédiatement mis fin à leur relation: «J'ai perdu l'amour de ma vie parce que je n'ai pas pu laisse tomber cette histoire de haricots. Je n'y crois toujours pas. Elle a déménagé, et maintenant je me retrouve à payer l'intégralité du loyer, ce qui est un vrai problème pour moi au niveau financier».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Moralité: en ces temps compliqués pour tout le monde (mais plus pour certaines personnes que pour d'autres), laissez les gens avoir des lubies, à condition qu'elles ne compromettent l'intégrité de personne. Cela pourra éventuellement leur faire du bien, et cela vous évitera d'aller au devant d'immenses déconvenues personnelles.

Newsletters

Ces fromages qui puent la contrefaçon

Ces fromages qui puent la contrefaçon

Chaque année, de nombreux produits AOP sont contrefaits ou voient leurs noms usurpés, faute de contrôle en France et à l'étranger.

Dalloyau se met à la restauration et vise les étoiles

Dalloyau se met à la restauration et vise les étoiles

Le traiteur vient d'ouvrir un restaurant au 101 rue du Faubourg Saint-Honoré, avec une carte qui mériterait de figurer au Michelin.

Il existe enfin des oignons qui ne font pas pleurer

Il existe enfin des oignons qui ne font pas pleurer

Il a fallu plus de trente ans pour perfectionner cette variété d'oignons bruns.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio