Culture

Et si le jaune était la couleur de demain?

Temps de lecture : 7 min

Vous allez savoir pourquoi la blondeur est valorisée. Et pourquoi aucun grand parti politique n'arbore cette nuance en France.

En Occident, cette couleur porte le poids du péché depuis la fin du Moyen Âge. | StockSnap via Pixabay
En Occident, cette couleur porte le poids du péché depuis la fin du Moyen Âge. | StockSnap via Pixabay

«Être un jaune», «rire jaune», «en faire une jaunisse», «avoir le teint jaune»… Que ce soient des dents, un tableau, les pages d'un livre ou le vernis d'un meuble, jaunir n'est guère valorisant. «Je n'ai pas trouvé une seule expression associant le jaune à quelque chose de positif», rapporte la linguiste Annie Mollard-Desfour. La langue retranscrit notre perception du jaune. Une couleur associée à la maladie, à la bile, au déclin et à la vieillesse. Elle est pourtant loin de manquer d'atouts.

Ce ton miel qui excite les papilles

En ce temps de confinement, certain·es rêvent peut-être d'un petit-déjeuner estival. Des tartines de pain beurrées au miel, accompagnées d'œufs brouillés et arrosées de jus d'orange. Le tout à l'ombre de tournesols protégeant d'un merveilleux soleil. Face à un panorama de blés mûrs, bientôt transformés en ballots de paille. De la senteur des mimosas à la vue des poussins, la nature offre une profusion de bienfaits et d'émerveillements de couleur jaune. Sa luminosité est telle que certaines villes en ont recouvert leurs façades. C'est le cas de Lille pour pallier un déficit d'ensoleillement.

L'éclat de cette couleur a aiguisé bien des convoitises. L'or a transformé des contrées en Eldorado, suscitant ruées et expéditions guerrières. La blondeur est aussi valorisée: on se colore davantage les cheveux pour se blondir que pour se «déblondir». Les mots, là encore, parlent d'eux-mêmes. Les têtes blondes désignent avec affection les enfants, le blondin un élégant séducteur, la blonde la petite amie (au Canada surtout). En revanche, allez dire à une blonde qu'elle a les cheveux jaunes et vous verrez la confirmation d'un constat: le jaune est chargé de négativité.

«Notre conception du jaune [...] est une construction artificielle [...] effective dans une aire culturelle donnée, à un moment de son histoire.»
Anne Varichon, anthropologue spécialiste de la couleur

D'ailleurs, stylistes, architectes et vendeurs ne s'y sont pas trompés: pour pouvoir user de cette couleur primaire essentielle, on contourne l'emploi du mot. «Avec un client, je vais lui parler d'un ton beurré plutôt que de jaune», rappelle la chromo-architecte DPLG Marie-Pierre Servantie, présidente de l'académie des couleurs. «Si vous parlez d'un ton miel, les papilles s'excitent. Si vous parlez de la bile, alors que c'est pratiquement le même ton, ça ne passera pas. C'est psychologique. Si la couleur est associée à quelque chose de positif, elle prend un sens positif.»

Ces multiples associations illustrent aussi la diversité des teintes jaunes. Quel rapport entre le jaune orangé, renvoyant à la vitalité des agrumes, et le jaune verdâtre, évoquant plutôt la maladie? Deux réalités et deux imaginaires pourtant estampillés par un même mot: jaune. «On ne peut parler d'une couleur qu'au pluriel, note Anne Varichon, anthropologue spécialiste de la couleur. L'unicité de la couleur est donc une fiction. Notre conception du jaune, comme de toutes les couleurs, est une construction artificielle, une convention effective dans une aire culturelle donnée, à un moment de son histoire.» Selon les langues, le spectre chromatique se découpe différemment. Certaines regroupent derrière un même terme des tons vert et jaune. Newton comptait sept couleurs dans l'arc-en-ciel. Mais l'influence chrétienne, qui valorise grandement le chiffre sept, n'y est évidemment pas pour rien. Le découpage chromatique du réel ne peut donc pas être objectif.

Un passé sulfureux

Toutes les couleurs portent une ambiguïté, mais le jaune charrie un passé particulièrement pesant. C'est sa qualité lumineuse qui lui a attiré bien des ennuis... «Même dans la pénombre, un jaune sera plus visible qu'un rouge, un bleu ou un vert, rappelle Anne Varichon. C'est pourquoi cette couleur a été utilisée comme un signal apte à alerter la population sur quelque chose qui est exogène, qui rompt le court normal des choses.» Le code de la route ne s'y est pas trompé et les panneaux jaunes annoncent des phénomènes routiers inhabituels, tels que des travaux sur la chaussée. Il en va de même pour les pense-bêtes autocollants. Dans un environnement de travail souvent terne et monochrome, leur visibilité jaune se rappelle à notre mémoire.

Mais cette fonction de signalisation est aussi à l'origine de la «légende noire» du jaune. Celui-ci a servi à désigner des individus «exogènes». Au début de l'ère islamique, les non-musulman·es dans certains califats devaient parfois arborer un insigne de couleur, bien souvent jaune. Les pays chrétiens ont adopté le même principe pour «signaler» certaines catégories de population, telles que les fous ou les faux-monnayeurs. Sous Saint Louis, les Juifs devaient porter la rouelle jaune. Dans une société médiévale où l'appartenance au groupe était centrale, inutile de préciser que cette signalisation était infamante. Bien plus tard, les nazis recoururent à cette même couleur lorsqu'ils imposèrent l'étoile jaune.

Cette stigmatisation soulignée de jaune en a détérioré l'image. Cette couleur a pourtant été longtemps valorisée. En témoigne l'héraldique à partir du XIIe siècle où le jaune s'étale fièrement sur nombre de blasons. La fleur de lys, emblème des rois de France, n'y échappe pas. De même, la blondeur était très valorisée dans les romans de chevalerie. La belle Iseult n'était-elle pas blonde? Mais vers la fin du Moyen Âge, le jaune se charge négativement. L'or attire à lui ses aspects positifs, la richesse et le sacré, et laisse au jaune l'urine, la bile et la vieillesse. C'est ainsi que la robe de Judas jaunit, tandis que ses cheveux roussissent.

Le Baiser de Judas, de Giotto, entre 1304 et 1306. | AlvaroAS via Wikimedia

Et comme il était difficile de fabriquer et de fixer dans la durée des jaunes aussi éclatants que ceux dans la nature, elle incarne aussi l'hypocrisie, la jalousie et la trahison. Les maisons des soi-disant traîtres étaient repeintes en jaune, comme l'hôtel du Connétable de Bourbon ou celui de l'Amiral de Coligny. On comprend mieux pourquoi le jaune n'a jamais été l'emblème d'un grand parti politique en France… Et pourquoi les maris cocus au théâtre s'en revêtirent.

L'arrivée du protestantisme au XVIe siècle n'arrange rien à l'affaire pour la couleur. Tant Luther que Calvin pourfendaient les couleurs vives, parce que malhonnêtes pour un·e bon·ne chrétien·ne, et en bannissent l'usage dans les vêtements. Le jaune en fait les frais. D'autant que les catholiques s'alignent sur les protestant·es. Aujourd'hui encore, l'Occident reste assis sur cet héritage judéo-chrétien.

Vu d'Europe, le jaune a aussi été associé à l'Asie. Les missionnaires européens ont été frappés par la place valorisante occupée par cette couleur en Extrême-Orient. Inaccessible au peuple en Chine, seule la famille impériale pouvait la revêtir. Les JO gardent la mémoire de ce lien chromatique. «Quand on crée les anneaux olympiques en 1912, le jaune est l'anneau pour l'Asie», souligne Michel Pastoureau, historien des couleurs. «À l'école, on apprenait autrefois que les "Jaunes" désignaient les Asiatiques, rappellent Annie Mollard-Desfour. Aujourd'hui, c'est très délicat de dénommer par une couleur de peau. D'autant que la couleur jaune, chez nous, a une connotation négative, signe de maladie, de saleté…»

Bombe de couleurs à retardement

Si le jaune n'a pas disparu d'Occident, on le doit surtout aux peintres et aux sportifs. Les Impressionnistes, allant peindre en extérieur, retranscrivaient les jaunes de la nature. Un début de réhabilitation. Plus tard, Van Gogh en a fait une couleur chatoyante de sa palette et les Fauvistes y ont puisé de l'inspiration chromatique. En sport, les maillots d'équipe recouraient aussi au jaune. À partir de 1919, le maillot jaune du Tour de France lui redonna de la superbe. Initialement, il s'agissait d'une action publicitaire pour L'Auto, ancêtre de L'Équipe, dont les pages étaient jaunâtres pour raison d'économie.

Le jaune reste présent sur la Poste française ou les taxis new-yorkais. Les enfants, n'ayant pas intégré son passif, en raffolent souvent. Les intérieurs comprennent des touches par-ci par-là. Un grille-pain, des rideaux ou le sol de la salle de bain. «Dans l'habillement, ce sera différent, et un enfant, un homme ou une femme ne sont pas soumis aux mêmes conventions, souligne Anne Varichon. Aujourd'hui, théoriquement, chacun peut s'habiller comme il le souhaite. Pendant longtemps, seuls les anticonformistes, gens de théâtre et de cabarets, peuple de la nuit, osaient porter des couleurs vives, ce qui a renforcé leur côté sulfureux. Désormais, le poids de la bien-pensance tend à se volatiliser. Mais encore faut-il avoir le courage de mettre de la couleur.» Les années 1970-1980 ont été marquées par une libération inédite de couleurs. Depuis, l'autocensure a repris le dessus et, pour les hommes, il faut être DJ Snake pour oser s'habiller de jaune. Cette couleur se cantonne encore souvent aux vêtements de pluie ou de sport.

Happy birthday to the queen of Brazil @anitta

Une publication partagée par djsnake (@djsnake) le

Lentement, le jaune grappille pourtant du terrain. Il a fait une entrée fracassante sur la scène médiatique avec le Mouvement 5 Étoiles en Italie et les «gilets jaunes» en France. Si ce jaune fluo a pris du sens, «ce n'est pas un hasard, même s'il a d'abord été arboré pour des raisons pratiques, décrypte Anne Varichon. Tout le monde possède ce gilet dont le jaune s'avérait un signal adapté à des manifestations sur la voie publique avec des dangers de collisions. Mais surtout, cette couleur stridente est l'étendard idéal pour des gens qui se révoltent d'être invisibles dans le débat politique».

Retour aussi du jaune dans le divertissement avec les Pokémon et surtout les Minions. Incarnant la vitalité, le jaune s'est même introduit dans les espaces de coworking, y impulsant du dynamisme. Le jaune est lié aux agrumes, source de vitamine C. Par ailleurs, on revoit des voitures jaunes, si banales il y a quarante ans, et des vêtements pour hommes.

Si le jaune reprend des couleurs, c'est aussi le résultat des synergies culturelles, dopées par les voyages et l'immigration. Dès qu'on sort d'Occident, les couleurs vives explosent aux yeux, échappant au poids judéo-chrétien qui les a rendues suspectes. Et le jaune est souvent à l'honneur sur les boubous africains ou les saris indiens. En Inde, le jaune tire son prestige du curcuma, un puissant antioxydant utilisé dans la cuisine et pour la peau. Au cœur des rites liés au mariage, la couleur du curcuma place l'union sous les meilleurs auspices.

Enfin, la diffusion des études sur les couleurs secoue nos perceptions. Michel Pastoureau raconte que, à ses débuts, la thématique n'intéressait personne. Maintenant, elle passionne. Or, le fait d'explorer les racines de leur signification symbolique en exorcise les mauvais aspects présents dans l'inconscient collectif. «Un peu comme l'effet d'une psychanalyse, exhumer et comprendre, c'est gagner en liberté», résume Anne Varichon. C'est ce qui est à l'œuvre pour le jaune dont la meilleure connaissance nous libère de ses connotations péjoratives. Fort de sa pluralité et de sa vivacité, il revient. Sans que personne n'en fasse une jaunisse.

Newsletters

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Ouvertement féministe, engagée malgré elle, Anne Sylvestre a écrit des centaines de chansons plus poétiques, militantes et drôles les unes que les autres. Un répertoire trop complexe pour un public assoiffé de simplisme?

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

Diffusé sur Arte, le nouveau film de Sébastien Lifshitz accompagne pas à pas le combat d'une fillette née dans le corps d'un garçon et de sa mère, pour construire un espace vivable, et même heureux.

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Tou-doum! Netflix, c'est 195 millions d'abonné·es à travers le monde, un algorithme redoutable, une interface addictive et des séries originales incontournables… ...

Newsletters