Sports

Tiger Woods donne sa 1re interview télé depuis son affaire

Temps de lecture : 2 min

«Je vivais une vie de mensonges»: c'est en ces termes que Tiger Woods s'est exprimé le 21 mars sur la chaîne de sport ESPN. Une interview exclusive accordée également à la chaîne Golf Channel. Cinq minutes chacune, pas une de plus. En contrepartie, aucune limite concernant le contenu des questions.

«J'ai fait du mal à beaucoup de monde, pas seulement à ma femme. Mes amis, mes collègues, le public, les gosses qui m'admiraient.» Le champion de golf a cependant refusé d'expliquer ce qui s'est réellement passé la nuit du 27 novembre: son mystérieux accident de voiture qui a déclenché la tempête médiatique et la révélation de ses nombreuses maîtresses. «Tout est dans le rapport de police.»

C'est au golf d'Isleworth, en Floride, que le sportif a donné les deux interviews, les premières depuis le scandale de novembre dernier qui a sérieusement écorné son image lisse de mari et père de famille sans histoire.

Tiger avait annoncé le 11 décembre mettre entre parenthèses sa carrière pour une durée indéterminée. Il reprendra finalement la compétition le 8 avril au prestigieux Masters d'Augusta. Tiger Woods s'avoue nerveux à l'idée de se confronter à nouveau au public: «Ce serait bien d'entendre quelques applaudissements ici et là.»

[Regarder l'interview sur ESPN.COM]

Photo de une: Tiger Woods à la Presidents Cup, Octobre 2009. Reuters/Shaun Best

Nos articles sur Tiger Woods

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Les skieurs sont remontés

Les skieurs sont remontés

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

Je suis nul aux échecs, mais ce n'est pas de ma faute

[BLOG You Will Never Hate Alone] Devant un échiquier, je ne vois rien, si ce n'est une succession de carreaux, tantôt blancs, tantôt noirs.

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

Ouvrir les stations de ski, une équation impossible

La réouverture des stations, «préférable» courant janvier selon le président Emmanuel Macron, aggrave la situation d'un secteur qui souffre déjà de nombreux maux structurels.

Newsletters