Boire & manger / Économie

Agriculture et Covid-19: «Le confinement va clairement nous tuer, nous, petits paysans»

Temps de lecture : 5 min

Faute de débouchés, les petits exploitants font les frais du ralentissement de l'économie et continuent à faire vivre leur exploitation, même atteints par le virus.

Certain·es propriétaires d'exploitation agricoles vont devoir s'endetter à la suite de la gravité de la crise et faute de rentrer dans les critères de la prime de 1.500 euros promise par le gouvernement. | Vincent Bresson
Certain·es propriétaires d'exploitation agricoles vont devoir s'endetter à la suite de la gravité de la crise et faute de rentrer dans les critères de la prime de 1.500 euros promise par le gouvernement. | Vincent Bresson

«Nous sommes en guerre», c'est le message inlassablement répété par Emmanuel Macron depuis le début de la crise du coronavirus. Dans cette guerre, les infirmièr·es sont au front et prennent, pour l'ensemble de la population, des risques considérables. En seconde ligne, les agriculteurs sont également mis à contribution. À la vitesse à laquelle les supermarchés sont dévalisés, difficile d'imaginer un confinement sans leur travail.

La FNSEA n'a pas manqué de communiquer sur la base de cet argumentaire. Le premier syndicat agricole profite de cette crise pour rappeler sur les réseaux sociaux l'importance du secteur primaire à grands coups de hashtags #OnVousNourrit et de portraits accompagnés du slogan «vous pourrez toujours compter sur nous pour vous nourrir».

Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, a lui-aussi repris cette rhétorique au vol et adressé, le 18 mars un message élogieux: «Vous, agriculteurs, êtes le maillon essentiel, le premier maillon de la chaîne alimentaire. Sans vous, sans votre travail quotidien, dans les champs, dans vos fermes, aucune matière première, aucun produit transformé, aucun aliment, ni animal, ni végétal, ne peut parvenir dans nos assiettes.»

«Quand tu es un agriculteur malade, tu vas bosser»

Malgré les discours élogieux de son ministre, Antoine* n'espère rien de l'État: «Il ne faut pas toujours attendre qu'il nous aide. On a oublié que c'est le citoyen qui fait le pays.» De toute façon, ce fier éleveur de vaches de race Parthenaise n'est pas dupe face aux discours d'encouragements qu'il voit fleurir çà et là. «Ça fait des années que nous sommes décriés par la population et aujourd'hui nous sommes indispensables! Dans deux mois nous redeviendrons les pollueurs et les infirmières des anonymes sur qui on se défoule aux urgences.»

Indispensable, la besogne agricole se complique nécessairement en cas de coronavirus. Antoine l'a attrapé il y a quelques jours par sa femme, probablement infectée lors d'une réunion du conseil municipal local, estime l'agriculteur du Maine-et-Loire. Depuis, il évite autant que possible les contacts avec d'autres personnes pour ne pas répandre le Covid-19, mais pas ceux avec ses vaches. «Quand tu es un agriculteur malade, tu serres les dents et tu vas bosser. Mes vaches n'ont pas vraiment entendu parler du droit de retrait», ironise-t-il.

Pour l'instant, Sylvain touche du bois: il n'a pas le virus et son exploitation n'a souffert que de peu d'impact car les abattoirs sont toujours ouverts. | Vincent Bresson

Les agriculteurs malades n'ont pas vraiment le choix. Ils savent très bien que leur exploitation ne peut se passer d'eux plusieurs jours. Et ils sont peu nombreux à espérer être remplacés. «Si vraiment je suis à bout, je demanderai un coup de main à deux ou trois collègues. Il nous reste encore un peu de solidarité dans le métier», raconte Antoine. Sylvain, éleveur ovin dans le Tarn, peut pour sa part recourir à une aide dans les circonstances les plus extrêmes. «Quand je suis vraiment très malade, je peux compter sur un service de remplacement. Dans ce cas, des agents me suppléent, après accord du préfet.» Pour l'instant il touche du bois: il n'a pas le virus et son exploitation n'a souffert que de peu d'impact car les abattoirs sont toujours ouverts.

Un sentiment d'abandon

Seule à la tête d'un cheptel de vingt et une chèvres, Camille, elle, n'a pas contracté le virus mais cette agricultrice ne vend presque aucun de ses fromages. Les marchés locaux qu'elle fréquente ont fermé les uns après les autres. Sauf un. «J'avoue que je ne suis pas tranquille quand je m'y rends, mais je n'ai pas le choix. Je sers avec une pince ou des gants. Le lavage des mains est également primordial. Je fais très attention concernant la monnaie et je demande l'appoint.»

Si elle s'inquiète de la menace que représente le virus pour sa santé et surtout pour ses enfants, Camille se fait également du mouron pour sa petite exploitation. À l'image d'Antoine, elle ne compte pas sur l'État pour s'en sortir. Elle ne rentre de toute façon pas dans les critères de l'aide de 1.500 euros promise par le gouvernement et elle n'est pas non plus concernée par la suspension des charges. «Nous les petits paysans, n'avons droit à aucune aide contrairement à ce qui a été dit à la télévision. On nous dit “merci de continuer à travailler”, mais si on ne peut pas vendre notre production on ne tiendra pas longtemps. Le confinement va clairement nous tuer, nous, petits paysans.»

L'éleveuse n'avait contracté aucun prêt jusqu'ici, mais avec le prolongement du confinement, elle va devoir probablement se résoudre à s'endetter. «Juste pour les chèvres, j'ai besoin de 1.000 euros par mois, hors budget courses et charges fixes de la maison. Et en mars, je n'en suis qu'à 200 euros», s'inquiète-t-elle. Comme un problème n'arrive jamais seul, les chèques ne peuvent être encaissés puisque «la banque postale est fermée» et les vétérinaires près de chez elle, entre Nevers et Moulins, ont aussi leurs portes closes et n'interviennent qu'en cas d'extrême urgence.

Les petites exploitations touchées de plein fouet

Fruits, légumes, céréales... Les exploitant·es de produits de premières nécessités disponibles en grandes surfaces sont les moins touché·es par le confinement. Au contraire, les stocks massifs entreposés dans leurs armoires par les Français·es, couplé à la fermeture des restaurants, pourraient augmenter les débouchés de leur production. «Dans son ensemble, la filière essaie de faire comprendre aux grandes surfaces qu'il faut acheter davantage français. Les paysans qui écoulent leur production en grandes surfaces ne s'en sortent pas trop mal», explique Sylvain, vice-président des Jeunes agriculteurs du Tarn.

Mais pour les petits producteurs, la fermeture des marchés, des restaurants et la diminution de la vente directe font craindre le pire. «Même mes ventes avec les grandes surfaces sont reportées ou annulées», se désole Séverin. Vigneron dans le Gaillac il continue de s'occuper de ses vignes en respectant les mesures de précaution pour éviter la propagation du virus, tout en étant soucieux des conséquences à venir. Il se penche sur un report des charges pour éviter une catastrophe économique, une solution partagée par de nombreux agriculteurs.

Les ventes de Séverin sont annulées dans les supermarchés. Dans le métier, on compte sur la prise de conscience des Français·es de consommer local. | Vincent Bresson

«C'est d'autant plus compliqué que le mois de mars est celui durant lequel les vignerons couvrent le plus de salons. Normalement, on fait 50.000 euros, là on fera 5 ou 6.000», rajoute Charles, lui aussi producteur de Gaillac. Dépendant des circuits courts, ce vigneron de 26 ans sait qu'il va devoir faire le dos rond dans les prochains mois. Habituellement, cette trésorerie lui permet de payer les mises en bouteilles à venir. Cette année, il faudra faire sans.

Les petit·es exploitant·es ne s'inquiètent pas tant pour leur santé, mais pour l'avenir de leur exploitation et évoquent la même difficulté: le flou concernant d'éventuelles aides gouvernementales. Malgré ce tableau noir, Charles positive: «Cette crise peut amener à prendre conscience qu'à l'échelle nationale, ou européenne à la limite, nous avons besoin d'être autosuffisant. Peut-être qu'à l'avenir, il y aura une prise de conscience et une harmonisation des règles.» Il n'est pas le seul à s'attarder également sur le verre à moitié plein. Sylvain, l'éleveur ovin, garde aussi l'espoir qu'il sortira du bon de cette crise sanitaire et économique. «Les gens se rendent compte de l'importance de notre métier. Mais surtout d'avoir une agriculture française et locale.»

* Le prénom a été changé.

Newsletters

Peut-on changer le goût de nos sécrétions sexuelles?

Peut-on changer le goût de nos sécrétions sexuelles?

Avaler des kilos d'ananas n'est peut-être pas la seule solution.

Deux adresses haut de gamme à ne pas rater dans les Bouches-du-Rhône

Deux adresses haut de gamme à ne pas rater dans les Bouches-du-Rhône

Direction les hôtels-restaurants Le Petit Nice à Marseille et Les Roches Blanches à Cassis.

Le confinement a révélé les différences de cultures de consommation de vin dans le monde

Le confinement a révélé les différences de cultures de consommation de vin dans le monde

Entre interdiction de boire, organisation de rituels et repli sur sa production nationale, tour d'horizon des pratiques lors de l'épidémie mondiale de Covid-19.

Newsletters