Sciences / Monde

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Temps de lecture : 2 min

Les États-Unis ambitionnent de revenir sur la Lune en 2024, mais des questions techniques et budgétaires pourraient compromettre la suite des opérations.

Un avion passe devant une super lune, le 9 mars 2020. | Heuler Andrey / AFP
Un avion passe devant une super lune, le 9 mars 2020. | Heuler Andrey / AFP

C'est un nouveau pas que la NASA souhaite effectuer dans l'exploration lunaire. Si la Terre semble tourner au ralenti depuis que la moitié de la population mondiale est confinée, la conquête de l'espace ne connait pas de trêve. Le 2 avril, la NASA a publié un rapport décrivant ses plans pour une exploration durable de la Lune. Ceux-ci impliqueraient l'installation d'un camp de base au pôle sud du satellite naturel de la Terre.

Mission Artemis 3

C'est à l'horizon 2024 que les États-Unis envisagent un retour de leurs astronautes sur la Lune, dans le cadre de la mission Artemis 3. Préparée de longue date, cette mission serait l'occasion de mettre en place les prémices d'infrastructures permettant, à terme, aux scientifiques de rester sur la Lune pour des missions d'un à deux mois:

«Après cet alunissage en 2024, nous développerons une présence prolongée et stratégique au pôle sud lunaire, avec le Camp de base Artemis. Les activités qui se dérouleront au Camp de base Artemis au cours de la prochaine décennie ouvriront la voie à des activités économiques et scientifiques sur la Lune, ainsi qu'à la première mission humaine sur Mars dans les années 2030», précise le rapport.

Afin d'installer ce camp, la NASA a établi trois besoins essentiels: un véhicule de terrain lunaire, pour que l'équipe puisse se déplacer sur la Lune; une plateforme de mobilité habitable pour les expéditions de longue durée loin du camp; et une surface d'habitation fixe pour quatre personnes, pour les séjours de courte durée dans le pôle sud de la Lune. À cela devront s'ajouter des infrastructures assurant les communications, l'alimentation électrique, une protection contre les radiations, l'élimination de déchets, etc.

Difficultés techniques et budgétaires

Le rapport ne se hasarde pas cependant à donner un calendrier très précis de cette installation lunaire, pas plus qu'il n'en précise le coût. Si la NASA mise sur un développement dans la décennie qui vient, celui-ci pourrait être considérablement ralenti par la crise économique qui se profile en contrecoup des mesures prises pour faire face au coronavirus.

Alors que le gouvernement Trump s'était fendu d'annonces enthousiastes sur une nouvelle présence des États-Unis sur la Lune (coïncidant avec la fin d'un potentiel deuxième mandat présidentiel), la réalité technique et budgétaire d'un tel projet apparaît en décalage avec ces ambitions.

Le projet de passerelle sur l'espace lointain intitulé Lunar Orbital Platform-Gateway, notamment censé permettre de simuler une expédition sur Mars depuis la Lune, semblait déjà mis à mal à la mi-mars, et la NASA envisageait de retarder son développement.

Newsletters

Les trottinettes électriques sont-elles écologiques?

Les trottinettes électriques sont-elles écologiques?

Les émissions évitées grâce à leur usage ne compensent pas le surcoût carbone dû à leur fabrication et à leur gestion.

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Encore faudrait-il qu'elle ait une conscience.

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Newsletters