France

Radio France s'excuse pour le sketch de Guillon sur Besson

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2010 à 16 h 17

Invité sur France Inter ce lundi 22 mars, le ministre de l'Immigration et de l'Identité Nationale, Eric Besson, a condamné vertement à l'antenne le sketch de l'humoriste Stéphane Guillon diffusé quelques minutes plus tôt.

Quelques heures plus tard, Jean-Luc Hess, le patron de Radio France, a présenté «les excuses du groupe Radio France» à Besson. «Les critiques sur le physique des personnes n'ont pas lieu d'être sur Radio France», a expliqué au point.fr Jean-Luc Hees faisant référence à cette phrase de Stéphane Guillon:

Tout chez Éric séduit le leader frontiste [Jean-Marie Le Pen]. Son physique d'abord, à la fois passe-partout et antipathique. Des yeux de fouine, un menton fuyant, un vrai profil à la Iago, idéal pour trahir.

Dans sa chronique, Stéphane Guillon avait dépeint Eric Besson comme «la Mata-Hari de la politique française», un infiltré à la solde du Front national.

La vie d'une taupe est difficile: Besson, qui n'a jamais connu son père, aime par dessus tout le clan Le Pen, une véritable famille de substitution, la chaleur des diners à Montretout, Jean-Marie racontant ses souvenirs d'Algérie et imitant comme personne le bruit de la gégène, les chants militaires scandés au dessert. [...] Au soir de son premier charter [au ministère de l'Immigration], il appelle Jean-Marie en larmes «Ça y est je l'ai fait». L'élève dépasse le maître.

Voici la chronique de Stéphane Guillon en vidéo.

Eric Besson, mis au courant par des amis «par SMS» mais n'ayant pu écouter la chronique de Stéphane Guillon, a souhaité réagir avant d'être interviewé par Nicolas Demorand:

C'est un combat inégal: lorsque je parle comme je suis en train de le faire, je sais très bien que je lui fais de la publicité. Je sais très bien qu'on va considérer que c'est un martyr et qu'au nom de l'humour, il a le droit de tout dire. Or l'époque souffre de ça: il faut arrêter les amalgames, arrêter les anachronismes. Je pense qu'il faudrait réfléchir à la responsabilité de France Inter comme radio publique.

Le ministre a par ailleurs estimé que la dernière chronique de Stéphane Guillon sur les mariages gris était une «dérive»: «Venant d'un autre personnage et d'une autre radio, on aurait dit qu'elle était ouvertement raciste.» Eric Besson avait menacé de porter plainte contre l'humoriste à la suite de cette chronique.

La réponse d'Éric Besson en vidéo.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: capture d'écran Dailymotion

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte