Société

«Confinement oblige, les choses ont salement empiré»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Ada, qui vit une crise conjugale avec son compagnon en plein confinement.

«De mon point de vue, échanger des messages, ce n’est pas tromper.» | Asapix via Flickr
«De mon point de vue, échanger des messages, ce n’est pas tromper.» | Asapix via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je m'appelle Ada, j'ai 29 ans et je vis actuellement une situation compliquée au sein de mon couple. Confinement oblige, les choses ont salement empiré.

Appelons mon mec Y. Nous sommes ensemble depuis plus d'un an; nous nous connaissons depuis quatre ans. Avant d'être en couple, nous avons été amants durant un certain temps, ce que son ex-copine a découvert. Ils se sont séparés, on a tenté de se mettre ensemble, ça a échoué, mais un an plus tard, il est revenu vers moi et nous en sommes là.

Au tout début de cette relation, j'ai couché avec un autre homme en pensant que je le pouvais, puisque nous avions évoqué l'idée d'être un couple libre. Finalement, cela ne convenait pas à Y.

Par la suite, j'ai entretenu des conversations par messages avec cet autre homme, ce que Y. a découvert. Il s'est senti trahi. Pour moi, ce n'était rien d'autre qu'une forme de téléphone rose plus technologique. Nous avons réussi à tourner la page, car il m'a donné une chance.

Depuis deux ou trois mois, les choses sont compliquées. La communication est devenue difficile et nous avons eu deux grosses crises. Nous avons crié et prononcé des paroles que l'on a regrettées. Furieux, il est parti plusieurs jours sans donner de nouvelles, sans répondre à aucun message ni au téléphone. Nous sommes actuellement au beau milieu d'une crise de ce genre.

Alors qu'il est parti il y a une semaine, j'ai déconné: j'ai eu une conversation porno avec un inconnu via un réseau social, ce que Y. a découvert, pour des raisons non essentielles et longues à expliquer.

Je sais que ce que j'ai fait est mal, même si de mon point de vue, échanger des messages, ce n'est pas tromper. Depuis, Y. est malheureux, me dit qu'il a le cœur brisé. Il m'en veut, ce que je comprends. Il me dit que je recommencerai, ce que je pense exact.

Je ne veux pas le perdre, mais je trouve que nos torts sont partagés. Comment pourrais-je me faire pardonner?

Ada.

Chère Ada,

Le confinement exacerbe les problèmes de couple, comme il nous éprouve tous et toutes à une longue épreuve de stress continu. Vous auriez pu fauter à cause du stress, par exemple, et le fait d'avoir une conversation sexuelle avec un inconnu aurait alors été explicable et donc plus pardonnable.

Là, l'épreuve du confinement intervient à un moment où vous êtes déjà au beau milieu d'une crise conjugale et est rendue plus difficile encore à cause de ces problèmes.

Plusieurs pistes sont à explorer de votre côté comme du sien. Je pense que vous n'êtes pas fondamentalement monogame, c'est-à-dire que le principe de monogamie vous oppresse en soi et vous pousse à en explorer les limites, quitte à parfois les dépasser.

Ce n'est pas grave mais, avant de vous engager, il est nécessaire de savoir qui vous êtes et ce que vous désirer partager. Une grande majorité des problèmes de couple vient en effet du fait que les personnes ne se posent jamais ces questions, s'engagent dans une voie conventionnelle et puis finissent invariablement par en souffrir ou par faire souffrir leur partenaire.

Vous devez déjà définir ce que vous attendez de cette histoire et ce que vous, vous attendez de votre vie sexuelle et sentimentale. Quels sont vos désirs? Quels sont vos besoins?

Pour beaucoup de gens, avoir une conversation sexuelle virtuelle n'est pas tromper. Ils s'en servent pour évacuer la tension, pour remplir leur ennui ou pour nourrir leur imaginaire.

Idéalement, leur partenaire leur laisse la place pour cette activité personnelle, presque masturbatoire, à l'issue d'une conversation partagée sur les règles et les limites de leur couple.

Dans la majorité des cas, cette étape est oubliée et les conversations virtuelles en question deviennent de véritables bombes à retardement provoquant parfois la rupture. Vous en savez quelque chose.

Ne pas être monogame n'est pas un problème si on le vit avec un·e partenaire qui est d'accord pour adopter ce mode de vie. Les seuls éléments essentiels de toutes ces histoires, c'est l'honnêteté et le consentement.

Cacher des choses, même si on estime qu'elles ne sont pas graves, crée une crise de confiance qui peut ne jamais se résoudre. C'est sur ce point que votre compagnon doit travailler.

Il est compliqué d'être tout à fait honnête et de partager, même des choses difficiles à entendre, avec quelqu'un qui n'arrive pas à écouter et ne sait que s'enfuir en claquant la porte. Y. doit vous entendre. Il faut aussi accepter qu'il doit probablement reconstruire sa confiance en vous et en votre couple.

Profitez de ce temps enfermé, un temps pour soi et pour l'autre, pour avoir une longue discussion sincère. Je crois qu'un couple peut tout endurer et se transformer de nombreuses fois tout au long de la vie grâce au dialogue et à l'envie partagée de construire ensemble.

Construire, c'est accepter qu'on s'est trompé·e de matériel à un moment et qu'il faut composer avec; c'est également avoir des surprises, bonnes ou mauvaises, à des moments critiques.

Il faut accepter l'épreuve, comme il faut accepter que l'autre n'est pas totalement la personne qu'on croyait au départ. En réalité, elle est plus riche, de ses défauts comme de ses qualités.

Vous me demandez comment vous faire pardonner. Je ne peux pas vous donner de formule magique. Je peux par contre vous dire que si vous voulez sincèrement construire avec cet homme sur le long terme, vous devez lui offrir cette longue discussion sur qui vous êtes, ce que vous ressentez et ce que vous attendez de la vie.

Cette conversation ne sera pas facile; elle ne sera pas confortable. Et il faut du courage pour être vraiment soi devant l'autre. Mais je crois que c'est le plus beau cadeau que vous puissiez faire à Y.

Préparez-vous seulement à ce qu'il puisse refuser ce cadeau, parce que c'est son droit. Vous sortirez alors plus forte de cette leçon et davantage à même de construire plus solidement, avec une autre personne, la prochaine fois.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

J'aimerais passer mes vacances sans règles, la prise de pilule en continu est-elle risquée ?

J'aimerais passer mes vacances sans règles, la prise de pilule en continu est-elle risquée ?

Elsa aimerait passer ses vacances sans règles. Elle nous demande si elle court un risque en prenant la pilule en continu. Nous avons posé la question au docteur Aristizabal. Voici ses réponses. ...

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

La moitié des hommes britanniques de la génération Z se sentent menacés par le féminisme

Un cinquième d'entre eux avouent avoir une mauvaise image des féministes.

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Le syndrome de l'imposteur touche les femmes, et plus encore celles racisées

Les stéréotypes négatifs, la culture d'entreprise et le manque de modèles ne favorisent pas leur intégration professionnelle.

Newsletters