Santé / Monde

Plus de 300 personnes meurent en Iran après avoir bu du méthanol contre le coronavirus

Temps de lecture : 2 min

Des fausses informations ont circulé dans le pays, indiquant que l’alcool pouvait neutraliser le coronavirus. Des centaines d’Iraniens ont bu du méthanol et en sont morts.

Des travailleurs iraniens dans un hôpital, le 21 mars 2020. AFP
Des travailleurs iraniens dans un hôpital, le 21 mars 2020. AFP

La scène racontée est terrible. Un soignant iranien en combinaison s’occupe d’un garçon de cinq ans. Celui-ci est aveugle après que ses parents lui aient donné du méthanol toxique à boire. Une fake news qui circule en Iran indique que l’alcool neutraliserait le coronavirus. Rien n’est vrai là-dedans mais cette idée a coûté la vie de plus de 300 personnes et a fait plus de mille malades, selon le journal canadien Globe and Mail qui détaille la situation. Mais selon l’Actualité, autre journal outre-Atlantique, le bilan serait plutôt de 480 morts et de 2.850 malades. En cause : le méthanol. Comme l’alcool est interdit dans la République islamique, l’approvisionnement se fait via la contrebande. Sauf que cet alcool clandestin contient souvent des liquides toxiques, comme le méthanol.

La rumeur proviendrait d’un article d’un tabloïd qui date de début février et qui expliquait faussement qu’un enseignant britannique s’était soigné du coronavirus avec du whisky et du miel. La fausse info, combinée à des messages sur l’utilisation de désinfectants pour les mains à base d’alcool, a amené les gens à croire que la consommation de boissons fortement alcoolisées éteindraient le virus dans leurs corps.

«Le virus se propage et les gens meurent, et je pense qu'ils sont encore moins conscients du fait qu'il existe d'autres dangers», a déclaré le Dr Knut Erik Hovda, toxicologue clinicien à Oslo qui étudie l'intoxication au méthanol. Ce dernier craint que les chiffres en Iran soit encore pires. «Tant qu’ils continueront à boire ça, il y aura plus de gens empoisonnés».

Seulement quelques millilitres de méthanol peuvent occasionner la cécité, comme dans le cas de l’enfant iranien raconté par le Globe. C’est à partir de 80 à 150 millilitres que le méthanol devient mortel, selon le Conseil canadien de la sécurité (CCS). En Iran, l’épidémie de Covid-19 a déjà fait plus de 2.300 morts pour plus de 30.000 contaminés.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 janvier 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 janvier 2021

Investiture du nouveau président américain Joe Biden, caravane de migrants au Honduras et évolution de la pandémie... La semaine du 16 au 22 janvier 2021 en images.

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Différentes études ont montré que le virus était capable d'infecter des cellules du système nerveux, avec l'éventualité de conséquences neurologiques à long terme.

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Ce diagnostic consiste à dépister à un stade embryonnaire très précoce des anomalies chromosomiques. Actuellement interdit, il est débattu dans le cadre de la loi bioéthique.

Newsletters