Santé / Monde

Faute d’assurance, un adolescent américain meurt du coronavirus

Temps de lecture : 2 min

Il s’est vu refuser un traitement dans un établissement médical de Californie en raison de son absence d’assurance.

Un masque sur le trottoir à New York, le 27 mars 2020. Cindy Ord/Getty Images/AFP
Un masque sur le trottoir à New York, le 27 mars 2020. Cindy Ord/Getty Images/AFP

«Le vendredi avant sa mort, il était en bonne santé. Mercredi, il était mort». La déclaration déchirante est signée Rex Parris, le maire de Lancaster (Californie), où un adolescent américain de 17 ans est mort mercredi du coronavirus. En relatant l’histoire sur YouTube, relayée par The Independent, le maire a détaillé que cet adolescent «n’avait pas d’assurance, alors ils ne l’ont pas soigné», lorsqu’il est arrivé dans un établissement de soins d’urgence de la région. Le personnel médical a alors dit à l’enfant d’aller à l’hôpital public local.

«En route, il a fait un arrêt cardiaque», raconte le maire dans la vidéo. «Ils ont pu le réanimer et le maintenir en vie pendant environ six heures. Mais au moment où il est arrivé, il était trop tard». Aux États-Unis, 8,5% de la population, soit plus de 27 millions d'Américains, ne disposent pas d'assurance santé selon le gouvernement américain.

Le maire Rex Parris n’a pas révélé le nom du centre de soins d’urgence en cause. Il a également indiqué que le jeune homme n’avait aucun symptôme ou une maladie qui aurait pu constituer une circonstance aggravante face au Covid-19. «Il était malade depuis quelques jours, il n'avait pas d'antécédents de santé particuliers», a complété Rex Parris. «Le vendredi avant sa mort, il était en pleine santé en train de discuter avec ses amis».

Les responsables sanitaires américains avertissent que le système hospitalier du pays a déjà atteint sa capacité maximale. Les États-Unis ont confirmé au moins 85 000 cas de coronavirus vendredi. Le nombre de morts a quant à lui atteint près de 1.300.

Newsletters

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Deal sur ordonnance: «Si je revends mes prescriptions, ça me rapporte plus de 1.000 euros»

Les opiacés sont désormais la première cause de mortalité des toxicomanes devant l'héroïne, dont ils sont les produits de substitution. Pour s'en faire prescrire, certain·es sont prêt·es à tout.

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Pourquoi le racisme a cessé d'être envisagé comme une question de santé publique

Jusqu'à Richard Nixon, les États-Unis étudiaient officiellement les liens entre problèmes sociaux et santé mentale.

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

Une Américaine poursuivie pour avoir traité des enfants mal nourris en Ouganda sans compétences médicales

En quelques années, 105 enfants sont décédés dans son centre de soins.

Newsletters