Société

Les puzzles signent leur grand retour grâce au Covid-19

Temps de lecture : 2 min

Les Américain·es ont fait leurs réserves de nourriture, de papier toilette, de savon, mais aussi de ces jeux de patience.

C'est le moment rêvé pour se lancer dans un puzzle à 5.000 pièces. | Ryoji Iwata via Unsplash
C'est le moment rêvé pour se lancer dans un puzzle à 5.000 pièces. | Ryoji Iwata via Unsplash

«On vend plus de puzzles qu'à Noël!» Cette phrase, prononcée par Brian Way, propriétaire d'une boutique de jouets à Saint-Louis aux États-Unis, en dit long sur l'ambiance à l'heure de l'épidémie de Covid-19 qui touche presque tous les pays du monde.

Dans certaines régions des États-Unis, notamment celles où des mesures de confinement ont été engagées, la population fait des stocks, à la fois de produits de première nécessité mais aussi de divertissement comme les puzzles, pour se parer contre l'ennui.

Avant la crise, Brian Way vendait quelque 1.000 puzzles par jour. Ce chiffre a été multiplié par dix la semaine dernière, raconte le gérant de Puzzle Warehouse au Washington Post. Le magasin est en ce moment fermé à cause du virus mais les commandes se font désormais en ligne.

Reste à voir si les stocks et les moyens de livraison tiendront face à une telle demande, s'inquiète Brian Way, aidé depuis peu par ses quatre enfants dont les écoles ont fermé.

En plus des vingt salarié·es habituel·les dans l'entrepôt, vingt-quatre personnes ont été engagées exceptionnellement pour assurer le rythme. Nombre d'entre elles, travaillant auparavant dans la vente au détail ou la restauration, s'étaient retrouvées au chômage technique.

Se divertir autrement

«Il n'y a pas de sport à la TV. Vous voulez vraiment allumer le poste ou la radio, qui ne parlent que du coronavirus? Les gens en ont marre et ont besoin d'autre chose», explique Brian Way pour justifier cet engouement soudain.

À l'ère des services de vidéo à la demande et des jeux vidéo, se pencher sur une activité ludique calme et satisfaisante peut avoir du bon en ces temps de confinement.

Sur France 3 Grand Est, plusieurs personnes témoignent à propos du retour des puzzles dans les foyers. «J'en faisais lorsque j'étais toute petite. Sans le virus, je ne pense pas que j'aurais trouvé le temps ou l'envie», raconte Constance, étudiante, actuellement concentrée sur un puzzle de 4.000 pièces. Et pour les parents confinés avec leurs enfants, ce peut être une occupation intéressante, tant elle stimule la concentration et les repères dans l'espace.

Bon courage, quand même, pour les puzzles licornes!

Newsletters

Le journaliste Henri Tincq est mort

Le journaliste Henri Tincq est mort

Journaliste spécialiste des questions religieuses, il avait travaillé à La Croix, au Monde et à Slate. Il est mort du Covid-19 à l'âge de 74 ans.

Lettre au soldat Onfray

Lettre au soldat Onfray

Tu veux la guerre pour enrayer le déclin. Ta rhétorique de matamore est une tentative de suicide national.

Télétravail de sape

Télétravail de sape

Newsletters