Monde

Le Texas et l'Ohio interdisent l'IVG pendant l'épidémie de coronavirus

Temps de lecture : 2 min

Ces deux États ont classifié les avortements comme des procédures médicales non essentielles.

Manifestation pour défendre le droit à l'avortement, le 4 mars 2020 à Washington. | Saul Loeb / AFP
Manifestation pour défendre le droit à l'avortement, le 4 mars 2020 à Washington. | Saul Loeb / AFP

Il y a désormais plus de 50.000 mille cas de Covid-19 aux États-Unis et alors que de nombreux hôpitaux à travers le pays commencent à être surchargés, des États conservateurs en profitent pour essayer d'interdire les avortements.

Les gouverneurs du Texas et de l'Ohio ont classifié les interruptions volontaires de grossesse parmi les interventions médicales non essentielles qui doivent être reportées à plus tard afin que toutes les ressources puissent être utilisées pour gérer l'épidémie de coronavirus.

Le lundi 23 mars, le ministre de la justice du Texas a déclaré que «tous les avortements qui ne sont pas médicalement nécessaires pour préserver la vie ou la santé de la mère» seraient suspendus jusqu'au 21 avril. Les médecins qui continueront à pratiquer des IVG risquent au maximum 180 jours de prison ou 1.000 dollars d'amende.

Quelques jours avant, le ministre de la justice de l'Ohio a envoyé des lettres à plusieurs cliniques d'avortement pour leur dire de suspendre les IVG. «Nous vous ordonnons d'arrêter immédiatement de pratiquer des avortements non essentiels et électifs», a écrit Dave Yost.

D'autres États pourraient suivre

Les cliniques du Texas et de l'Ohio ont pour l'instant refusé de fermer leurs portes et défendu le caractère essentiel des avortements. Ces mesures d'interdiction pourraient être attaquées en justice dans la mesure où la Constitution américaine garantit le droit à l'avortement. «Les patientes ne peuvent pas attendre la fin de cette pandémie pour avoir accès à des interruptions volontaires de grossesse», a déclaré la présidente d'une clinique texane.

Alors que certaines interventions médicales mineures seront temporairement suspendues afin de préserver le matériel et les ressources nécessaires au traitement des patients atteints de Covid-19, le Collège américain des gynécologues et obstréticiens a recommandé de ne pas placer les avortements dans cette catégorie. «[L'IVG] est une intervention urgente pour laquelle un retard de quelques semaines ou même quelques jours peut augmenter les risques ou rendre l'intervention complètement inaccessible», a écrit l'association dans un communiqué.

D'autres États conservateurs pourraient prendre des mesures similaires. Par exemple, le gouverneur du Mississippi a déjà indiqué qu'il ferait en sorte que la seule clinique d'avortement encore ouverte dans son État ne continue pas à opérer pendant la crise du coronavirus.

Newsletters

Mémorandum pour l'Allemagne

Mémorandum pour l'Allemagne

La première puissance économique du continent ferait bien de ne pas oublier qu'elle a une dette envers l'Europe.

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Au stress de se faire contaminer au contact de la clientèle s'ajoute celui d'être à la hauteur d'une mission essentielle à la résistance psychologique et physique des citoyen·nes.

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Boîtes de nuit ouvertes, de nombreuses personnes dans les rues… La Suède a opté pour une voie bien différente de ses voisins européens.

Newsletters