Culture

«Feel Good», la série qu'il nous faut en ce moment

Temps de lecture : 7 min

La création de l'humoriste canadienne Mae Martin devrait vous redonner le sourire en cette période difficile. Et aussi, on répond aux questions que vous nous avez envoyées.

Mae Martin et Charlotte Ritchie dans Feel Good. | Capture d'écran via YouTube
Mae Martin et Charlotte Ritchie dans Feel Good. | Capture d'écran via YouTube

Tous les mercredis, Anaïs Bordages et Marie Telling décryptent pour Slate.fr l'actu des séries avec Peak TV, une newsletter doublée d'un podcast.

Coucou, c'est encore nous! On sait que les listes de recommandations de séries abondent en ce moment –même si bon, déjà, les nôtres sont meilleures. Et puis, on est surtout là pour répondre à vos questions et vous prodiguer des conseils personnalisés, continuer à vous parler des dernières sorties et vous occuper quelques minutes entre deux cours de yoga sur Instagram. Envoyez-nous toutes vos questions en répondant à ce mail, on ne manquera pas de les lire et d'y répondre. En attendant, bon confinement!

Pour info: Nous allons tous devoir passer beaucoup de temps chez nous ces prochaines semaines. Pendant la période de confinement, cette newsletter devient donc hebdomadaire, pour vous offrir tous les conseils séries dont vous aurez besoin. Si vous voulez une recommandation personnalisée de série, envoyez un mail à [email protected] en nous disant ce que vous recherchez selon votre situation; on tentera de vous donner plusieurs options.

Le petit plan: «Feel Good» (Netflix)

Une nouvelle série qui ne pourrait pas mieux porter son nom, vu l'anxiété collective du moment. Créée et écrite par l'humoriste canadienne Mae Martin, cette comédie semi-autobiographique vous redonnera le sourire (et vous arrachera aussi quelques larmes salutaires).

Tout n'est pas rose dans Feel Good: la série aborde certains sujets difficiles, comme l'addiction, la difficulté de faire son coming out ou simplement de s'y retrouver sur le large spectre de la sexualité. Mais il s'agit avant tout d'une histoire d'amour, entre Mae (Mae Martin) et George (Charlotte Ritchie), qui n'était jamais sortie avec des filles auparavant.

De leur meet-cute (très, très mignon) à leur emménagement ensemble et aux premières difficultés de couple, Feel Good bouillonne d'émotions lorsqu'elle décrit la relation complexe mais attendrissante des deux femmes. Une grande bouffée d'amour.

L'autre petit plan: «Little Fires Everywhere» (Hulu)

Adaptation du best-seller de l'Américaine Celeste Ng, Little Fires Everywhere s'intéresse aux relations entre deux familles que tout oppose, dans une banlieue huppée du Midwest américain.

Les deux mères au cœur du récit sont jouées par Reese Witherspoon et Kerry Washington, qui produisent aussi la série. Les tensions raciales et de classe imprègnent chaque seconde de l'intrigue et chaque interaction entre la très blanche, très privilégiée et très traditionnelle Elena (Witherspoon) et Mia (Washington), une artiste qui mène une vie non conformiste et nomade.

Avec ses secrets de famille, son propos sur la maternité, ses personnages riches et sûrs de leur fait, la série rappelle énormément Big Little Lies, une autre production de Reese Witherspoon –mais sans la magnifique réalisation de Jean-Marc Vallée. Heureusement, les deux actrices sont parfaites et l'intrigue assez prenante pour qu'on ait envie de voir la suite.

On regarde aussi

Dare Me (Netflix) – Un soap sur des cheerleaders un peu mou du genou; on préfère encore remater Elite ou Cheer (également sur Netflix).

Terrace House: Tokyo 2019-2020 (Netflix) La saison actuelle de l'émission de télé-réalité japonaise est un très grand cru qu'on recommande à celles et ceux d'entre vous qui cherchent un programme apaisant.

Service après-vente

On répond à toutes vos questions pour vous aider dans cette quarantaine

«Mon mec déteste les séries comme Grey's Anatomy mais moi j'adore, qu'est-ce qu'on peut regarder ensemble?» –Laura

Dans le genre séries procédurales, dans un environnement professionnel mais avec une bonne dose de tension sexuelle, on recommande The Good Wife (Amazon). La série suit le quotidien d'Alicia Florrick, une ancienne femme au foyer qui reprend sa carrière d'avocate quand son mari, un homme politique local, est envoyé en prison dans le cadre d'un scandale sexuel. Ça dure sept saisons, c'est intelligent, bien écrit et souvent très sexy.

Si vous l'avez déjà vue, son spin-off The Good Fight (Amazon), centré autour du personnage de Diane Lockhart, reprend les ingrédients qui ont fait le succès de sa grande sœur et vaut aussi le détour.

Sinon, dans le genre série à rebondissements un poil soapy mais un peu plus ~masculine~, il y a Billions (Canal+), une production américaine sur l'univers de la finance, où tout le monde en a des grosses et nous le rappelle constamment. Le casting fait rêver (Paul Giamatti, Damian Lewis, Maggie Siff) et le résultat est très addictif.

Et puis si vous voulez rester dans le milieu médical, il y a toujours Urgences (TF1), dont les premières saisons restent parmi les plus excitantes de l'histoire de la télé.

«Tout ce confinement solitaire me met en chien, qu'est-ce que je peux regarder pour assouvir mon manque?» –Anonyme

Vous tombez bien, la tension sexuelle, c'est un peu notre grand dada. La sublime série d'anthologie Easy (Netflix) explore toutes les versions et ramifications de l'amour moderne à travers différents personnages, célibataires, en couple ou parfois en trouple. Venez pour les scènes de sexe, restez pour les conversations tellement intimes qu'elles vous laisseront le souffle coupé.

Pour une exploration encore plus crue et frontale de la sexualité, tentez The Girlfriend Experience (Amazon). Produite par Steven Soderbergh, cette série-thriller s'intéresse surtout à la marchandisation du sexe dans toutes ses déclinaisons, à travers des histoires d'escort girls (le personnage principal change à chaque saison). Certaines scènes sont très hot, d'autres très dérangeantes, la plupart sont assez graphiques. Sur fond de scandales politico-financiers, la série est totalement prenante, superbement réalisée, et fait la part belle à des actrices magnétiques comme Riley Keough, Anna Friel ou Carmen Ejogo.

Pour un mélange cul, romance et tension sexuelle, la série culte Journal intime d'une call girl est également sur Amazon.

Et pour les plus romantiques, Outlander (Netflix), série un poil cucul sur une femme qui voyage dans le passé et se retrouve dans l'Écosse du XVIIIe siècle, a son lot de scènes érotiques, de will-they-won't-they et d'hommes en kilts. Que demander de plus?

«Je crois que j'ai regardé toutes les séries historiques de Netflix, sauf Poldark, mais ça a l'air un peu vieillot. Je viens de recommencer Anne with an E, mais mon mec n'était pas convaincu. Vous me conseillez quoi?» –Adélie

Ça tombe bien, parce qu'on a consommé tellement de séries d'époque qu'on pourrait avoir un doctorat en la matière. Déjà, si Poldark (Netflix) a des petits airs de téléfilm, sa première saison est extrêmement captivante, surtout pour les fans de séries en costume. L'intrigue est digne d'un roman de Danielle Steel: un capitaine anglais revient de guerre et découvre que son père est mort et que sa meuf l'a quitté pour un autre. Alors qu'il tente de rebâtir sa vie, il prend Demelza (DEMELZA!!!), une jeune femme un peu sauvage, sous son aile. C'est incroyablement cheesy, mais la tension entre les deux personnages principaux est incroyable et on vous met au défi de ne pas devenir accro.

Sinon, dans un genre un peu plus prestige, The Hour, série de 2011 de la BBC avec Ben Whishaw et Romola Garai, est disponible sur Amazon Prime. Ça se passe dans les années 1960 et ça suit les aventures d'une équipe de journalistes de la BBC. C'est cozy à souhait, bien foutu et le casting est parfait.

Dickinson, série d'Apple TV+ qui fictionnalise l'adolescence de la poétesse américaine Emily Dickinson, dépoussière les codes du genre de façon surprenante et réjouissante. Un bon compromis pour les personnes partageant leur télé avec des allergiques aux séries d'époque.

Et puisqu'on nous parle d'Anne with an E dans la question, on s'en voudrait de ne pas mentionner Anne of Green Gables, mini-série culte de 1985 produite par la télé canadienne et LA meilleure adaptation du roman de Lucy Maud Montgomery. Longtemps très difficile à trouver en ligne, la série est désormais disponible à la location ou à l'achat sur un site qui lui est entièrement consacré.

«Pourriez-vous me conseiller une série (ou dessin animé) à regarder avec ma sœur (10 ans) qui soit similaire à DuckTales, Gravity Falls ou Steven Universe?» –Sériesvore

«Auriez-vous des idées de séries plutôt drôles à regarder en famille (5-8-11 ans)?» –MAllauze

Dans le même genre que Steven Universe, tentez l'excellente Kipo et l'âge des Animonstres (Netflix). Cette nouvelle série animée raconte les aventures à travers un paysage post-apocalyptique d'une jeune fille entourée de créatures étranges et très mignonnes, à l'image du cochon à six pattes qui deviendra rapidement son allié. L'animation est superbe et les dialogues assez tendres, drôles et intelligents pour séduire les enfants comme les adultes.

Donnez aussi une chance à She-Ra et les princesses au pouvoir (Netflix), une autre série animée d'aventures fantastiques. Drôle, colorée et inclusive, c'est un vrai régal.

Pour des histoires toutes simples mais trop mignonnes, il y a Les Cahiers d'Esther (Canal+) –attention, on y compte quelques petits gros mots.

Pour faire voyager les plus jeunes depuis leur canapé, Carmen Sandiego (Netflix) n'est pas trop mal.

Enfin, pour des histoires de femmes drôles, inspirantes et joliment illustrées, foncez sur la merveilleuse série Culottées (France Télévisions), adaptation de la célèbre BD de Pénélope Bagieu.

Pour les plus grand·es, on vous conseille évidemment Gilmore Girls (Netflix), histoire d'une relation mère-fille aussi hilarante qu'attendrissante, ou notre série préférée, qui se consomme à tout âge (nous, on la regarde en boucle depuis qu'on a 9 ans): Buffy contre les vampires (Amazon).

Le crush: Mae Martin (Mae dans «Feel Good»)

Il nous a fallu à peu près une seconde et demie pour tomber totalement amoureuses de la star et créatrice de Feel Good. Elle est drôle, elle est canon et elle porte les sweats à capuche comme personne. Nous aussi, on veut un meet-cute avec elle.

Peak de chaleur: quand elle ~s'accessoirise~ avant une partie de jambes en l'air.

Ces textes sont parus dans la newsletter bimensuelle (hebdomadaire pendant le confinement) Peak TV.

Newsletters

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

Newsletters