Monde / Économie

Le plan d'aide de Trump ne garantit pas d'arrêt maladie pour tous

Temps de lecture : 2 min

La loi proposée par les Républicains ne force pas les grandes entreprises comme McDo ou Amazon à payer des congés maladie à tout leur personnel.

Une employée dans un café-boulangerie de Los Angeles, le 17 mars 2020. | Frederic J. Brown / AFP
Une employée dans un café-boulangerie de Los Angeles, le 17 mars 2020. | Frederic J. Brown / AFP

Les leaders démocrates au Congrès sont en train de négocier avec les Républicains pour essayer d'obtenir un plan de relance plus généreux pour les employé·es américain·es. En effet, selon les mesures proposées actuellement par l'administration Trump en réponse à l'épidémie de Covid-19, les entreprises de plus de 500 employé·es ne seront pas obligées de garantir d'arrêt maladie payé pour leur personnel.

Le chef des Démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a qualifié ce projet de loi de «grand sauvetage financier pour les grandes entreprises sans protections pour les travailleurs.»

En effet, si la loi était adoptée dans sa forme actuelle, des millions d'employé·es travaillant pour des multinationales comme McDonald's, Burger King, Amazon ou Walmart ne pourraient pas bénéficier d'arrêt maladie garanti, même en pleine pandémie.

Tousser en travaillant

La direction de McDonald's a récemment annoncé que ses employé·es auraient droit à des congés maladie, mais le personnel qui travaille dans les franchises de la chaîne, soit 95% des établissements, n'en bénéficie pas automatiquement (les franchises décident). Dans ces circonstances, nombre d'employé·es malades vont travailler parce faute de pouvoir se permettre financièrement de rester à la maison.

Quant aux employé·es des supermarchés Walmart, seules bénéficieront d'arrêts maladie payés les personnes qui sont testées positives au Covid-19 ou doivent être mises en quarantaine. La situation est également inquiétante pour les livreurs des agences FedEx et UPS, qui ont très peu (ou pas du tout) de jours d'arrêts maladie garantis. Selon un article du New York Times, alors que le nombre de cas de Covid-19 explosait aux États-Unis, des livreurs souffrant de toux et de fièvre ont quand même été travailler.

À l'origine, les Démocrates avaient proposé un plan de relance qui obligeait toutes les entreprises à garantir des congés maladie, mais les représentant·es des grands groupes ont refusé et les Républicains ont insisté pour que le projet de loi soit moins généreux.

Alors que le débat au Congrès se poursuit, la sénatrice démocrate du Massachusetts Elizabeth Warren a demandé à McDonald's, Walmart et Amazon de garantir ces congés.

«Vous êtes parmi les plus grands employeurs des États-Unis et vous avez une responsabilité vis-à-vis de cette crise de santé publique. Vous devez agir pour protéger votre personnel et vous assurer que vos décisions n'exacerbent pas la pandémie.»

Newsletters

«Jamais je n'ai prononcé son nom, ça me file des haut-le-cœur»

«Jamais je n'ai prononcé son nom, ça me file des haut-le-cœur»

«Je me sens régulièrement comme une coquille vide, sans espoir»

«Je me sens régulièrement comme une coquille vide, sans espoir»

«Je réapprends à vivre dans mon nouveau monde, celui de l'après-jugement»

«Je réapprends à vivre dans mon nouveau monde, celui de l'après-jugement»

Newsletters