Monde

Le système iranien vu de l'intérieur

Temps de lecture : 2 min

En janvier, Mohammed Reza Heydari en a eu marre. Il a démissionné de son poste de premier consul de l'ambassade d'Iran à Oslo et a rapidement demandé à la Norvège l'asile politique, qui lui a été accordé.

Aujourd'hui il parle, et permet de mieux comprendre, de l'intérieur, comment le gouvernement iranien a réagi aux manifestations qui ont eu lieu un peu partout dans le monde après les élections contestées de l'année dernière. Heydari confie que des officiels iraniens l'ont poussé à falsifier le décompte des votes par procuration en Norvège, qui étaient presque tous en faveur de l'opposition, rapporte le Wall Street Journal.

Ils lui ont ensuite demandé de devenir un informateur sur les expatriés iraniens qui soutenaient l'opposition, y compris son propre fils qui avait participé à des manifestations. Heydari insiste sur le fait que, bien qu'il soit peut-être l'ex-diplomate iranien le plus haut placé, il est loin d'être le seul. Il affirme qu'au moins 27 diplomates de haut niveau, aussi bien en Iran qu'à l'extérieur du pays, ont démissioné de leur poste pour protester, et qu'au moins trois d'entre eux ont demandé l'asile politique en Europe. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés.

[Lire l'article sur online.wsj.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Crédit Photo: Manifestants à Téhéran Reuters

Newsletters

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

Votée par la Chambre des représentants, la loi destinée à préserver la santé des femmes dans l'intégralité du pays ressemble à un baroud d'honneur, tant les impasses sont nombreuses.

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio