Sciences / Culture

Est-ce que la musique aide à mieux travailler?

Temps de lecture : 2 min

Personne n'a, encore, LA réponse.

On a pas encore perçé à jour les causes de l'effet Mozart | Samuel Bourke via Unsplash
On a pas encore perçé à jour les causes de l'effet Mozart | Samuel Bourke via Unsplash

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le programme «Music While You Work» est mis en place par le gouvernement britannique pour encourager les ouvrier·es dans les usines de fabrication d’équipement militaire. Leur productivité grimpe alors de 12 à 15%. Aujourd'hui, une personne sur deux travaillerait régulièrement en musique et les playlists vouées à optimiser la concentration sont légion. Est-ce là le pouvoir de la musique de doper notre productivité? À l'heure du télétravail pour beaucoup de Français·es, on est en droit de se poser la question.

L'«effet Mozart»

L’exemple le plus connu est celui de «l’effet Mozart» qui voudrait que l’écoute des compositions du génie pourrait rendre au moins plus productif, si ce n’est plus intelligent. En 2015, une étude s’est penchée sur cet effet en comparant l’écoute de la «sonate K.448» de Mozart avec celle de «la lettre à Élise» de Beethoven. L’œuvre de Mozart provoque une activité cérébrale liée à la mémoire et la résolution de problèmes, un pouvoir dont la sublime lettre à Élise est dépourvue. L'effet Mozart a également été testé sur des souris. Exposées à dix heures du récital tous les jours pendant 10 semaines, elles étaient plus douées pour se déplacer dans un labyrinthe que celles non-exposées.

Une autre étude s'est attachée à comparer les effets de la sonate à ceux de «l’Adagio en sol mineur» d’Albinoni sur des étudiant·es. Leurs niveaux d’excitation étaient supérieurs après l’écoute de Mozart, ce qui pourrait expliquer ce fameux effet. Mais les raisons de celui-ci sont encore un mystère et trop peu d'artistes ont été testés pour être sûr que Mozart soit le seul à posséder ce pouvoir.

Il est fort probable que nous ayons besoin d’un minimum de stimulation mentale pour être capable de fonctionner normalement. C'est pourquoi certains scientifiques estiment que la musique peut agir comme un petit shoot de caféine au cerveau.

Le choix de la musique peut être primordial. Une autre étude s'est interressée à la différence de productivité entre des personnes travaillant en sélectionnant leur propre choix de musique et celles à qui l'on imposait une playlist. Les personnes libres de leur choix étaient plus productives, mais aucun lien n’a été trouvé entre les musiques selectionnées par les participant·es –le classique n'est pas forcément plus efficace que le métal– le seul dénominateur commun est le niveau de détente des sujets.

En 2011, une étude a rassemblé les résultats de diverses autres et conclut par un très frustrant «cela dépend». En effet, la musique peut distraire d’un travail de lecture mais peut aider à de meilleures performances sportives. Elle ne rendrait pas, en soit, le travail de bureau plus performant, mais aiderait à se sentir mieux.

Newsletters

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

La prolifération microbienne toxique a prospéré juste avant la fin du Permien-Trias. On la retrouve aujourd'hui au bord de nos cours d'eau.

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Le mammifère aux pattes palmées est essentiel à l'équilibre de son environnement.

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

La combinaison médicamenteuse fonctionne si bien que l'essai entre en phase 2.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio