Santé / Économie

Des patrons de la Silicon Valley refusent la distanciation sociale

Temps de lecture : 2 min

Certains PDG pensent que les conséquences économiques du confinement sont pires que la crise sanitaire liée au coronavirus.

Certains ne verraient pas le problème à cette configuration. | Alex Kotliarskyi via Unsplash
Certains ne verraient pas le problème à cette configuration. | Alex Kotliarskyi via Unsplash

Lundi 16 mars, le PDG de MicroStrategy, une entreprise de création de logiciels a envoyé une lettre à ses 2.000 employé·es pour critiquer les mesures de confinement prises en réponse à l'épidémie de Covid-19:

«Adopter la distanciation sociale et l'hibernation économique est désespérant et débilitant, a écrit Michael Saylor. Si nous voulons maintenir notre productivité, nous devons continuer à travailler au bureau.»

Alors que le président américain a décrété l'urgence nationale le 13 mars et que les autorités sanitaires recommandent le télétravail, plusieurs patrons de la tech encouragent leurs salarié·es à venir au bureau même si leurs tâches pourraient être effectuées à distance. La logique de Michael Saylor est que le désastre économique causé par le confinement sera plus grave que la propagation du virus et qu'il suffirait de «mettre en quarantaine les 40 millions de personnes retraitées et immunodéprimées».

«Dans le pire des cas, l'espérance de vie mondiale baisserait de quelques semaines. Au lieu de 79,60 ans, nous aurions 79,45 ans à vivre. Une personne sur 500 décéderait un peu plus tôt [...], a-t-il ajouté. Nous devons continuer à faire notre travail, nous occuper de nos clients, éduquer nos enfants... faire du sport, voir nos amis, écouter de la musique, manger, boire et être joyeux.»

La peur et la route sont pires

Cette déclaration est particulièrement extrême, mais le patron de Tesla, Elon Musk, a aussi minimisé les risques de l'épidémie de Covid-19 en écrivant à ses employé·es que les accidents de la route étaient de toute façon plus meurtriers que le virus. Le 17 mars, des milliers de personnes sont allées travailler à l'usine Tesla de San Francisco malgré les mesures de confinement en vigueur. Le même jour, les autorités ont annoncé que l'usine était «non essentielle»; la production sera suspendue à partir du 23 mars. Le 6 mars, Musk avait affirmé sur Twitter: «La panique autour du coronavirus est stupide», tweet qu'il n'a pas effacé depuis.

Dans la même veine, Tim Draper, un milliardaire investisseur en capital-risque, a tweeté le 14 mars:

«La peur est pire que le virus. Les gouvernements se trompent. Ne fermez pas les commerces. La crise économique fera plus de morts que le virus.»

Face à ces réactions, un autre entrepreneur de la Silicon Valley, David Heinemeier Hansson, a commencé à récolter des témoignages de salarié·es dont les patrons les encouragent à venir bureau même quand ce n'est pas nécessaire.

Newsletters

J'aimerais passer mes vacances sans règles, la prise de pilule en continu est-elle risquée ?

J'aimerais passer mes vacances sans règles, la prise de pilule en continu est-elle risquée ?

Elsa aimerait passer ses vacances sans règles. Elle nous demande si elle court un risque en prenant la pilule en continu. Nous avons posé la question au docteur Aristizabal. Voici ses réponses. ...

Le vrai visage de la perversion narcissique

Le vrai visage de la perversion narcissique

Ce sont deux mots que l'on a beaucoup entendus ces dernières années, souvent de façon inconsidérée.

Cessons de faire du gaz hilarant une affaire d'État

Cessons de faire du gaz hilarant une affaire d'État

Des artistes du XIXe siècle en raffolaient, les jeunes d'aujourd'hui l'ont adopté. Ce produit qui fait rire n'est pas plus nocive que d'autres substances psychotropes: en la consommant raisonnablement elle le serait même moins.

Newsletters