Santé / Sciences

S'accroupir serait meilleur pour la santé que s'asseoir

Temps de lecture : 2 min

En observant une tribu tanzanienne, des scientifiques ont décelé les bienfaits de cette posture.

Cette posture permet une activité musculaire constante. | Edo Nugroho via Unsplash
Cette posture permet une activité musculaire constante. | Edo Nugroho via Unsplash

Confinement oblige, le télétravail est de mise pour beaucoup de gens quelque temps encore. Si vous êtes mal installé·e sur une chaise ou dans un sofa, il est probable que votre dos vous fasse souffrir sous peu. Et encore, ce n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Rester assis·e ou allongé·e trop longtemps chaque jour augmente le risque de maladies chroniques cardiovasculaires, métaboliques et cancéreuses, sans parler du cholestérol. Pires, seules trois heures dans la journée dans ces postures peut augmenter le risque de mortalité, explique France Info.

Pourtant, d'autres positions seraient plus saines, comme le rapporte une étude publiée le 9 mars dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, qui a observé les différentes postures que prennent chaque jour les membres de la tribu Hadza en Tanzanie.

Un repos actif

L'équipe de recherche s'est intéressée à vingt-huit d'entre eux –principalement des chasseurs-cueilleurs– notamment parce qu'ils présentent une santé de fer, peu de pression artérielle et un faible taux de cholestérol. Ces personnes sont certes souvent en mouvement, mais demeurent aussi immobiles près de dix heures par jour –soit le même temps qu'un·e citadin·e qui travaille dans un bureau, selon The Independent.

En revanche, contrairement à nous, les Hadza ne restent pas les fesses sur une chaise durant ces périodes d'immobilité. Ils passeraient 20% de leur temps d'inactivité accroupis, les genoux pliés et le derrière proche du sol.

Cela expliquerait-il en partie leur bonne santé? Pour le savoir, les scientifiques les ont équipés de capteurs mesurant leurs contractions musculaires lorsqu'ils étaient accroupis, assis et pendant leur marche. Les résultats ont montré que leurs muscles se contractaient plus accroupis qu'assis, et que cette contraction était similaire à celle de la marche à 40%. Autrement dit, même au repos, cette posture permet une activité musculaire constante, ce qui n'est pas le cas de notre position assise classique.

Interrogé par le média britannique, l'un des auteurs de l'étude, David Raichlen, estime que ce repos actif aurait des conséquences sur la bonne santé des membres de la tribu, notamment en ce qui concerne le cholestérol.

Cette étude comporte tout de même certaines limites et ne prend pas en compte des facteurs tels que le régime alimentaire. Cependant, c'est une indication de plus sur les bienfaits de cette posture ancestrale que nous avons jetée aux oubliettes.

Pas fan du principe? Bossez dans votre lit

Si votre souplesse vous fait défaut, vous pouvez toujours vous réfugier dans votre lit: il s'agirait de la meilleure position pour travailler à domicile, suggère le média Quartz. C'est mieux pour votre dos que de vous affaisser sur une table basse, où votre colonne vertébrale se contorsionne dans le sens inverse de sa forme naturelle, c'est-à-dire en S.

Mais attention tout de même. Une telle configuration peut impacter votre productivité, qui risque d'être ralentie par une succession de micro-siestes. Cela implique aussi que votre couche deviendra votre lieu de travail. Vous ne pourrez par exemple plus dire «je fais un break, je vais dans ma chambre».

Newsletters

Bien que rare, le cancer du sein existe aussi chez l'homme

Bien que rare, le cancer du sein existe aussi chez l'homme

Chaque année en France, 1% des cancers du sein détectés le sont chez l'homme. Souvent diagnostiqués plus tardivement, ceux-ci doivent aussi faire face à des stéréotypes de genre.

A la recherche du temps à gagner ou comment se brosser les dents en 10 secondes

A la recherche du temps à gagner ou comment se brosser les dents en 10 secondes

Les humains sont d’un naturel pressé. Nombre d’innovations misent sur la rapidité d'exécution et l’efficacité. A l’image de l’Y-Brush développée par deux inventeurs français

Avec la crise du Covid, les infirmières déjà à bout rendent la blouse

Avec la crise du Covid, les infirmières déjà à bout rendent la blouse

«Depuis plus de vingt ans que je travaille, je n'ai jamais vu autant de départs et de reconversions professionnelles en aussi peu de temps», témoigne une infirmière en néonatalité.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio