Monde

Relation Turquie-UE-OTAN: sortons de l'ambiguïté

Temps de lecture : 4 min

[TRIBUNE] Nous devons aller vite, car c'est davantage l'Europe que la Turquie qui risque d'être déstabilisée.

À Edirne, le 3 mars 2020, des migrants espèrent effectuer la traversée vers la Grèce, après que la Turquie a ouvert ses frontières avec l'Europe. | Bülent Kılıç / AFP

 
À Edirne, le 3 mars 2020, des migrants espèrent effectuer la traversée vers la Grèce, après que la Turquie a ouvert ses frontières avec l'Europe. | Bülent Kılıç / AFP  

La récente crise migratoire entre l'Europe et la Turquie, directement liée au conflit en Syrie et à ce qui serait aussi la plus grande crise humanitaire du début du XXIe siècle, suscite de nombreux commentaires et critiques.

Ankara aurait volontairement envoyé des réfugiés, installés sur le sol turc ou de passage, vers la Grèce et l'Union européenne et procéderait ainsi à un chantage, souhaitant obtenir un soutien de l'OTAN d'une part, notamment face à la Russie, et une aide financière d'autre part.

Or, avant de prendre position, il importe de rappeler quelques considérations objectives sur cette crise migratoire. D'abord, elle est ancienne. Même si elle a atteint un pic en 2015, elle a en réalité commencé à la suite des interventions principalement occidentales en Afghanistan en 2001 (où la Turquie a d'ailleurs été présente), puis en Irak en 2003 (sous de faux prétextes), avant de connaître une explosion au début des «printemps ou révolutions arabes» en 2011, notamment en Syrie, entraînant des mouvements de population inédits dans ce pays et contribuant à l'émergence tentaculaire de Daech au Proche et Moyen-Orient, premier proto-État terroriste des temps modernes.

C'est ainsi que la Turquie a absorbé la plus grande part de ces réfugiés politiques et économiques, avec près de 4 millions de personnes installées sur son territoire, soit bien plus que le Liban, la Jordanie, l'Égypte ou d'autres pays d'accueil parfois situés hors du Proche-Orient.

Or, la Turquie est un État qui a certes connu une remarquable percée économique depuis une vingtaine d'années, en particulier depuis l'accession au pouvoir de l'AKP sous l'impulsion de Recep Tayyip Erdoğan, ce qui explique en partie ses succès électoraux, mais ce n'est pas pour autant une pétromonarchie du Golfe, où le niveau de ressources garantit une importante manne financière. L'accueil de réfugiés en Turquie a représenté une charge financière considérable et difficile à assumer pour le gouvernement et la population.

A contrario, l'Union européenne, habituée à dispenser des leçons de morale à tout le monde, y compris à plusieurs de ses membres, sur l'enjeu migratoire est la première puissance économique mondiale. Et il faut se souvenir qu'après le pic de 2015, durant lequel près d'un million de réfugiés entrèrent en Europe (principalement en Allemagne, représentant un choc sans précédent pour cet État), un accord avait été signé par Bruxelles et Ankara le 18 mars 2016 pour fixer un nombre maximum de réfugiés sur le sol turc.

L'accueil de réfugiés en Turquie a représenté une charge financière considérable et difficile à assumer pour le gouvernement et la population.

Celui-ci avait plutôt bien fonctionné, puisque le nombre de migrants arrivant dans l'UE avait drastiquement diminué, passant de 3.500 par jour à quelques dizaines seulement.

En contrepartie, l'UE s'était engagée, comme elle l'a fait avec d'autres pays accueillant des réfugiés au Proche-Orient (Liban, Jordanie en particulier), à débloquer une somme substantielle de près de 6 milliards de dollars. Aide qui n'aurait pas encore été intégralement versée, comme c'est trop souvent le cas lorsqu'il s'agit d'aides ou de promesses de dons internationales.

Or, la prise en charge de ces réfugiés a eu un coût énorme pour la Turquie, évalué à 40 milliards de dollars. Certes, elle a pu bénéficier d'une main-d'œuvre bon marché, mais tous les réfugiés syriens ou moyen-orientaux n'ont pas pu trouver une activité pérenne et ont donc dû être pris en charge pour une bonne part par le gouvernement turc.

Par ailleurs, il faut réfléchir au-delà du dossier migratoire et répondre de façon claire à des questions essentielles, qui expliquent en partie la double crispation observée ces derniers temps: est-ce que oui ou non, la Turquie a vocation à rejoindre l'UE à terme?

Officiellement, c'est toujours le cas, mais pour beaucoup d'États de l'Union, c'est un non catégorique. C'est une première contradiction, car nul n'ignore qu'un État candidat, surtout lorsque c'est le cas depuis des décennies, bénéficie en général d'un traitement privilégié, avant de préparer dans les meilleures conditions son accession à l'UE. Et ce n'est précisément pas ce que l'on observe actuellement.

Autre ambiguïté, la question du maintien de l'OTAN (considérée comme en «état de mort cérébrale» par Emmanuel Macron) et de son «pilier oriental», la Turquie, seconde armée de la structure militaire transatlantique par son nombre de soldats.

De deux choses l'une, soit nous annonçons clairement sa fin prochaine, et alors la Turquie ira vers des alliances renforcées, jusque-là seulement ébauchées[1], avec des États comme la Russie ou l'Iran, ce qui se traduira par une perte d'influence encore plus importante des Européens et plus globalement des Occidentaux dans cette région. Cela signifierait la fermeture des bases militaires de l'OTAN, ou de l'accès à l'espace aérien turc pour ses avions, sans oublier des relations encore plus tendues avec le monde musulman, où la Turquie sait souvent faire entendre sa voix. Soit nous avons une discussion franche avec la Turquie, partenaire difficile mais essentiel.

Sur tous ces différents points (migrants, intégration à l'UE, OTAN), il nous faut trouver des réponses. Nous devons aller vite, car c'est davantage l'Europe que la Turquie qui risque d'être déstabilisée. Continuer à vouer aux gémonies la Turquie ne fait pas une politique, qui doit être basée sur les réalités pragmatiques et les rapports de force en place, non sur l'émotion.

Ce qui est certain, c'est que les incohérences, l'impéritie et les palinodies de l'Union européenne risquent de nous mener à une issue où tout le monde sera perdant. Pour éviter ce scénario noir, il faudrait une vision stratégique globale, qui semble manquer cruellement à nos dirigeants.

1 — Voir à cet égard le dossier d'Orients Stratégiques consacré à ce sujet («La Turquie et des nouveaux alliés»), n°9, juillet 2019, sous la direction de Jean Marcou. Retourner à l'article

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 novembre au 4 décembre 2020

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 28 novembre au 4 décembre 2020

Conflit au Tigré, autorisation au Royaume-Uni du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19 et transfert de réfugiés rohingyas sur une île potentiellement inondable du Bangladesh... La semaine du 28 novembre au 4 décembre 2020 en images.

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Après l'avoir saccagé, les individus ont remplacé l'obélisque par une croix en bois.

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

La nouvelle loi permettra aux Britanniques de s'affirmer en tant que leaders mondiaux en matière de bien-être animal.

Newsletters