Médias

Comment la production de «Love Is Blind» a trouvé ses trente célibataires

Temps de lecture : 2 min

Les responsables de casting ont chassé sur Tinder et par DM.

Les réseaux sociaux ont été de vrais appâts pour trouver les candidat·es de l'émission. | Capture d'écran via YouTube
Les réseaux sociaux ont été de vrais appâts pour trouver les candidat·es de l'émission. | Capture d'écran via YouTube

Si vous avez bingé l'émission américaine «Love Is Blind», nul doute qu'une multitude de questions doivent encore aujourd'hui vous turlupiner. Heureusement, maintenant que le show made in Netflix est terminé, les participant·es commencent à révéler quelques secrets du tournage, notamment sur les techniques utilisées par l'équipe du casting pour les recruter.

Avant toute chose, un petit récapitulatif s'impose pour les retardataires. «Love Is Blind», c'est la télé-réalité du moment sur Netflix, à mi-chemin entre «Mariés au premier regard» et «L'amour est aveugle».

Trente célibataires se rencontrent et discutent depuis des petits salons séparés, sans jamais se voir. Si le courant passe entre deux personnes, elles se fiancent, finissent par se voir et vivent ensemble pendant trois semaines –c'est souvent là que les ennuis commencent. Puis c'est le moment de passer devant l'autel, et de dire oui ou non pour la vie.

Pour certain·es des candidat·es, du moins pour celles et ceux qui sont encore ensemble aujourd'hui, avoir la chance de rencontrer l'amour grâce à une télé-réalité était comme un cadeau tombé du ciel –ou plutôt un cadeau tombé par surprise dans leurs DM sans rien avoir demandé.

Le match était une casteuse

Trois couples de l'émission, Barnett et Amber, Cameron et Lauren ainsi que Damian et Giannina, se sont livrés sur le plateau du «Ellen DeGeneres Show», un talk-show diffusé sur NBC. À en croire leurs témoignages, les producteurs n'ont pas hésité à user de leur charme pour les convaincre de se lancer dans l'aventure «Love Is Blind».

Pour Damian, tout a commencé par une rencontre sur... Tinder. Une femme l'ajoute, ils discutent et les échanges sont fluides. «On s'est bien entendus […], il y avait un bon feeling entre nous», explique-t-il. Finalement, après l'avoir ajouté sur Instagram, son match lui révèle sa véritable identité: elle travaille à l'élaboration du casting de «Love Is Blind».

Les réseaux sociaux ont été de véritables appâts pour trouver les candidat·es de l'émission, raconte Vice.com. Giannina a elle aussi mordu à l'hameçon. Alors qu'elle se lamentait sur son célibat tout en sirotant un verre avec ses copines, la jeune femme a reçu un DM sur Instagram, qui disait: «Salut, vous pouvez tomber amoureuse et potentiellement vous marier.» Giannina a perçu ce coup de pouce du destin comme un moyen de trouver le bon partenaire, et elle a accepté de rejoindre l'expérience.

Pour Lauren, participer à l'émission est apparu comme une évidence, sa vie amoureuse ne la satisfaisant pas à l'époque. Amber reconnaît pour sa part qu'il s'agissait d'une façon de fuir son quotidien: sans travail, la jeune femme tournait en rond et a décidé de pimenter sa vie en testant si «l'amour est aveugle» (en bon français).

Les pleurs, les retournements de situation et les déclarations d'amour qui fusent en à peine quelques jours vous manquent déjà? Rassurez-vous, d'autres saisons de «Love Is Blind» seraient dans les tuyaux. Il faut dire que le show a cartonné et a longtemps trôné à la première place des contenus les plus regardés de la plateforme.

Newsletters

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation.

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

Le documentaire qui laisse entendre que le Covid-19 serait une machination des élites visant à éliminer une partie de l'humanité obéit à des règles narratives communes aux récits complotistes.

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Les œillères de la presse américaine sur l'islamisme radical en France

Le Washington Post et le New York Times donnent l'impression que les attentats en France n'ont rien à voir avec le djihadisme, et tout à voir avec les excès de la laïcité et les échecs de l'intégration.

Newsletters