Monde

La future capitale de l'Indonésie est déjà une menace pour la biodiversité

Temps de lecture : 2 min

Le gouvernement du pays a décidé de transférer sa capitale de Jakarta vers une toute nouvelle ville, dont les travaux devraient commencer en 2021 sur l'île de Bornéo.

Un Indonésien regarde un incendie volontaire ravager une forêt de la province d'Aceh, en 2016. | Chaideer Mahyuddin / AFP
Un Indonésien regarde un incendie volontaire ravager une forêt de la province d'Aceh, en 2016. | Chaideer Mahyuddin / AFP

En Indonésie, l'île de Java, sur laquelle se situe Jakarta, est en train de couler, entre autres à cause du pompage des eaux souterraines et de l'élévation du niveau des océans. Si rien n'est fait d'ici à 2050, 95% des zones côtières de la capitale seront submergées.

En réaction, le gouvernement indonésien a annoncé en août 2019 sa décision de créer, ex nihilo, une nouvelle capitale sur l'île voisine de Bornéo. Difficile de dire quand le projet à 34 milliards de dollars sera achevé, tant il reste à faire.

Située dans la province du Kalimantan oriental, sur d'anciennes plantations d'huile de palme, cette ville toute neuve fait avant même sa construction l'objet d'intenses débats en Indonésie, indique la BBC.

Des associations de défense de l'environnement redoutent des conséquences désastreuses pour la faune et la flore de Bornéo –qui reste, malgré la déforestation que connaît l'Indonésie depuis des années, l'un des coins de la planète accueillant la plus grande biodiversité.

Un projet pas si vert

Pour rassurer les associations et les populations de l'île de Bornéo, les architectes de l'entreprise Urban+, qui a remporté l'appel d'offres, ont assuré vouloir travailler avec la nature et non contre.

Le cabinet a dévoilé ses plans pour la ville: 70% d'espaces verts sur 2.500 km2, un institut spécialisé dans la reforestation, un jardin botanique, des zones piétonnes et des transports électriques.

Ces belles promesses ont toutefois un coût, et il sera notamment énergétique. Les trois centrales hydroélectriques prévues pour alimenter la capitale ne suffiront pas et trois autres centrales, à charbon cette fois, seront construites.

Pour certain·es habitant·es de la province, les annonces du gouvernement en matière d'écologie ne sont qu'un cache-misère des problèmes de Bornéo. Entre l'industrie de l'huile de palme, les menaces sur les orangs-outans, les inondations et les feux de forêts réguliers, l'heure n'est pas à la fête, et ce n'est pas la construction de la capitale qui arrangera quoi que ce soit.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«On connaît les intentions de leur “ville-forêt”, mais on ne veut pas qu'ils plantent des arbres –on veut qu'ils protègent ceux qui sont encore là», lâche Syukran Amin, membre d'une tribu locale.

Newsletters

Perpétuité pour l'un, liberté pour l'autre: pourquoi la France et l'Allemagne jugent différemment les tortionnaires syriens

Perpétuité pour l'un, liberté pour l'autre: pourquoi la France et l'Allemagne jugent différemment les tortionnaires syriens

En libérant un ancien membre de la sûreté de l'État accusé de complicité de crimes contre l'humanité commis en Syrie, le «pays des droits de l'Homme» s'est montré peu fidèle à sa réputation.

Pommes de terre, huile, lait: l'Algérie hantée par les pénuries

Pommes de terre, huile, lait: l'Algérie hantée par les pénuries

Alors que les denrées alimentaires de base se font de plus en plus rares, le gouvernement algérien multiplie les mesures drastiques pour tenter de stopper l'hémorragie.

Un clou chasse l'autre

Un clou chasse l'autre

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio