Santé / Sports

Face au coronavirus, des restrictions à géométrie variable dans le sport

Temps de lecture : 5 min

Événements annulés, matchs de football reportés ou à huis-clos, le Covid-19 met le sport dans tous ses états.

Moussa Dembele (à droite) de l'équipe de Lyon avec le défenseur de la Juventus Leonardo Bonucci pendant le match maintenu de la Ligue des Champions au Parc Olympique lyonnais, alors que l'Italie est touchée par l'épidémie de coronavirus, le 26 février 2020.
| Franck Fife / AFP

 

 
Moussa Dembele (à droite) de l'équipe de Lyon avec le défenseur de la Juventus Leonardo Bonucci pendant le match maintenu de la Ligue des Champions au Parc Olympique lyonnais, alors que l'Italie est touchée par l'épidémie de coronavirus, le 26 février 2020. | Franck Fife / AFP    

Les Jeux de Tokyo vont-ils avoir lieu? Et l'Euro 2020 disputé pour la première fois dans douze pays différents? Trop tôt pour y répondre, mais le Covid-19 a bien un impact évident sur le sport mondial, le sport et ses contacts entre participant·es, le sport et ses colonies d'adeptes, ses milliers de fans présent·es côte à côte dans les stades et salles un peu partout dans le monde.

Au-delà du constat, des questions apparaissent: pour quelles raisons les étapes de Coupe du monde de biathlon se disputeront sans public ce week-end, pourquoi le semi-marathon de Paris a-t-il été annulé alors que les matchs de foot de Ligue 1 continuent de se jouer en public?

Pour la prochaine étape de Coupe du monde de biathlon à Nove Mesto du 5 au 8 mars en République Tchèque, cela semble incompréhensible alors que Fourcade et Cie reviennent des Championnats du monde disputés en Italie, premier gros foyer européen touché par l'épidémie.

On peut toujours courir après la logique

Concernant le semi-marathon de Paris annulé dimanche 1er mars par les organisateurs suivant les directives gouvernementales, la logique semblait de mise afin d'éviter les contacts. Transpiration et transhumance. Mais alors comment a-t-on pu laisser les matchs de Ligue 1 se dérouler le week-end dernier? Certes, des mesures avaient été prises: l'interdiction de se serrer la main entre joueurs, et l'absence d'enfants aux côtés des joueurs en entrant sur la pelouse, mais est-ce bien suffisant?

Actuellement, pour annuler des événements sportifs, le ministère de la Santé se cale sur les foyers de coronavirus, dans l'Oise, en Haute-Savoie et dans le Morbihan notamment, mais cette maladie ne se propage-t-elle pas par simple contact humain n'importe où? De manière très étonnante, Olivier Véran avait déjà autorisé les supporters italiens de la Juventus Turin à venir voir le match Lyon-Juve il y a une semaine en Ligue des Champions. Comment a-t-on pu laisser des Italien·nes venant parfois des régions les plus fortement touchées de la péninsule (Lombardie, Vénétie…) faire le déplacement et contaminer les populations lyonnaises?

Tout cela est-il lié aux enjeux financiers? Qui a autorité pour prendre les décisions? Le business a évidemment son importance. Il est plus facile de reporter les Championnats de France de cross-country de Montauban, le week-end du 6 au 8 mars (proposé par la préfecture et la Fédération française) que l'affiche des demi-finales de Coupe de France, Lyon-PSG au Groupama Stadium de la soirée du 4 mars.

Interrogé à ce sujet mardi matin, et sentant la polémique monter, le ministre de la Santé a fini par indiquer sur BFMTV que le gouvernement pourrait annuler des rencontres de football. «À chaque fois qu'il y aura un événement qui regroupe énormément de monde, quelles que soient les conditions, nous aurons une évaluation au cas par cas en fonction des équipes, a-t-il expliqué. Est-ce qu'elles jouent dans des “clusters“ [zones où plusieurs personnes sont contaminées]? Sont-elles dans des zones où le virus circule? On peut être amené à prendre des décisions en interruption [sic] de match».

Réponse administrative à une question de santé publique

Imaginez un cas de coronavirus apparaissant mercredi 4 mars lors de Lyon -PSG, et le sujet pourrait avoir des conséquences très importantes sur les élections municipales dans quelques jours (le premier tour aura lieu le 15 mars). Que dirait-on de ce ministre incapable de gérer la contamination? La récupération politique se ferait inévitablement dans la foulée... En attendant, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a annoncé ce mardi que les matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 de football du week-end du 6 au 8 mars ne seraient pas reportés. En revanche, un traitement au cas par cas pourrait se faire et conduire à des rencontres à huis clos.

Le gouvernement est le seul habilité à annuler, en s'appuyant sur les recommandations des préfets plus proches du terrain, et ayant une meilleure connaissance des territoires. En cas de menace moins importante, en dehors des foyers connus aujourd'hui en France, les fédérations et ligues prennent ensuite leurs décisions de maintenir en l'état, jouer à huis-clos ou suspendre l'événement. Mais tout cela manque de clarté, et met en danger la santé de nos concitoyen·nes. L'un des arguments mis en avant? Que le public vient principalement des zones géographiques des équipes concernées pour les sports collectifs… Une interprétation qui ne colle pas totalement à la réalité, les fans de foot venant d'un peu partout quand il s'agit d'aller voir un grand match, et les stars du PSG notamment.

À croire que certain·es n'ont toujours pas compris les spécificités sportives dans ce pays.

Un cas concret des risques pour le week-end du 6 au 8 mars: le match de 2e division de football entre Chambly et Le Mans se déroulera à huis clos à Beauvais vendredi, l'Oise étant actuellement le département le plus touché par l'épidémie avec quarante-sept cas de Covid-19. Mais alors pour quelles raisons avoir joué devant 7.000 spectateurs la rencontre Lorient - Chambly le week-end du 29 février et 1er mars? Quelle est la carte du cas par cas appliquée pour l'instant à propos des matchs à ciel ouvert… et en milieu confiné? Une interdiction de rassemblements regroupant plus de 5.000 personnes. Et pourquoi pas 2.000 ou 3.000? «Parce que 5.000 personnes, c'est le seuil à partir duquel un événement doit être déclaré en préfecture, tout simplement», a répondu Olivier Véran. Drôle d'explication administrative en réponse à des questions de santé publique.

Dernier exemple semblant difficile à comprendre et annoncé par la ministre des Sports, le maintien de la course cycliste Paris-Nice, alors que la ville azuréenne se situe à quelques kilomètres de la frontière italienne, et que huit cas dont un enfant de 3 ans ont été détectés sur la Côte d'Azur. Le match d'EuroCoupe de basket dans la même zone, entre l'AS Monaco et Kazan, se disputant, lui à huis-clos en Principauté le soir du 4 mars. Deux cas, deux applications différentes, mais, concernant le club monégasque, sur consigne du gouvernement princier et non de Matignon.

D'après les documents que nous nous sommes procurés et transmis par le ministère des Sports à l'ensemble du mouvement sportif lundi soir, un protocole classique avec recommandations lambda a été envoyé, mais sans attention particulière au domaine sportif. «Si vos enfants reviennent de ces destinations [à risque], ils ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l'école, au collège, au lycée ou tout accueil collectif type association sportive pendant les quatorze jours qui suivent leur retour.» Deux références au milieu sportif en tout et pour tout dans un document de quatorze pages… À croire que certain·es n'ont toujours pas compris les spécificités sportives dans ce pays.

Newsletters

Aux États-Unis, l'espérance de vie dépend de la politique des États

Aux États-Unis, l'espérance de vie dépend de la politique des États

La couleur progressiste ou conservatrice de leur gouvernement local aurait une influence sur la santé des Américain·es.

Soulager les douleurs dorsales liées au télétravail

Soulager les douleurs dorsales liées au télétravail

Selon un récent sondage, sept Britanniques sur dix souffrent davantage de maux de dos, au niveau de la nuque, des épaules ou encore des yeux que d'ordinaire.

Avons-nous vraiment besoin d'appareils dentaires?

Avons-nous vraiment besoin d'appareils dentaires?

L'orthodontie est censée prévenir toute une série de problèmes. Mais des spécialistes remettent en question la solidité des études capables d’étayer ses prétentions.

Newsletters