Parents & enfants

Mettre son enfant dans une «bonne» classe n'est pas toujours le bon choix

Temps de lecture : 6 min

Le fait pour un·e élève d'être dans une classe de «bon» niveau est en général corrélé avec de meilleurs acquis scolaires. Mais d'autres paramètres, d'ordre psychologique, méritent d'être pris en compte.

À l'école, la plupart des enfants sont sujets à l'effet «petit poisson dans la grande mare». | Taylor Wilcox via Unsplash
À l'école, la plupart des enfants sont sujets à l'effet «petit poisson dans la grande mare». | Taylor Wilcox via Unsplash

De nombreux travaux en sciences de l'éducation ont souligné l'influence de la classe ou de l'école fréquentée sur les apprentissages des enfants.

Sur la base de ces recherches, on tend généralement à considérer que le fait d'être dans une école ou une classe de «bon» niveau a des conséquences plutôt positives, tant sur les performances scolaires, les aspirations d'études et de carrière que sur la motivation de l'élève. Oui, mais les choses sont-elles aussi simples? Ne faut-il pas considérer d'autres paramètres?

Si les bénéfices sont largement évidents sur le plan des acquis scolaires, il en va autrement sur le plan socio-affectif, notamment sur la manière dont l'élève appréhende ses capacités et sur la confiance en soi qui en découle.

La recherche portant sur le concept de «soi scolaire» a mis en évidence un effet psychologique important appelé le «Big-Fish-Little-Pond-Effect» (BFLPE): le poisson qui nage dans un petit étang se sent plus gros que s'il nageait dans un grand étang.

La perception de soi, pour les élèves comme pour le poisson, varie en fonction de son environnement immédiat. Le fait de fréquenter une école ou une classe plus ou moins performante peut avoir des effets déroutants sur le concept de soi académique d'un·e élève, et ils sont relativement peu connus dans le monde de l'éducation, même si certains acteurs les appréhendent de manière intuitive.

Auto-évaluation

Le concept de soi scolaire, à la différence du concept de soi ou de l'estime de soi en général, renvoie à la manière dont l'élève se perçoit dans une discipline scolaire donnée. Il est souvent mesuré par des questionnaires: des propositions telles que «je suis fort·e en maths» ou «je suis l'un·e des meilleur·es de ma classe» sont soumises à l'élève, qui doit indiquer dans quelle mesure elle ou il est d'accord avec chacune d'entre elles.

Pour appréhender ce concept de soi, l'élève va explicitement (quand la proposition est par exemple «je suis l'un·e des meilleur·es de ma classe») ou implicitement (dans le cas de «je suis fort·e en maths») se comparer avec les autres élèves de sa classe ou de son école.

On comprend immédiatement en quoi le concept de soi peut être influencé par la composition des groupes dans lesquels l'élève s'inscrit. Selon que ce groupe «classe» ou «école» est plus ou moins fort, selon qu'il est plus ou moins hétérogène sur le plan des aptitudes, le point de comparaison que prend l'élève sera différent, et le concept de soi en sera inévitablement affecté.

Prenons par exemple deux élèves dont la moyenne au test PISA en mathématiques est de 65% (il ne s'agit que d'un exemple, les phénomènes observés pourraient être les mêmes avec tout autre test). L'un de ces élèves (A) est dans une classe dont la moyenne au test est de 80%, l'autre élève (B) est dans une classe dont la moyenne au même test est de 50%.

Il y a fort à parier qu'à performances égales (les élèves A et B ont tous les deux obtenu 60%), l'élève A se percevra comme nettement moins bon en maths que l'élève B.

C'est ce que beaucoup de travaux de recherche ont observé, dans différents systèmes éducatifs (en particulier en Belgique, en France et en Allemagne). Cet effet du groupe de référence sur le concept de soi est puissant, universel, et se maintient dans le temps.

Sensibilité variée

Le concept de soi scolaire est l'une des composantes essentielles de la motivation, et il est bien corrélé avec les résultats scolaires dans le domaine. Sans surprise, les élèves les plus performant·es ont un concept de soi plus positif, ce qui les pousse à s'investir dans les apprentissages du domaine et, en un mouvement vertueux, à devenir plus performant·es ou à le rester.

Or, comme on vient de le voir, ce concept de soi ne dépend pas que du niveau de l'élève: il est aussi fortement influencé par les performances moyennes de la classe ou de l'école que l'élève fréquente. La recherche a en outre montré que c'est le cercle le plus proche, la classe, qui a la plus forte influence, bien au-delà de l'école.

Plusieurs travaux ont étudié si l'effet de la classe d'appartenance sur le concept de soi variait en fonction du niveau d'aptitude de l'élève, de son sexe, de son origine socioculturelle ou encore de certains traits de personnalité. La principale conclusion est que plupart des élèves sont sensibles à l'effet «petit poisson dans la grande mare».

Les personnalités émotionnellement instables ou celles qui ont un haut niveau d'anxiété et qui se tracassent excessivement ont tendance à y être plus sensibles, tandis que les personnalités narcissiques, autoritaires ou dominantes y seraient moins sensibles.

Les rares études qui ont inclus une analyse en fonction du sexe de l'élève font apparaître que les filles sont légèrement plus affectées que les garçons par les performances de leurs camarades de classe.

Différences internationales

L'impact négatif des performances de la classe sur le concept de soi scolaire est clairement de plus grande ampleur au secondaire qu'au primaire, c'est-à-dire au moment où l'on passe à un regroupement plus important des élèves par aptitude (via des filières ou des classes de niveau).

Par ailleurs, quelques travaux indiquent que l'effet «petit poisson dans la grande mare» est d'autant plus important que le système scolaire est différencié.

Ainsi, dans les systèmes scolaires intégrés ou compréhensifs (pays baltes et scandinaves, Canada), où les élèves ne sont pas regroupé·es dans des classes ou des écoles de niveaux différents, les groupes de référence (classe et/ou école, selon les études) auxquels les élèves se comparent sont relativement similaires du point de vue des aptitudes, et les effets délétères d'une comparaison défavorable aux autres élèves de la classe seront moindres.

À l'inverse, dans les systèmes différenciés, où les élèves sont regroupé·es par filière ou par niveau, les cadres de référence sur lesquels s'appuie la comparaison sociale sont différents d'une classe ou d'une école à l'autre, ce qui décuple l'effet des comparaisons sociales. La France, la Belgique, l'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas sont dans ce second cas de figure, en tout cas au secondaire.

Pour le résumer en une formule simple, plus la question du choix ou du placement de l'élève dans la «bonne» école, la «bonne» classe, la «bonne» filière ou la «bonne» option est un enjeu dans un système éducatif, plus un effet important du groupe de référence est observé.

Sorti en 2019, le film La Lutte des classes souligne combien le choix d'un établissement scolaire peut virer à la surenchère parentale.

Compétition délétère

La question des choix scolaires (école, classe, filière, option) est un enjeu indéniable dans un système éducatif comme le système français ou belge. Ces choix ont une incidence sur les acquis scolaires (le niveau de connaissances et de compétences), mais aussi sur la manière dont un·e élève perçoit ses capacités (concept de soi), qui influe à son tour sur sa motivation, sa confiance en soi, sa persévérance.

Sur ce point, les études relativement peu connues dont parle cet article ont clairement montré qu'il n'est pas toujours bénéfique ni souhaitable de vouloir à tout prix mettre son enfant dans la classe perçue à tort ou à raison comme la «meilleure».

Pour un·e élève moyen·ne, et a fortiori pour un·e élève en difficulté, se trouver au quotidien dans la situation de se percevoir comme moins bon·ne que les autres peut avoir des effets vraiment négatifs, susceptibles d'engendrer une démotivation et un désengagement progressifs dans les tâches scolaires.

Parfois, la «meilleure» classe est celle où l'élève se sent en confiance, encouragé, capable d'y arriver, pas celle où la compétition est féroce, où il importe d'avoir les meilleures notes et où l'élève se retrouve systématiquement moins bien noté·e que les autres.

C'est un élément dont les parents en particulier devraient avoir connaissance et qu'ils devraient mettre en balance avec d'autres critères, lorsque la possibilité d'un choix de placement scolaire pour leur enfant se pose.

Vouloir à tout prix le meilleur établissement, la filière la plus prestigieuse pour son enfant n'est pas toujours le meilleur choix, et peut même se révéler délétère si l'élève est particulièrement sensible aux comparaisons sociales (enfants anxieux, stressés, peu confiants dans leurs capacités) ou en relative difficulté scolaire.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les expériences négatives peuvent avoir un impact durable sur la capacité d'apprentissage d'un enfant. 

Vous manquez de leadership? C'est peut-être la faute de vos parents

Vous manquez de leadership? C'est peut-être la faute de vos parents

Une éducation surprotectrice peut entraîner un manque de confiance en soi et une incapacité à prendre des décisions importantes. Heureusement, il n'est pas trop tard pour changer.

Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège

Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège

Des centaines de personnes, en majorité des femmes, témoignent du harcèlement et des violences sexistes commis par leurs anciens camarades de classe durant la première moitié de leur scolarité.

Newsletters