Monde

Un président juif à la Maison-Blanche? Mais quelle horreur!

Temps de lecture : 4 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Si jamais cela devait arriver, ce serait une catastrophe pour les juifs du monde entier.

L'antisémitisme aurait de beaux jours devant lui | Gage Skidmore via Flickr
L'antisémitisme aurait de beaux jours devant lui | Gage Skidmore via Flickr

Depuis que Bernie Sanders plastronne en tête des primaires démocrates, tous les jours je me rends à la synagogue et conjure l'Éternel d'intervenir afin de l'empêcher de devenir le prochain président américain. «Tu ne vois donc pas, Grand Empoté que tu es, lui dis-je, que si d'aventure, un des tiens s'installait à la Maison-Blanche, nous serions foutus, finis, kaput, bons à jeter au four. Et ne parlons même pas de ce brigand de Bloomberg qui, s'il était élu, provoquerait un tel déferlement de haine qu'on devrait tous se convertir au bouddhisme ou demander l'asile politique à Téhéran. Un milliardaire juif à la Maison-Blanche, oy, oy! Et pourquoi pas directement un aller sans retour pour Auschwitz?»

À aucun prix, il ne faut un juif à la Maison-Blanche. Même un juif de Kippour comme Sanders. Ce serait dire au revoir à notre très relative tranquillité. Déjà qu'en temps normal, tout président américain, quel qu'il soit, devient d'un coup de baguette magique l'ennemi du genre humain, si, de surcroît, il porte une étoile de David en bandoulière, il fera face à une adversité telle que sa présidence sera un interminable chemin de croix et pour le peuple juif, si jamais il existe, une descente en enfer, une resucée des temps jadis.

Que Dieu nous en préserve.

Comme si nous n'avions pas déjà assez de soucis comme cela –ce matin, le chat toussait un peu, j'ai cru qu'il avait attrapé le coronavirus; le vétérinaire m'a rassuré, il devait avoir avalé un poil de sa moustache mais quelle frayeur tout de même. Un président juif à la Maison-Blanche, peu importe la politique qu'il mènera –libérale, centriste, socialiste, bolchevique–, sera toujours soupçonné de manœuvrer en sous-main pour le bienfait des enfants d'Israël. On le dira lié au grand capital même s'il s'agit de Sanders, ce traître de judéo-bolchévique à la solde de Moscou. À chacune de ses décisions, on ne manquera pas d'y voir la marque de financiers véreux qui complotent à la disparition des classes laborieuses au seul profit de la puissance juive.

Ce sera un cauchemar perpétuel; l'antisémitisme galopera comme jamais.

On dira Sanders et on pensera «sale juif». On dira Bloomberg et on pensera «Youpin de mes deux». Le Proche et le Moyen-Orient deviendront une telle poudrière qu'on en viendra à regretter la situation d'aujourd'hui. Un peu partout on brûlera avec une ardeur décuplée les drapeaux américains et israéliens tandis qu'on demandera à Berlin s'il ne reste pas dans leurs archives nationales quelques marionnettes de juifs aux lèvres lippues. Même le Vatican aura des vapeurs et dira son malaise voire sa franche désapprobation.

Ce serait un suicide collectif.

Les complotistes s'en donneront à coeur joie. Les juifs dominent le monde. Les juifs ont un plan pour exterminer tous les goys de la planète. À la Maison-Blanche, on oblige le personnel à manger casher et tous les vendredi soir, on coupe l'électricité et on allume les bougies de Shabbat. Il existerait un tunnel secret qui relie Washington à Jérusalem en navette spatiale. Sanders veut remplacer toutes les églises du pays par des synagogues, c'est dans son programme. Bloomberg ambitionne de déporter les Mormons sur la planète Mars. Le président américain s'apprête à grâcier Madoff, Weinstein et Polanski. Le bureau ovale n'est plus ovale, il représente un chandelier à sept branches. Le congrès vient de passer une loi qui fera de Hanouka la fête nationale américaine. L'Amérique a demandé avec insistance à la France de changer le nom des avenues Charles de Gaulle par celui de Léon Blum ou de Pierre Mendès France.

Les gens seront comme fous.

Voyant cela, DSK songera de nouveau à l'Élysée. Sarkozy se rappellera qu'il a du sang juif et Jean-François Copé croira son heure arrivée. Les Allemands, pris de peur panique, sortiront de l'OTAN et envahiront la Slovaquie. Les Polonais, ébahis de découvrir qu'il reste encore un juif vivant, romperont toute relation diplomatique avec Washington et demanderont la reformation immédiate du Pacte de Varsovie. La France réhabilitera le Maréchal Pétain. L'Iran, après avoir cru à une mauvaise blague, se dotera en un weekend de l'arme atomique et la Corée du Nord, histoire de se singulariser, se convertira en grandes pompes au judaïsme et proclamera à qui veut l'entendre que Kim Jong-un rebaptisé David Johen-deux est le Messie réincarné.

Le prix du quinoa augmente? Ce sera la faute à Washington et aux lobbys juifs devant lequel le président, tenu par un pacte secret, se prosterne. Le réchauffement climatique? Une invention des sionistes de Washington afin de rendre caduque l'exportation des produits pétroliers venus des pays du Golfe persique. On verra la main des juifs partout, absolument partout, dans tous les aspects de la politique américaine, intérieure comme extérieure. Tous les fantasmes d'aujourd'hui sur le pouvoir de nuisance des juifs, leur rapacité, leur richesse supposée, leur communauté d'intérêt, leur double appartenance, leur manque de loyauté, leur amour des intrigues, leur réseau d'influence, leurs pratiques obscures, seront démultipliés au centuple. Encore plus s'il s'agit de Bloomberg! Un milliardaire juif à la Maison-Blanche... autant se mettre tout de suite en pyjama.

Un carnage absolu.

Du coup, désespéré comme un rabbin un jour de Noël, tous les jours je m'en vais à la synagogue prier pour la réélection de Donald Trump. J'en arrive même à lui trouver des qualités. Je loue l'Éternel pour la qualité de son bronzage, la splendeur de sa chevelure, la richesse de son vocabulaire, la complexité de sa pensée, la pudeur de son caractère, l'affabilité de ses manières, la noblesse de ses colères, la justesse de ses prévisions, la grandeur de ses prédictions, l'infinie sagesse de son coeur.

Le frère jumeau de Moïse, quoi.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

La crise des sous-marins vue de Chine

La crise des sous-marins vue de Chine

Retour sur une affaire qui prend ses racines en 2016.

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

La Chine lance son concours du bâtiment le plus moche

Le président Xi Jinping a publié il y a quelques années une directive pour mettre fin aux structures excentriques.

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Ses soutiens y voient une réponse à la fraude électorale. L'opposition dénonce quant à elle une entrave au droit de vote.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio