Santé

«On m'a toujours fait comprendre à quel point j'étais moche»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nicolas, qui craint que son physique considéré comme ingrat ne l'empêche de retrouver l'amour.

«Mes camarades faisaient des classements des plus belles filles et des plus beaux garçons du lycée, et j'étais toujours le dernier.» | Jesús León via Flickr
«Mes camarades faisaient des classements des plus belles filles et des plus beaux garçons du lycée, et j'étais toujours le dernier.» | Jesús León via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

J'ai 28 ans, je suis célibataire depuis maintenant plus de trois ans. J'ai connu auparavant une relation longue de quatre années: ma seule histoire d'amour, et ma seule relation tout court. Je n'ai connu, fait l'amour, embrassé que cette fille. La rupture a été très difficile pour moi, car elle est partie en évoquant comme raison principale celle pour laquelle je t'écris aujourd'hui.

Depuis tout petit, on m'a toujours fait comprendre à quel point j'étais moche. Mes parents ne cessaient de dire à quel point ma sœur était belle. Ils ne comprenaient pas comment ils avaient pu avoir une fille aînée aussi belle, admirée par tous les garçons et les autres parents, et avoir un fils aussi laid.

L'école primaire n'a pas été compliquée pour moi à ce niveau là, par contre au collège, c'est devenu l'enfer. J'étais moqué de façon constante, et ça c'est poursuivi au lycée. Mes camarades faisaient des classements des plus belles filles et des plus beaux garçons du lycée, et j'étais toujours le dernier.

Depuis maintenant trois ans, je fais tout pour faire de nouvelles rencontres. Je suis une personne sociale, je fais de multiples activités et soirées. Mais je prends souvent des refus. Quand je parle de ma relation de quatre années avec une fille, les gens sont surpris qu'une fille soit sortie avec moi, et aussi longtemps.

Je m'inscris sur les sites de rencontres, redoublant d'imagination, mais je n'ai jamais aucune réponse. Pourtant, je prends des abonnements payants et j'ai même payé des photographes professionnels pour réussir. Voilà où j'en suis arrivé: utiliser le mot «réussir», alors que j'aimerais juste vivre une belle histoire simple, sans chichi.

Je me demande si je ne devrais pas accepter mon sort, mais cela me tue. J'y pense tous les jours, je ne sais plus quoi faire, à part devenir moine et me retirer.

Nicolas.

Cher Nicolas,

Je ne vais pas vous faire le grand discours de la beauté intérieure. Vous auriez l'impression que je me moque de vous, et ce n'est pas le cas. Je constate, comme vous et comme beaucoup, combien ce qu'on appelle le marché de la drague est concurrentiel et destructeur.

On l'entend de plus en plus, ce sont des centaines de personnes qui sont laissées sur le carreau. Et pas que les hommes hétérosexuels qui ne correspondent pas aux canons de beauté, mais également les hommes homosexuels à qui on demande de se conformer à des normes plus violentes encore.

Évidemment, je pense aussi aux femmes. Mais c'est presque comme une évidence, les femmes grandissent encore trop souvent avec l'idée que si elles ne sont pas jolies et minces, elles ne valent rien. Alors que faire?

Je vais être très claire sur cette question: je ne pense pas que vous soyez fait pour les sites de rencontres classiques. Ce sont des machines à broyer tout ce qui ne rentre pas dans le moule. Il en existe d'autres, comme Bumble ou Once, qui proposent un service légèrement différent et mettent probablement en relation des personnes qui ne se retrouvent pas dans les applications populaires. C'est mon premier conseil.

Ensuite, et vous avez vous-même mis le doigt dessus, les choses se corsent quand on leur applique une logique de productivité. Elles sont bien rares les personnes qui peuvent se targuer d'avoir 100% de réussite sur le marché de la drague, de ramener une fille différente tous les soirs dans leur lit ou d'avoir trouvé l'amour de leur vie réciproque du premier coup.

Vous n'êtes pas plus mal loti que d'autres. Par contre, vous avez l'impression, et ça vous obsède, d'échouer et de devoir faire plus pour réussir. Je suis au regret de vous dire que ça ne fonctionne pas comme ça.

Je vous invite à écouter cet épisode du podcast Première & Dernière Fois, où une personne célibataire raconte avoir essayé un temps d'être en contact et de sortir avec le maximum de personnes pour se donner le plus de chances possible de trouver l'amour.

Faire du chiffre et remplir des tableaux de statistiques ne mène pas forcément au bonheur. En fait, j'aurais tendance à vous conseiller d'en faire moins. Ne soyez pas trop en demande, n'ayez pas l'air désespéré, n'ayez pas l'air d'être prêt à tout accepter.

Vous dites que vous voudriez vivre une histoire simple et sans chichi. Je vous demande: avec qui? C'est pour moi la donnée la plus importante. On ne s'investit pas pareil quand on prend en chasse la moitié de l'humanité et quand on a un véritable coup de cœur pour quelqu'un.

Peut-être que votre physique entre en ligne de compte quelque part, mais peut-être aussi que certaines femmes ont un peu envie de sentir que vous les avez choisies pour ce qu'elles sont. Elles ont probablement autant envie que vous de se sentir unique et aimées.

C'est une question d'approche. Vous avez 28 ans, vous n'êtes pas vierge et sans expérience; vous avez même connu l'amour. C'est déjà beaucoup plus que beaucoup, je vous assure. Rien ne presse.

Plutôt que de vouloir mentir sur ce que vous êtes en engageant des photographes, essayez d'abord de comprendre ce qui fait de vous une personne attrayante. Je ne doute pas que vous avez des qualités. Découvrez-les et embrassez-les.

Détendez-vous avec le succès. Parlez pour parler. Échangez pour échanger. Rencontrez des gens sans avoir des idées derrière la tête. Vous en sortirez grandi, vraiment. Et c'est là que vous deviendrez attractif. J'en fais le pari.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Quand les complotistes inventent le populisme médical

Quand les complotistes inventent le populisme médical

[BLOG You Will Never Hate Alone] Les réseaux sociaux sont envahis de prix Nobel de médecine autoproclamés qui se permettent de donner leur avis sur tout et n'importe quoi.

Poison d'avril

Poison d'avril

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Au stress de se faire contaminer au contact de la clientèle s'ajoute celui d'être à la hauteur d'une mission essentielle à la résistance psychologique et physique des citoyen·nes.

Newsletters