Parents & enfants / Sciences

La dyslexie serait liée à des problèmes de connexions cérébrales

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle étude de l'Université de Cambridge va à l'encontre de théories antérieures.

Cette étude a mis en évidence l'importance des «hubs», des carrefours où se rejoignent les neurones pour faire circuler l'information. | Andrew Ebrahim via Unsplash
Cette étude a mis en évidence l'importance des «hubs», des carrefours où se rejoignent les neurones pour faire circuler l'information. | Andrew Ebrahim via Unsplash

De nombreuses études scientifiques ont cherché, sans véritable succès, à distinguer les zones du cerveau qui pourraient être à l'origine des troubles spécifiques des apprentissages, comme la dyslexie et le déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Et si les scientifiques n'avaient en fait pas cherché aux bons endroits? C'est ce que suggère une nouvelle étude publiée le 27 février dans la revue spécialisée Current Biologie.

Une équipe de recherche de la MRC Cognition and Brain Sciences Unit de l'Université de Cambridge a adopté une approche différente de l'habituelle. Au lieu de focaliser l'attention sur des régions spécifiques du cerveau d'enfants avec des difficultés d'apprentissage, elle a analysé leurs connexions cérébrales, et plus exactement les gros points de connexion appelés «hubs» –des sortes de carrefours où se rejoignent les neurones pour faire circuler l'information.

Dans leur étude, les scientifiques ont fait passer des IRM à 337 enfants ayant des problèmes d'apprentissage, pour les comparer au scan cérébral de 142 autres ne présentant pas ce type de difficulté. Grâce à un algorithme, ces données ont été analysées et cartographiées pour en extraire des différences notables.

L'importance des hubs

Les résultats montrent que les diverses difficultés d'apprentissage ne correspondent pas à des régions spécifiques du cerveau. Tout aussi intéressant, les problèmes de langage ou de mémoire n'étaient pas associés à un déficit cérébral spécifique, remarque le média Science Daily. Autrement dit, aucune région du cerveau ne prédirait des difficultés.

En revanche, cette étude a mis en évidence l'importance des «hubs». Les enfants qui n'avaient pas de difficultés –ou avec des problèmes très spécifiques, tels qu'une faible capacité d'écoute– avaient des hubs bien connectés. A contrario, ceux dont les hubs sont mal connectés avaient des problèmes cognitifs généralisés et graves selon l'étude.

Ces résultats montrent à quel point le cas par cas pour y faire face est crucial, d'après le Guardian. Une approche individuelle serait essentielle, étant donné que les difficultés dépendraient de connexions cérébrales complexes et uniques pour chaque individu –et ne sont pas associées à une zone cérébrale spécifique commune à tous les enfants ayant des problèmes d'apprentissage.

Ces troubles, qui concerneraient au moins 5 à 6% des enfants, soit un par classe selon les chiffres du gouvernement français, sont sources de difficultés de communication, d'intégration scolaire et sociale pouvant déboucher sur une souffrance psychologique et de l'anxiété.

Newsletters

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

D'un côté il y aurait le raffinement, de l'autre la vulgarité. Ce préjugé détermine encore la mauvaise réputation dont pâtit le producteur américain dans les milieux éducatifs.

Poppy, la poupée des «Trolls» au bouton mal placé

Poppy, la poupée des «Trolls» au bouton mal placé

Après une série de plaintes, Hasbro est en train de retirer le produit des rayons.

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les expériences négatives peuvent avoir un impact durable sur la capacité d'apprentissage d'un enfant. 

Newsletters