Monde

Bloomberg admet avoir eu recours au travail carcéral pour sa campagne

Temps de lecture : 2 min

Le candidat à la primaire démocrate connait un début de campagne très chahuté.

Mike Bloomberg lors d’un meeting à Salt Lake City, le 20 février 2020. | George Frey / AFP
Mike Bloomberg lors d’un meeting à Salt Lake City, le 20 février 2020. | George Frey / AFP

Décidément, la candidature de Michael Bloomberg à la primaire démocrate ne se passe pas comme prévu. Alors qu'il n'est pas encore vraiment en course, puisqu'il a décidé de n'apparaître sur les bulletins de votes qu'à partir du «super tuesday», où quatorze États votent en même temps, Bloomberg est secoué par un scandale.

Le média d'investigation The Intercept a dévoilé que le milliardaire a eu recours dans sa campagne, à travers un contracteur privé, au travail carcéral.

La société ProCom, qui dirige des call centers dans des prisons d'Oklahoma et du New Jersey, a ainsi fait passer à des prisonnier·es des appels pour promouvoir la candidature de Bloomberg en Californie.

Des gens payés en dessous du salaire minimum

Quelques heures après l'article de The Intercept, Bloomberg a affirmé sur Twitter n'avoir pas été au courant de ce fonctionnement, et avoir immédiatement mis un terme à son contrat avec ProCom.

Pour avoir recours aux services de détenu·es, Procom payait 7,25 dollars (6,68 euros) l'Oklahoma Department of Correction, qui ensuite paye les travailleurs et travailleuses. Ces personnes ne peuvent par contre pas toucher plus de 20 dollars par mois (The Intercept précise qu'un autre document indique la somme de 27 dollars).

Depuis le début de sa campagne, la stratégie du multimilliardaire est d'inonder tout le pays de publicités achetées à coup de millions tirés de sa fortune personnelle. Une méthode qui l'a amené à se faire comparer à Donald Trump: un milliardaire avide de pouvoir qui tente d'acheter l'élection.

L'ancien maire de New York (de 2002 à 2013) a été mis à mal par les autres candidat·es lors du débat démocrate, où il a été traité de «milliardaire arrogant».

C'est une mauvaise nouvelle pour Bloomberg qui est très critiqué pour son traitement des minorités ethniques (qui représentent la large majorité de la population carcérale) lorsqu'il était maire de New York.

Newsletters

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Aux États-Unis, l'autre «cancel culture»

Dans de nombreux États américains, les législations visant à interdire la «théorie critique de la race» se multiplient.

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une étudiante américaine meurt après s'être étouffée lors d'un concours de hot-dogs

Une cérémonie a réuni plus de 3.000 personnes pour lui rendre hommage.

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

Après sa discrète ascension, la Corée du Sud veut compter parmi les puissants

En vingt ans, le pays est entré dans la modernité au point d'être invité à la table du G7. Celui qui a rejoint le cercle des moyennes puissances peut s'appuyer sur son économie et sa gestion exemplaire du Covid-19 pour assumer son envie d'autonomie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio