Égalités / Culture

Ces femmes asiatiques qui bousculent le sexisme dans l'industrie musicale

Temps de lecture : 6 min

Sexualisation, exclusion et sous-représentation, les artistes de descendance asiatique n'en peuvent plus de leur fétichisation et partent en révolution.

Seuls 17,1% des artistes américain·es entre 2012 et 2018 étaient des femmes, et près de 80% d'entre elles auraient été victimes de sexisme au sein de l'industrie. | Captures d'écran via YouTube
Seuls 17,1% des artistes américain·es entre 2012 et 2018 étaient des femmes, et près de 80% d'entre elles auraient été victimes de sexisme au sein de l'industrie. | Captures d'écran via YouTube

«Je me suis toujours sentie comme une outsider dans l'industrie musicale américaine. Beaucoup de labels m'ont envoyé balader parce qu'ils ne croyaient pas qu'une artiste sud-asiatique pouvait réussir. Et pourtant...»

Raveena Aurora ne s'en cache pas: la route vers le succès n'a pas été facile. Révélée en 2017 grâce à un sublime EP acclamé par la critique, Shanti, la chanteuse américano-indienne a fait des témoignages bruts, simples et curatifs sa signature lyrique. Intimes et personnelles, ses chansons sont toutes la manifestation de son chemin vers la guérison et vers l'acceptation d'elle-même. Des chansons telles que «Stronger», «Temptation» ou «Salt Water» sont là pour en témoigner.

«J'ai eu beaucoup de mal à trouver ma place dans ce monde, explique-t-elle. Malgré la beauté de sa culture, l'Inde est l'un des endroits les plus dangereux au monde pour les femmes. Et aux États-Unis, on a toujours eu tendance à m'“éxotiser”, à m'imposer des traits de personnalités qui ne m'appartenaient pas…»

Raveena ne dissimule pas les abus physiques et mentaux qu'elle a vécus. Pour elle, ces agressions sont autant liées à sa condition féminine qu'à ses origines. Si c'est sur la voie de la guérison qu'elle emmène son public, la chanteuse a décidé de valoriser ces aspects de son identité dans son art. Par la même occasion, celui-ci lui permet de dénoncer les discriminations ambiantes du monde musical. «Il y a tant de beauté dans les femmes orientales que je veux juste la souligner et la partager… Le fait que le monde occidental ait toujours du mal à nous considérer comme de réels artistes m'attriste.»

Madame Gandhi, née Kiran Gandhi, la rejoint sur ce point. Cette chanteuse, musicienne et activiste américaine de descendance indienne dénonce à travers ses EP Voices et Visions le sexisme intersectionnel qui la poursuit partout dans le monde.

«Aux États-Unis, les gens cherchent à me valoriser par mon physique plutôt que par mes compétences. Et quand je pars en tournée en Asie, les techniciens ne m'écoutent pas et ne m'adressent jamais directement la parole quand je suggère des modifications. C'est pour ça que je veux que ma musique soit une plateforme internationale pour que mon audience puisse combattre ce genre de stéréotypes problématiques, ce genre de sexisme.»

Les femmes racisées discriminées et sous-représentées

En engageant leur musique dans un combat profond et identitaire, Raveena et Madame Gandhi mettent en évidence l'un des plus gros dysfonctionnements de l'industrie musicale mondiale. Celui qui l'a peut-être le plus marquée et secouée ces dernières années, jusqu'à la forcer à se réinventer et à se transcender, c'est le manque de reconnaissance pour la diversité et pour l'égalité des genres.

Comme le révèle une enquête de l'université américaine Berklee et de l'organisation Women in Music en mars 2019, seuls 17,1% des artistes américain·es entre 2012 et 2018 étaient des femmes, et près de 80% d'entre elles auraient été victimes de sexisme au sein de l'industrie. Révélant plus que des discriminations sexistes, l'étude s'est aussi penchée sur les questions d'intersectionnalité. Si 44% des femmes blanches éprouvent le sentiment d'avoir été discriminées dans leur carrière musicale, c'est près de 55% des femmes racisées qui disent avoir connu cette dérangeante expérience.

Si chaque communauté tente de renverser cette tendance avec créativité et talent, de nombreuses chanteuses et musiciennes venant de toute l'Asie ont répondu présentes à ce mouvement émancipant. Qu'elles l'aient voulu ou pas, ce sont des artistes telles que Peggy Gou, Sama, Yaeji, Rina Sawayamam, M.I.A. ou encore Yuna qui révolutionnent un monde musical considéré par beaucoup comme trop blanc, trop masculin et trop hétéronormé.

Elles sont toutes devenues des modèles pour une communauté de jeunes femmes, à la recherche d'une figure musicale à laquelle elles peuvent s'identifier. Par exemple, c'est avec de la bonne humeur et du rose fuchsia que le groupe Chai s'intègre à cette marche. Elles sont devenues ambassadrices du «néo kawaii», un mouvement qu'elles ont développé pour casser les standards de beauté japonaise.

Dans le monde de la techno, ce sont des femmes talentueuses telles que Sama, Peggy Gou ou Yaeji qui dénoncent la sous-représentation des femmes, entre autres asiatiques. On retrouve aussi Rina Sayawama qui, avec sarcasme et ironie, dénonce brillamment les stéréotypes dont elle est victime dans un de ces derniers clips «STFU!».

Quatrième vague féministe

«On est en plein dans la quatrième vague féministe, explique Madame Gandhi. Enfin on autorise le féminisme à être international, enfin on autorise le féminisme à être intersectionnel! Je crois que les réseaux sociaux nous aident toujours beaucoup dans cette mission. Se libérer en se connectant au monde, c'est ce qu'il se passe maintenant.»

Lim Kim est un exemple de ce genre d'émancipation par les réseaux. Révélée par le concours de chant Superstar K3 en 2011, la chanteuse sud-coréenne a décidé de s'échapper du système très particulier de la K-pop en lançant un crowdfunding en mai 2019. Ce dernier lui a permis de produire indépendamment son premier album solo Generasian.

Son but: mettre en avant «la femme orientale», «la femme asiatique», et dénoncer l'orientalisme dont elles sont victimes: «[Avec cet album] je veux m'échapper des stéréotypes qu'on impose aux femmes asiatiques, qui sont traitées d'une manière ridicule par les médias», écrit-elle sur sa page de crowdfunding.

Le résultat est explosif: cet EP est un mélange de hip-hop harmonieusement marié avec du pansori (un art musical traditionnel coréen). Dans le premier single du projet, «Yellow», Lim Kim ne laisse pas de place au doute: «On le fait comme aucun autre homme, je suis fidèle à moi-même, les filles asiatiques chantent comme moi, elles chantent comme des reines [...]. C'est le phénomène asiatique, les femmes jaunes contre-attaquent.» Ou encore: «Nous [les] jaunes, jaunes, jaunes, jaunes, [on] casse le dôme de la dominance masculine.»

Plus que le sexe, le genre et l'ethnicité, certaines artistes se sont attaquées à d'autres formes de discriminations: la religion. Et plus particulièrement l'islam, dont la majorité des pratiquant·es viennent de l'Asie centrale et du Sud-Est. C'est que cette religion est encore souvent considérée par le monde occidental comme incompatible avec l'émancipation de la femme.

Une des artistes brisant ce cliché se prénomme Yunalis binti Mat Zara'ai, mais est plus connue sous le nom de Yuna. Cette Malaisienne, musulmane de religion, fut projetée sur le devant de la scène en 2016 avec «Crush», son single en collaboration avec Usher. Elle n'a depuis cessé d'enchaîner les collaborations prestigieuses. Pour son dernier album, Rouge, ce sont ni plus ni moins que Tyler, The Creator, Little Simz ou encore Masego qui se sont joints à elle.

Dans «Likes», une des chansons de son projet en collaboration avec Kyle, elle a décidé de s'attaquer au double standard auquel elle fait face en tant que femme voilée résidant à Los Angeles: «Je donne le meilleur de moi de l'Orient à l'Occident. [Pourtant] je suis toujours testée, les gens ne comprennent pas.» Avant d'enchaîner sur le refrain plein de vécu: «Elle ne fume pas, elle ne montre pas sa peau […], qu'est-ce que c'est sur sa tête? Ça n'a pas de sens pour moi […]. Elle est musulmane, pourquoi est-ce qu'elle chante sur scène, pourquoi est-ce qu'elle montre son cou en public, je n'aime pas ça, ça n'a pas de sens pour moi.»

Un message clair qui appelle à l'acceptation d'un féminisme intersectionnel. Comme elle l'expliquait dans une interview pour Yahoo style: «Ce n'est pas possible de se battre pour un unique type de liberté, ou un unique type de puissance féminine. Vous savez quoi? Les femmes musulmanes veulent se couvrir, et nous devons nous battre pour notre droit de le faire.»

Des résultats

Heureusement, le combat de ces femmes et d'autres artistes avant elles commencent à porter leur fruit. Raveena l'explique par un changement de mentalité au sein des communautés: «Il y a un changement de pouvoir dans nos communautés. Les femmes sont plus à l'aise à l'idée d'incarner la version la plus authentique d'elles-mêmes, elles ne se forcent plus à assimiler des cultures étrangères, elles sentent qu'elles peuvent être fières de leur unicité.»

Comme la chanteuse en témoigne, elle a l'impression qu'un réel changement a opéré depuis l'élection du président américain Donald Trump, ainsi qu'avec le mouvement #MeToo: «Les gens sont devenus politiquement conscients. Le pays et le monde entier se sont mis à parler de racisme, de sexisme… Et on avait besoin de voix qui s'élevaient contre ces injustices.»

Ainsi, le message est clair: si le travail est loin d'être terminé, ces chanteuses et musiciennes l'ont clairement bien engagé.

Newsletters

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

Grace va pouvoir retrouver sa mère après plus de deux mois de détention.

Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux sociaux

Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux sociaux

De TikTok à Instragram, tous les moyens sont bons.

Le «clit test», indicateur féministe du plaisir féminin

Le «clit test», indicateur féministe du plaisir féminin

Il servira à célébrer les films, séries et livres qui représentent de manière réaliste la jouissance des femmes dans les scènes de sexe.

Newsletters