Monde

En Californie, on peut recevoir de l'argent pour dire du bien de Michael Bloomberg

Temps de lecture : 2 min

L'équipe du candidat à la primaire démocrate embauche actuellement 500 «organisateurs numériques» pour écrire des SMS et des posts en sa faveur.

Des badges de la campagne de Michael Bloomberg. | Johannes Eisele / AFP
Des badges de la campagne de Michael Bloomberg. | Johannes Eisele / AFP

En Californie, la primaire démocrate aura lieu le 3 mars, et comme Michael Bloomberg a annoncé sa candidature à la présidentielle beaucoup plus tard que les autres candidat·es, il tente de se rattraper à grand renfort de campagnes publicitaires.

Afin de diffuser son message en Californie, où Bernie Sanders est pour l'instant en tête des sondages, son équipe est en train d'embaucher plus de 500 «organisateurs numériques», qui seront payés pour vanter les mérites de l'ancien maire de New York.

Selon le Wall Street Journal, ces personnes recevront 2.500 dollars par mois [2.300 euros] pour envoyer des SMS pro-Bloomberg à leurs contacts et poster des messages de soutien sur les réseaux sociaux. Des exemples de phrases sont fournis, comme: «La lutte pour l'égalité des droits est l'un des grands combats dans la vie de Mike.»

Mèmes sur Instagram

Toutes les équipes de campagne encouragent certes leurs supporters à manifester leur enthousiasme sur les réseaux sociaux, mais rémunérer des centaines d'individus pour promouvoir un·e candidat·e est inhabituel. Après la primaire de Californie, il est prévu que des postes similaires soient créés dans d'autres États.

Le milliardaire ne recule devant aucune dépense: ses organisateurs de campagne sur le terrain sont payés environ 6.000 dollars par mois [5.500 euros], soit près de deux fois le salaire moyen pour ce genre de poste. Bloomberg a déjà dépensé plus de 300 millions de dollars en pubs télé, radio et internet, un montant supérieur au total des budgets publicitaires des sept autres candidat·es à la primaire démocrate.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Et ce n'est pas tout: l'ancien maire de New York rétribue également des influenceurs pour qu'ils postent des mèmes sur Instagram. Il s'agit d'échanges humoristiques entre Bloomberg et des personnalités du réseau social comptant plusieurs millions de followers.

Newsletters

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

La fille de Poutine se serait rendue à Munich plus de cinquante fois en deux ans

Il semblerait qu'elle ait de forts liens avec l'Europe de l'Ouest, région tant critiquée par son père.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio