France

Eglise: pourquoi la France est épargnée par les scandales pédophiles

Henri Tincq, mis à jour le 19.03.2010 à 15 h 27

Le scandale a éclaté plus tôt qu'en Irlande ou en Allemagne et l'Eglise a adopté à temps un arsenal préventif et répressif. Mais elle peut être rattrapée à tout moment.

Par comparaison avec l'énormité du scandale qui a éclaté dans des pays comme les Etats-Unis, l'Irlande, l'Allemagne ou l'Autriche, la France paraît — provisoirement? — épargnée par les affaires de pédophilie du clergé. Selon la conférence des évêques, on compte actuellement dans l'hexagone une dizaine de prêtres ou de religieux mis en examen pour des faits d'abus sexuels commis sur des mineurs.

C'est encore trop, mais on est loin des chiffres ahurissants enregistrés chez nos voisins. Selon un responsable de la Congrégation vaticane pour la doctrine de la foi, Mgr Charles Scicluna, qui vient de révéler cette statistique, un total de 3.000 accusations a été porté contre des prêtres dans le monde, de 2001 à 2010, pour de tels crimes commis au cours des cinquante dernières années.

Cette relative modestie des abus en France a de quoi étonner. Comme en Irlande ou en Allemagne, l'Eglise a contrôlé des pans entiers de l'éducation des jeunes Français. Si son influence décline, elle possède encore un nombre élevé d'établissements confessionnels, internats ou externats. Jusqu'aux années 1960-1970 — celles qui ont donné lieu aux centaines de délits sexuels révélés seulement aujourd'hui, ce sont des prêtres ou des religieux qui, en majorité, ont assuré l'enseignement dans ses établissements. L'Eglise a aussi une longue tradition de présence et d'action dans les mouvements de jeunesse: patronages, scoutisme, aumôneries, etc. Et pourtant les dénonciations sont moins massives en France qu'en Allemagne ou en Irlande. Faut-il mettre ce fait sur le compte d'une vertu plus grande du clergé français ou d'un moindre militantisme des associations de victimes? Ce serait trop réducteur.

Ouverture

Il faut y voir, d'abord, l'effet d'une «dé-cléricalisation» plus précoce des établissements catholiques. En moins grand nombre qu'autrefois, les prêtres et religieux français ont laissé la place à des catholiques laïcs pour enseigner et pour gérer leurs écoles, collèges et lycées. De même, à part le scoutisme qui reste influent, les mouvements de jeunesse catholiques ont périclité au cours des dernières décennies.

Cette «dé-cléricalisation» a été accélérée par les lois laïques qui régissent le secteur de l'éducation en particulier. Les établissements catholiques sous contrat avec l'Etat sont soumis à des obligations de caractère public. Ce ne sont plus ces espaces clos que connaît encore la toute puissante Eglise d'Irlande qui n'a de comptes à rendre à personne. Les internats en France fonctionnent de manière moins fermée.

Une certaine philosophie cléricale explique aujourd'hui l'extension des scandales liés aux abus sexuels dans un clergé qui s'est cru longtemps impuni. Elle donne l'illusion à l'Eglise qu'elle est au dessus de la justice, de la démocratie et de toute transparence. Cette philosophie a prévalu plus longtemps dans d'autres pays que la France où elle n'est plus possible, compte tenu du système de séparation entre l'Eglise et l'Etat. La laïcité à la française a permis moins d'entorse à la règle publique.

La deuxième raison de la relative faiblesse du nombre de scandales en France s'explique-t-elle par une approche probablement plus saine de la sexualité dans les pays latins? Il est éclairant de noter que ce sont des «pays du Nord» — Irlande, Pays-Bas, Allemagne — qui sont le plus touchés par les affaires de prêtres pédophiles, alors que l'Italie, l'Espagne ou la France défraient moins la chronique.

Tout se passe comme si les abus des années 1950-1970 avaient été cachés par une culture du secret alors propre aux pays du Nord qui, aujourd'hui, vole en éclats sous la pression des associations de victimes. Ces scandales remontent à des périodes où l'on parlait moins librement qu'aujourd'hui de la sexualité. «Des générations entières, explique un sociologue, qui ne trouvaient pas les mots pour exprimer la souffrance des victimes, sont capables aujourd'hui de la dire grâce à l'évolution de la société vers plus de liberté».

L'affaire Bissey-Pican

En France, il n'y a pourtant pas de quoi pavoiser. L'Eglise n'a pas été complètement épargnée par le scandale. On peut même dire qu'elle a été touchée plus tôt que ses voisines et que les mesures qu'elle a su prendre précocement expliquent aussi la relative discrétion d'aujourd'hui. La première affaire, fortement médiatisée, remonte à l'année 1996 quand avaient été révélés les agissements de l'abbé René Bissey, prêtre du diocèse de Bayeux, accusé d'un viol et de plusieurs agressions sexuelles sur des mineurs.

Elle avait connu un rebondissement spectaculaire avec la mise en examen de son supérieur hiérarchique, un évêque, Mgr Pierre Pican, pour «non-dénonciation de crimes et d'atteintes sexuelles». La preuve avait été apportée que cet évêque avait eu connaissance d'une partie des faits reprochés à l'abbé Bissey sans les signaler à la justice. Il en avait été informé par son propre collaborateur, un vicaire général, qui avait reçu les confidences de la mère d'une des jeunes victimes.

En octobre 2000, l'abbé Bissey a été condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle par la cour d'Assises du Calvados. Le procès de son évêque s'est tenu quelques mois plus tard, en juin 2001, au tribunal correctionnel de Caen. L'homme d'Eglise a bâti sa défense sur l'«option de conscience» qui s'attache au secret professionnel reconnu aux ministres du culte (secret de la confession). Mais le jugement n'a pas retenu cet argument: Mgr Pican avait couvert d'autres faits concernant d'autres victimes que celle qui s'était confiée à son collaborateur. Il a donc été condamné à trois mois de prison avec sursis. Ce qui avait provoqué la colère de son avocat: «C'est la première fois qu'un évêque est condamné depuis la Révolution française!».

Du côté des victimes, on pensait au contraire que cette condamnation allait permettre une prise de conscience pour que l'Eglise ne couvre plus jamais ce type de délits et de crimes. L'évêque n'a d'ailleurs pas fait appel de sa condamnation. Il a également refusé de donner sa démission.

Arsenal de référence

Cette affaire Bissey-Pican a conduit les évêques de France à se munir, plus tôt que dans les pays voisins, d'un arsenal préventif et répressif visant les prêtres pédophiles. Dès le mois de novembre 2000, dans le cadre de l'assemblée plénière de Lourdes, ils ont adopté une déclaration qui leur sert encore aujourd'hui de référence: «Les prêtres qui se sont rendus coupables d'actes à caractère pédophile doivent répondre de ces actes devant la justice. Ils doivent réparer le mal qu'ils ont fait et porter le poids de la peine infligée par l'Eglise et par la société». Le rôle de l'évêque dans ces affaires impliquant des prêtres est lui aussi nettement défini: «Il ne peut ni ne veut rester passif, encore moins couvrir des actes délictueux».

Autrement dit, l'évêque ne peut plus garder le silence, ni se contenter de muter simplement un prêtre soupçonné ou convaincu de pédophilie. Il doit le dénoncer, «signaler» son cas à la justice, comme le prévoit la loi pour tout éducateur qui se livre à de tels méfaits.

L'Eglise de France a également publié en avril 2002 une sorte de feuille de route à l'usage de ses éducateurs et des familles, intitulé «Lutter contre la pédophilie», rédigé par des théologiens, des psychologues et des hommes de loi, pour les aider à détecter les comportements pédophiles. C'est un outil précieux car, dans ce type d'affaire, la structure psychique de la personnalité est en cause autant que l'identité sacerdotale.

«Tolérance zéro»

Il n'est pas facile de réunir les éléments suffisants et sûrs permettant de savoir si un éducateur, prêtre ou non, a effectivement commis des actes de caractère répréhensible. Mais cette difficulté ne doit pas être un prétexte pour céder à la culture du secret, de la dénégation, du repli sur les reflexes d'autodéfense institutionnels.

Eclaboussée par l'affaire Bissey-Pican, la hiérarchie catholique en France n'ignore pas qu'elle peut encore être rattrapée, à tout moment, par d'autres dénonciations de délinquance ou crimes sexuels commis par ses prêtres. Mais elle a conscience d'avoir pris à temps des mesures de transparence, de «tolérance zéro» et de collaboration avec la justice civile. Elle souffre du discrédit qui frappe aujourd'hui toute l'Eglise devant le caractère massif des révélations aux Etats-Unis, en Irlande, en Allemagne, en Autriche. «C'est une vraie souffrance, dit un évêque interrogé par Slate.fr, de savoir que des enfants sont démolis par des prêtres que l'on appelle «Pères». Mais il faut accepter de payer pour les fautes commises par notre corporation».

Aussi comprend-on mieux le double objectif fixé par les responsables catholiques en France: d'une part, prendre en compte en priorité les victimes, c'est-à-dire les écouter et les aider à se reconstruire; d'autre part, presser le coupable de se dénoncer et la victime à porter plainte. Signe des temps: on a vu un évêque accompagner l'un de ses prêtres dans le bureau du procureur!

Henri Tincq

A lire sur le même sujet et du même auteur: La tolérance zéro selon Benoît XVI, Le pape peut-il se faire mettre à la porte? et la Curée sur les prêtres catholiques

Photo: procession à Lourdes, en septembre 2008, lors de la visite papale. REUTERS/Jean-PhilippeArles

Henri Tincq
Henri Tincq (245 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte