Société

Les «Valentines au vinaigre»: ces jolies lettres de haine d’un autre temps

Temps de lecture : 2 min

On s'envoyait déjà des lettres de haine anonymes avant l'invention des réseaux sociaux.

À gauche une Valentine au vinaigre anonyme de 1870, à droite, une de 1906 | Montage Slate via Wikimedia Commons
À gauche une Valentine au vinaigre anonyme de 1870, à droite, une de 1906 | Montage Slate via Wikimedia Commons

Malpolies, cruelles, parfois insultantes, les «Valentines au vinaigre» servaient à signifier son désintérêt à une personne qui vous avait envoyé une lettre d'amour lors de la Saint-Valentin.

Natalie Zarrelli raconte leur histoire dans Atlas Obscura.

«Vous avez demandé à me voir, gentil Monsieur,

Je vous remercie mais dois vous remercier,

Un prétendant est bien assez,

Et il me satisfait,

Ne m’attendez pas sur le pallier,

Pour me voir m’en aller,

Je ne peux vous faire cela,

Et maintenant, pour moi, ne pleurez pas.»

Dans les années 1840, les cœurs à prendre et les cœurs amoureux s’échangeaient des missives parfumées, brodées et remplies de poèmes à la calligraphie soignée.

Pour répondre aux demandes de prétendant·es non désiré·es, les «Valentines au vinaigre» étaient vendues sous forme de cartes postales un peu grossières. Elles étaient envoyées de manière anonyme à une personne qui, en réceptionnant la lettre de haine, devait aussi s'affranchir des frais de transports auprès du postier.

Natalie Zarrelli est parvenue à consulter un écrit de 1847 témoignant de la popularité des «Valentines au vinaigre» aux États-Unis. Elles représentaient alors la moitié des ventes de cartes de Saint Valentin d'un grand éditeur new-yorkais.

À la fin du XIXe siècle, alors que le mouvement des suffragettes bat son plein, les «Valentines au vinaigre» se dotent de caricature de femmes jugées «laides» puisque demandant le droit de vote.

En 1905, à San Franciso et à Chicago, 50.000 cartes ne peuvent rejoindre leurs destinataires car les postes sont débordées par la popularité des «Valentines au vinaigre».

Progressivement, elles ont (malheureusement?) été remplacées par de nouvelles traditions à base de chocolat, bijoux et roses. Leurs dernières apparitions remontent à 1970.

Newsletters

Quand les complotistes inventent le populisme médical

Quand les complotistes inventent le populisme médical

[BLOG You Will Never Hate Alone] Les réseaux sociaux sont envahis de prix Nobel de médecine autoproclamés qui se permettent de donner leur avis sur tout et n'importe quoi.

Le «female gaze» doit réinventer le cinéma

Le «female gaze» doit réinventer le cinéma

2020, l'année du regard féminin? Le livre d'Iris Brey, Regard féminin - Une révolution à l’écran, a théorisé le «female gaze» et réaffirmé la nécessité de changer la façon de filmer les femmes. Quant à Gaze, la revue en...

«Confinement oblige, les choses ont salement empiré»

«Confinement oblige, les choses ont salement empiré»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Ada, qui vit une crise conjugale avec son compagnon en plein confinement.

Newsletters