Santé / Monde

En Russie, un homme risque cinq ans de prison pour avoir fait semblant d'avoir le coronavirus

Temps de lecture : 2 min

La blague s'est déroulée dans le métro de Moscou et a été filmée.

Pour l’instant, deux malades atteints de coronavirus ont été recensés en Russie. | Hector Retamal / AFP
Pour l’instant, deux malades atteints de coronavirus ont été recensés en Russie. | Hector Retamal / AFP

Sur les images prises au smartphone, on voit un homme portant un masque sur la bouche s'écrouler au beau milieu de la rame d'un métro, avant de convulser frénétiquement devant des passagèr·es terrorisé·es. Ce qui s'avère être une blague, un prank destiné à être diffusé sur les réseaux, n'est pas du tout du goût des autorités moscovites.

Les images ont été publiées en ligne au début du mois et ont été vues par beaucoup de monde, y compris la police de Moscou. Le 10 février, l'auteur présumé de la farce, le blogueur Karomat Dzhaborov, a été interpellé et risque jusqu'à cinq ans de prison pour «hooliganisme».

Selon l'avocat du blogueur, son client n'avait pas de mauvaises intentions, bien au contraire. Cette blague aurait eu pour but «d'attirer l'attention du public sur le problème du coronavirus, sur la nécessité pour les gens de se protéger et sur le manque de masques», a-t-il expliqué.

Le ministère de l'Intérieur russe a indiqué que la police recherchait actuellement deux autres personnes ayant participé à la blague. Sur la vidéo, elles criaient que le suspect était infecté par le virus.

Coronavirus en terre russe

L'épidémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 45.000 personnes et fait près de 1.117 morts dans le monde, est prise très au sérieux en Russie. Pour l'instant, deux cas y ont été recensés.

Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour éviter toute épidémie sur le territoire. Les frontières sont fermées depuis le 31 janvier, les vols avec la Chine sont suspendus et la délivrance de visas touristiques et d'affaires pour les citoyen·nes chinois·es a été interrompue. Cet isolement vis-à-vis de son voisin chinois a une conséquence pour les Russes: les prix de certaines denrées dont le pays dépend, comme les fruits et légumes, ont explosé partout sur le territoire.

Selon Courrier International, le pays tente également de rapatrier ses ressortissant·es bloqué·es dans la province d'Hubei, l'épicentre du virus. Une fois en terre russe, les rapatrié·es seront transféré·es au sanatorium Gradostroïtel, en Sibérie centrale, pour une période de quarantaine de deux semaines.

Newsletters

«Il pense que les fantasmes doivent rester des fantasmes»

«Il pense que les fantasmes doivent rester des fantasmes»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Flora, qui souhaite multiplier les expérimentations sexuelles, à la différence de son conjoint, qui n'en ressent ni l'envie ni le besoin.

Adieu open space, bienvenue «clean desk»

Adieu open space, bienvenue «clean desk»

Ces dernières années, la recherche d'économies a conduit à une plus grande flexibilité des postes de travail. La crise sanitaire pourrait bien installer cette politique dans la durée.

Terrasse

Terrasse

Newsletters